POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 4 août 2017

Un adolescent jette des bouteilles d’acide sur la terrasse d’un restaurant parisien

La loi protège ce mineur de 16 ans...

Une nouvelle terrasse de café ciblée en plein 'état d'urgence'
Inconnus des services de police, un "enfant" de 14 ans (selon Le Parisien) et son père, ont été interpellés et placés en garde à vue, mercredi soir. Le journal n'accorde au père qu'un rôle secondaire.

Qui est cet adolescent de 14 ans qui, de sa chambre, place de L’Etoile (XVIe), a confectionné secrètement des bombes artisanales avec des bouteilles en plastique, de l’acide et du papier aluminium
Qui est, selon les journalistes connaisseurs la loi, cet "enfant"  qui les a ensuite balancé sur une terrasse de restaurant en contrebas ? 

A 21 heures, à la terrasse de La Belle Armée, avenue de la Grande Armée (XVIe), à l’angle de la place de l’Etoile, quand l'activité du lieu était maximale, trois bouteilles en plastique, de 1.5 litres chacune, ont été jetées de la fenêtre d’un immeuble. Une quatrième sur la rue. 
L’impact au sol a provoqué une "forte détonation et des projections de liquide". Par extraordinaire, les "bombes" n’ont fait aucun blessé. Le laboratoire central de la préfecture de police s’est déplacé, a constaté les engins, notamment "des bouts d’aluminium déchirés" et a confirmé qu’il s’agissait d’acide, sans préciser lequel: la police et la presse ont-ils compris qu'il ne fallait pas susciter des vocations ?

Inconnu ? L’adolescent avait été repéré jetant les bouteilles, de la fenêtre de son appartement au 3e étage

Les témoins ont fourni son signalement. 
Les policiers n'ont pas eu à mener l'enquête: ils ont mis en place un dispositif de surveillance. Un peu plus tard, ils ont vu un adolescent - qui correspondait au descriptif, mais auquel la presse d'investigation n'a pas eu, semble-t-il, accès - sortir de chez lui, juste à l’angle de la rue de Presbourg, derrière son père. 
Son immeuble avait une double entrée. Aux enquêteurs, il a d’abord fourni des explications "vaseuses", avant de passer aux aveux sur sa participation active à l'attentat aux engins explosifs. Il avait "appris à les confectionner sur Internet" et non pas au cours de chimie.

A 14 ans, ce mineur de 16 ans n'est pas pénalement responsable. 
Son père a-t-il pu instrumentaliser cet adolescent à des fins d'attentat, en sorte de ne pas être lui-même lourdement sanctionné en justice ?
La majorité pénale est fixée à 18 ans. En dessous de cet âge, l'auteur d'une infraction ne peut pas être sanctionné comme un adulte. Il ne peut pas non plus être jugé par les tribunaux ordinaires (exemple : tribunal correctionnel). Il relève du juge des enfants ou d'un tribunal pour mineur. Les sanctions et mesures applicables dépendent de l'âge du mineur.
Il ne manquera plus que le père et l'"enfant" soient déclarés "déséquilibrés" et irresponsables...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):