POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 21 juin 2017

Le nouveau gouvernement d'Edouard Philippe, remanié après 35 jours

Le gouvernement Philippe II offre plus de place au PS et au PRG : coup de volant à gauche ?

Cinq nouveaux ministres et neuf secrétaires d'État ont fait leur entrée au nouveau gouvernement d'Édouard Philippe

Le président de la République et le Premier ministre n'occupent pas le premier rang, 
ils se placent au centre de l'équipe... 
C'est Nicolas Hulot qui occupe la place habituellement dévolue au chef de l'État, 
entouré de la ministre des Armées Florence Parly, à gauche, sur la photo 
et de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, à droite.

Ce deuxième gouvernement - en à peine plus d'un mois - du Premier ministre Edouard Philippe, dévoilé mercredi, compte 29 membres, dont deux ministres d'Etat. Il est marqué par la promotion de femmes à des postes régaliens, des nominations de proches d'Emmanuel Macron (Benjamin Griveaux, comme mouchard auprès de Bruno Le Maire, 
Julien Denormandie le 8 mai 2017.
et Julien Denormandie, 'Macron boy' sinistre de 36 ans, dans l'ombre du radical de gauche, Jacques Mézard, cet ingénieur agronome de formation (ci-contre) avait accompagné Macron de l'Elysée à Bercy, avant de devenir secrétaire général adjoint de La République en marche dès avril 2016 et de piloter la refondation du parti avec Catherine Barbaroux. Il avait annoncé son intention de quitter la vie politique après cette mission), l'élargissement au PS, le renforcement de LR, le maintien du MoDem, malgré les affaires et sa force politique d'appoint devenue inutile...

Cela devait être un petit remaniement "technique" post-législatives, mais c'est finalement un grand chamboule-tout, un jeu de dominos consécutif aux départ de Sylvie Goulard soucieuse d'assurer sa défense contre des accusations d'emplois fictifs, entraînant deux autres ministres MoDem dans sa chute, Bayrou et Sarnez, après celle de Ferrand, envoyé se faire voir à l'Assemblée.
Une autre affaire se profile, concernant Muriel Pénicaud,  suite à une perquisition chez Havas et Business France, une agence qu'elle dirigea et qui vise le financement d'un voyage d'Emmanuel Macron à Las Vegas, lorsqu'il était ministre de l'Economie, en janvier 2016, dans le cadre d'une enquête préliminaire pour favoritisme.
Contraste de la photo officielle de juin 2017, en plein air, 
avec la photo compacte, conventionnelle et pyramidale du
gouvernement Philippe 1 de mai 2017
Voici la composition du deuxième gouvernement Philippe

Ministres 
- Ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur: Gérard Collomb, 69 ans
franc-maçon initié
- Ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire: Nicolas Hulot, 62 ans 
- Garde des Sceaux, ministre de la Justice: Nicole Belloubet, 62 ans,
ex-socialiste et ex-premier adjoint de l'ex-maire PS de Toulouse, Pierre Cohen, ce qui est un mauvais signal envoyé pourtant par une juriste désignée au Conseil constitutionnel, en 2013,  par Jean-Pierre Bel (trotskiste version LCR, franc-maçon (GO), président radical du Sénat) et spécialiste du droit communautaire
- Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Jean-Yves Le Drian, 70 ans
franc-maçon (GO) 
- Ministre des Armées: Florence Parly, 54 ans
ex-secrétaire d'État au Budget du premier ministre PS Lionel Jospin (2000-2002), il y a 17 ans, signa l'appel 'Gauche avenir', lancé entre autres par Paul Quilès et Marie-Noëlle Lienemann, avant de participer en 2008, aux banquets républicains sur l'unité de la gauche, de Benoît Hamon,
passée au privé chez Air France (SA), en 2008, avant d'intégrer la direction de SNCF (avec mission de service public)
nommée non pas aux Transports, mais au ministère des Armées, bien que la presse parle de remaniement technique...
- Ministre de la Cohésion des Territoires: Jacques Mézard, 70 ans
en remplacement de Richard Ferrand qui fait l'objet d'une enquête judiciaire,
Parti radical de gauche, ex-ministre de l'Agriculture de Macron, pendant un mois,
dont le fils, Maximilien est un ancien assistant parlementaire de Jean-Michel Baylet (PRG), comme le fils Ferrand pour son père, promu conseiller technique chargé de la justice et des institutions au cabinet d'Anne-Marie Escoffier, PRG et franc-maçon (GLFF), ministre déléguée à la Décentralisation de Jean-Marc Ayrault,
- Ministre des Solidarités et de la Santé: Agnès Buzyn 
les 'Solidarités' désignent les Affaires sociales, en concurrence avec le ministère du Travail (cf. Muriel Pénicaud)
- Ministre de l'Economie et des Finances: Bruno Le Maire 
- Ministre de la Culture: Françoise Nyssen 
- Ministre du Travail: Muriel Pénicaud
inquiétée par une affaire, 
- Ministre de l'Education nationale: Jean-Michel Blanquer 
- Ministre de l'Agriculture et de l'alimentation: Stéphane Travert, 
ex-député socialiste (2012) de la Manche,
- Ministre de l'Action et des comptes publiques: Gérald Darmanin 
- Ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation: Frédérique Vidal 
- Ministre des Outre-mer: Annick Girardin 
- Ministre des Sports (et non pas aux Transports, comme indiqué par erreur par le secrétaire général de la présidence !): Laura Flessel 
- Ministre auprès du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur: Jacqueline Gourault, 67 ansex-professeure,
MoDem,  sénatrice depuis 15 ans (2001),
spécialiste de décentralisation qu'on aurait vue à la Cohésion (Aménagement du Territoire) plutôt qu'à l'Intérieur,  
sans affectation gouvernementale précise... 
- Ministre auprès du ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports: Elisabeth Borne, 56 ans, 
sans appartenance à la "société civile", puisqu'ex-présidente (2015-2017) de la RATP, établissement public
- Ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée des affaires européennes: Nathalie Loiseau, 53 ans,
ni jeune, ni estampillée 'société civile', elle a effectué une grande partie de sa carrière au ministère français des Affaires étrangères;
elle remplace Marielle de Sarnez (MoDem), ministre pendant 1 mois et 2 jours des Affaires Européennes, 
ex-eurodéputée inquiétée dans une enquête visant une dizaine d'assistants parlementaires du MoDem payés par le Parlement de Strasbourg...


Secrétaires d'Etat auprès du Premier ministre 
- Chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement: Christophe Castaner, 51 ans,
directeur de cabinet de Tony Dreyfus, ex-UNEF, alors maire de Paris Xe,
puis conseiller technique de la ministre de la Culture, Catherine Trautmann (frondeuse) en 1997, puis  son chef de cabinet en 1998, avant de devenir chef de cabinet de Michel Sapin, alors ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'État (2000-2002),
tête de liste PS aux élections régionales de 2015 en Provence-Alpes-Côte d'Azur, il obtint 17 % au premier tour (contre 40,55 % au Front national)
- Chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes: Marlène Schiappa
écervelée au nom de la libre pensée : lien PaSiDupes
soi-disant diplômée de communication et nouveaux media, avec mention écritures électroniques, s'il vous plaît, mais via une validation des acquis de l’expérience passée à l’Université de Grenoble pendant un congé maternité...
- Chargée des personnes handicapées: Sophie Cluzel, 56 ans
militante associative en faveur du handicap et mère de quatre enfants, dont une fille trisomique
- Chargé du numérique: Mounir Mahjoubi 
seul membre de la 'diversité' au gouvernement : il est d'origine marocaine
et président de French Bureau, société par actions simplifiée à associé unique, spécialisée dans le secteur d'activité du conseil pour les affaires et autres conseils de gestion, son secteur de compétence au gouvernement Philippe.

Secrétaires d'Etat 
- Secrétaires d'Etat auprès du ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique et Solidaire: 
Sébastien Lecornu (président juppéiste du Conseil départemental de l'Eure et proche de Bruno Le Maire) 
et Brune Poirson, 34 ans, députée REM du Vaucluse (Apt), 
mais ex-attachée parlementaire et employée de l’organisme public britannique en charge de la conception de politiques publiques et de programmes dans le domaine de l’innovation,
elle a ensuite travaillé pour l’Agence française du développement, puis comme directrice du développement durable et de la responsabilité sociale de Veolia Water India jusqu’en 2014...
et, pour couronner le risque de conflit d'intérêts, elle est actuellement consultante en innovation et développement urbain durable
- Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Jean-Baptiste Lemoyne, un sénateur rallié à Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle et ex-copéiste qui avait soutenu Alain Juppé à la primaire de la droite
- Secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées: Geneviève Darrieussecq 61 ans , MoDem, soutien d'Alain Juppé lors de la primaire présidentielle des Républicains de 2016 et présidente de l'Union des villes taurines françaises
- Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des Territoires: Julien Denormandie ("Macron boy", comme Ismaël Emelien, 30 ans, que Macron a gardé auprès de lui à l'Elysée comme conseiller communication et affaires stratégiques)
- Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances: Benjamin Griveaux, 
fils d'un notaire et d'une avocate, il a été membre du cabinet de la ministre de la Santé Marisol Touraine : ça c'est pour le renouvellement annoncé de la classe politique... 

Macron déplace sur l'Assemblée ses problèmes avec le gouvernement

Laurent Wauquiez ne veut pas d'une moralisation de la vie publique au rabais.

Macron veut-il pervertir ses novices ?


Quatre ministres du gouvernement Philippe sont poussés à la démission, avant d'être mis en examen.   
Et pourtant, pour l'exécutif, seule une mise en examen devait justifier un départ...

Richard Ferrand et les ministres du MoDem quittent le gouvernement en raison de soupçons judiciaires et d'enquête préliminaire... 
...pour "abus de confiance et recel", dans le cas de Sylvie Goulard, ministre des Armées, qui a fait salarier par le Parlement européen des collaborateurs travaillant (peut-être) pour le seul compte du parti, et pour la ministre des Affaires Européennes, de Marielle de Sarnez, pour avoir embauché comme assistante parlementaire au Parlement européen la secrétaire particulière de François Bayrou, en réalité payée par Strasbourg, ou de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion, poursuivi en Bretagne pour favoritisme, et en attendant d'éventuelles mises en examen.
De nouveaux développements pourraient salir Macron et Philippe
L'un concerne Nathalie Griesbeck, euro-députée MoDem qui a employé à mi-temps la standardiste du MoDem comme assistante parlementaire pendant cinq ans: un emploi fictif, selon France info.

L'autre implique l
a ministre du Travail, Muriel Pénicaud, venue de la "société civile" qui devait assainir les moeurs politiques au sommet de l'Etat-Macron.
Actuellement en charge du durcissement de la loi Travail (version Valls, portée par Myriam El Khomri), cette ex-dirigeante de 'Business France' avait organisé un déplacement d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, à Las Vegas, sans passer par un appel d'offres, mais la faute n'est pas comparable à celles des ministres MoDem, décide le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. Or, quand le chef de l'Etat est mis en cause, ce n'est "absolument pas une question", décrète-t-il. La ministre fait pourtant d'ores et déjà l'objet d'une enquête préliminaire ouverte, pour "favoritisme, complicité et recel de favoritisme", à la mi-mars.

Sans compter que François Bayrou, ci-contre au côté de son bras droit, Murielle de Sarnez, a abusé de sa fonction de garde des Sceaux pour exercer des pressions sur le chef de la cellule d'investigations de Radio France à propos d'une enquête de France Inter, avant qu'elle n'ait été diffusée, mettant à mal la liberté d'expression de la presse.



Le vice-président de LR demande
 que Richard Ferrand et Marielle de Sarnez ne président pas les groupes de La République en marche et du MoDem à l'Assemblée nationale

VOIR et ENTENDRE Laurent Wauquiez dénoncer le chaos moral au gouvernement, "un scandale qui va se déporter à l'Assemblée":

video
Wauquiez dénonce "un scandale qui va se déporter à l'Assemblée".
Le vice-président de Les Républicains déplore que deux des ministres démissionnaires quittent le gouvernement pour prendre la tête de groupes parlementaires à l'Assemblée nationale: Ferrand (LREM) et Sarnez (MoDem).

Laurent Wauquiez ne se satisfait pas d'une moralisation au rabais.
"Il y a trop de doutes pour qu'ils restent au gouvernement, mais par contre
ils vont à l'Assemblée nationale ? C'est une crise gouvernementale majeure et un scandale politique", s'indigne l'ancien ministre de 42 ans, pour la première fois à 35 ans.

Des députés REM nient toute crise politique du fait des quatre démissions de ministres

Les "jeunes" députés de Macron ont-ils plus de sens moral que leurs anciens ?

Le ministre de la Justice et la ministre des Affaires européennes "ont choisi de se retirer, j'espère provisoirement"



Cela "donne plus de liberté au futur gouvernement pour appliquer sa politique", raconte à qui veut l'entendre Fabien Gouttefarde, nouveau député de l'Eure (Evreux), pour qui cela permet de surcroît de lui "laisser de l'oxygène".

Elu à la faveur d'un duel contre un candidat FN, le député plein de promesse à 38 ans considère encore que "ni La République en marche, ni le président de la République ne sont entachés". Ex-référent départemental du mouvement En Marche dans l’Eure, il juge même ces "démissions à la chaîne", après celles de Sylvie Goulard et de Richard Ferrand, "cohérent(es) avec l'exigence qu'Emmanuel Macron a fixée depuis le début".

Un nouveau venu issu de la "société civile" ?
Que nenni ! Il est juriste au ministère des Armées...

Ce fonctionnaire regrette enfin que ses aînés aient eu un sursaut de moralité. 
La règle voulant qu'on attende une mise en examen "aurait pu continuer à s'appliquer". "Il faut faire aussi attention à ce que ça ne fasse pas jurisprudence, c'est-à-dire qu'au moindre doute, un ministre ne puisse pas rester", a jugé ce ...conseiller juridique.
Une enquête est ouverte sur les conditions d'emploi des assistants parlementaires européens du MoDem, et une autre vise R. Ferrand pour une transaction immobilière favorisant sa compagne au détriment des mutualistes de Bretagne.

Ces départs, "cela ne jette pas une ombre", a aussi jugé Marie Lebec.
Résultat de recherche d'images pour "Marie Lebec"
Cette élue de 26 ans dans les Yvelines estime qu' "on avance de manière plus sereine, plus apaisée", elle aussi n'excluant pas un retour du MoDem au gouvernement plus tard.
br>Une nouvelle venue issue de la "société civile" ?
Que nenni ! Elle était ex-collaboratrice parlementaire...


Didier Baichère, nouveau député des Yvelines de 46 ans, a le sentiment que le départ des ministres Modem ne marque "absolument pas" le début d'une crise politique. "Je ne les sens pas dans l'opposition; on a partagé beaucoup d'histoire", a-t-il nié.

Un nouveau venu issu de la "société civile" ?

Que nenni ! Il a été DRH d'abord à France Telecom et à Akka Technologies, groupe d'ingénierie et de conseil, en passant par DCNS, société de droit privé spécialisée dans l'industrie navale militaire, l'énergie nucléaire et les infrastructures marines et détenue à hauteur de 62 % par ...l’État français, et par Thales, dont l'actionnaire majoritaire est l'Etat français...

Résultat de recherche d'images pour "Cédric Villani macron"
Lavallière et broche araignée au revers de la veste de son costume trois pièces, un troisième specimen était pressé de questions, salle des Quatre Colonnes, sur ces démissions. Pourtant perché, le mathématicien Cédric Villani paraissait un peu étourdi par le flot médiatique et quelque peu déphasé, voire décalé. Disons-le, déplacé.

Sur François Bayrou, "ce que j'ai entendu dire, mais il faudra encore que je prenne le temps de regarder les nouvelles, c'est qu'il souhaitait se consacrer à répondre aux attaques dont il a été l'objet (...) et je trouve ça extrêmement honorable", a-t-il jugé.

Confirmant son inadaptation,
"cette figure de la société civile" a supplié : "Aujourd'hui, c'est ma rentrée, laissez moi me concentrer sur ma prise de fonctions (...) Cela viendra les communications, mais aujourd'hui je souhaite me concentrer sur mes premiers pas à l'Assemblée".

Un nouveau venu issu de la "société civile", clame la presse bien informé.

Las ! Celui-là n'en est pas non plus: il est directeur de l'Institut Henri-Poincaré de l'Université Pierre et Marie Curie et professeur à l'université Claude-Bernard-Lyon-I. Or, jusqu'à plus ample informé, l'Université n'est pas encore privatisée et le "matheux" (Mélenchon) est placé sous la tutelle de ministre de l'Enseignement supérieur. Oui, mais quid de l'Institut Henri-Poincaré ?objecteront certains esprits forts. Eh bien, non, diraient les 'fact checkers': il est rattaché au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), lequel est également rattaché au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. 

Dans le gouvernement Édouard Philippe, sa patronne est Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, ex-présidente de l’université de Nice-Sophia-Antipolis.
Un autre mensonge véhiculé par la presse s'effondre: non, Macron n'a chassé les professeurs ni de l'Assemblée, ni du gouvernement.

mardi 20 juin 2017

Déplacement de Macron à Las Vegas : perquisitions chez Havas et Business France

Relance d'une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel de favoritisme

Des perquisitions ont été menées au siège du groupe Havas et de l’agence nationale Business France 

Image associée
dans le cadre de l’enquête sur un déplacement du ministre de l’Economie de Hollande au salon CES en 2016 à Las Vegas, sans appel d’offres. 

Les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions (OCLCIFF) ont procédé à des perquisitions simultanées mardi 20 juin au siège du groupe publicitaire Havas et de l’agence nationale Business France. 

Une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel de favoritisme avait été ouverte le 15 mars 2017 par le parquet de Paris.
 
Absence d’appel d’offres et méconnaissance des règles ?

Image associée

Organisme de promotion des entreprises françaises à l’étranger, Business France, est soupçonné d’avoir confié au géant Havas l’organisation d’une soirée au Salon CES (Consumer Electronics Show). Emmanuel Macron participait à cette soirée.  

L’ouverture de cette enquête fait suite à un rapport de l’inspection générale des finances (IGF), daté de février 2017, pointant l’absence d’appel d’offres sur ce contrat et la méconnaissance des règles par Business France, alors dirigé par l’actuelle ministre du travail Muriel Pénicaud
Ce rapport avait été commandé par l’ex-ministre de l’économie et des finances, Michel Sapin, en décembre 2016, après un audit interne à Business France, alarmiste sur le sujet.
 
L’événement a réuni "cinq cents personnalités" dans "un  hôtel très chic, réservé à prix d’or", selon Le Canard enchaîné, qui chiffre son coût total à 381.759 euros. Image associée

Finalement, la transaction négociée avec Havas réduit la facture publique de 90.000 euros. Comparer avec la procédure d'arbitrage Adidas-Crédit Lyonnais dans l'affaire Tapie, en 2008...
De son côté, l’enquête judiciaire ne fait pourtant que commencer. 

L’IGF continue quant à lui ses investigations. 
On reconnaît le ministre Macron avec Muriel Pénicaud à sa gauche
Emmanuel Macron, son cabinet et le ministère de l’Economie "sont totalement hors de cause", avait affirmé son successeur à Bercy, le très honnête Michel Sapin, le 8 mars, dénonçant dans cette affaire "un dysfonctionnement de Business France". Autant dire de sa directrice, l'actuelle ministre du Travail.
Résultat de recherche d'images pour "Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, au salon CES de Las Vegas le 7 janvier 2016"
Le tour n'était pas joué, Michel Sapin...

Sylvie Goulard, ministre des Armées, annonce sa démission

Sylvie Goulard, limogée du gouvernement Philippe

La ministre déserte les Armées et Macron ?

Maintenant, Goulard se sent ...libre !
"Le Président de la République a entrepris de restaurer la confiance dans l'action publique, de réformer la France et de relancer l'Europe," reconnaît Goulard (MoDem), une des ministres qui contreviennent à cet idéal,' tels Ferrand, de Sarnez et Bayrou. 

"Cette entreprise de redressement doit l'emporter sur toute considération personnelle," s'accuse-t-elle encore. "C'est pourquoi j'ai demandé au Président de la République, en accord avec le Premier ministre, de ne plus faire partie du Gouvernement", écrit-elle.


Ex-députée européenne MoDem, son nom est cité dans l'enquête préliminaire sur les assistants parlementaires européens du MoDem.

Résultat de recherche d'images pour "Goulard Macron"

En se faisant débarquer, la ministre entend donc "démontrer librement sa bonne foi et tout le travail que j'y ai accompli" comme euro-député MoDem - d'abord dans la circonscription Ouest de la France lors des élections européennes de 2009, puis en 2014 dans la circonscription Sud-Est... -  suspectée dans l’enquête sur une dizaine d'assistants parlementaires du MoDem.


Le parti de Bayrou est en effet soupçonné d'avoir utilisé pour ses propres activités en France plusieurs assistants de députés européens, payés par Bruxelles.
Liens PaSiDupes



Thomas Thévenoud conserve son record de fugitivité gouvernementale
9 jours, et puis s'en est allé le secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, du Développement du tourisme et des Français de l'étranger du président Hollande et de Ayrault (26 août–4 septembre 2014).

Matthias Fekl est resté 1 mois et 19 jours au ministère de l'Intérieur (mars 2017-mai 2017).

Goulard aura servi 1 mois et 3 jours aux Armées (17 mai 2017–20 juin 2017).

Macron rejette la responsabilité de l'abstention sur les autres partis

Macron réagit vivement au procès en illégitimité fait au pouvoir

Selon Macron, les autres partis n'auraient pas su mobiliser...

L'abstention aux élections législatives, qu'il dit regretter, résulterait du fait que, à l'exception du parti présidentiel (LREM, renforcé de socialistes et de LR), les autres partis n'ont pas su mobiliser les électeurs. "Evidemment, c'est un devoir citoyen d'aller voter", a souligné le chef de l'Etat, interrogé par un journaliste de l'émission Quotidien, sur TMC. Mais les évidences ne sont pas les plus communément partargées. 

Les autres partis seraient illégitimes ?

Tout est clair et simple pour le chef de l'Etat : les partis autres que le sien n'ont pas assez mobilisé, et se sont déplacés ceux qui défendaient la majorité présidentielle... "Et les idées que je porte", a estimé Macron 1er. 
Résultat de recherche d'images pour "affiche abstention"
Ne laissez pas une minorité décider pour vous
"Donc, moi je regrette [que le peuple n'ait pas été plus mobilisé]. Je pense que c'est à la fois un devoir et que, si l'on veut que le débat s'organise au parlement et ailleurs, c'est une nécessité", a-t-il développé. 

L'abstention qui a établi le 18 juin un nouveau record historique lors du second tour des législatives, a atteint les 57%. Le premier tour avait déjà établi un premier record avec 51,3% d'abstention.

Une si faible représentativité à de quoi inspirer un fort doute sur la légitimité de l'Etat macronien...

Jungle de Calais: des migrants illégaux provoquent la mort d'un conducteur de camion

"Un accident provoqué par un barrage de migrants illégaux cause la mort d'un conducteur de camion sur l'autoroute A16"

C'est ce que vous ne lirez pas dans les media

"Le conducteur d'un camion est mort dans la nuit de lundi à mardi dans un accident provoqué par un barrage de migrants sur l'autoroute A16", écrit en effet l'AFP, reprise en boucle par les journalistes en salle de presse, copieurs-colleurs et donc paresseux, mais qui revendiquent néanmoins l'étiquette de "presse de qualité". En charge de la diffusion des éléments de langage gouvernementaux, l'agence fait aussi de la rhétorique et privilégie ainsi la conséquence sensationnelle ("une première dans le Calaisis depuis le début de la crise migratoire en 2014") contre la cause plus sujette à polémique dérangeante pour le pouvoir qui refuse le débat sur les migrants clandestins.

Dans le style sensationnel, un "détail" important est également  évacué.
Qui est l'"auteur" de l'accident ? "Le conducteur d'une camionnette immatriculée en Pologne a percuté vers 03h45 l'un des trois poids lourds bloqués par ce barrage artisanal [sic] sur l'autoroute A16, à hauteur de Guemps, à 15 km de Calais, selon l'AFP. 
Photo published for Un barrage sur l’A16 tourne au drame : un chauffeur décédé

Cette fois, la conséquence est trop horrible. "Son véhicule s'est alors embrasé, a indiqué la préfecture dans un communiqué." L'AFP ne précise pas que le conducteur a péri calciné dans le brasier...
L'identité du conducteur n'a pu être encore déterminée, "compte tenu de l'état du corps", a précisé - avec une honorable pudeur - "la préfecture qui n'a pas souhaité faire davantage de commentaires"...
"Mort du conducteur d'une camionnette en marge d'un barrage de migrants, circulation coupée sur l'A16, [...] dans l'un des ralentissements provoqués par des migrants" selon francetvinfo. La marge est plus mortelle qu'un barrage, lequel ne provoque qu'un simple ralentissement... 
Parce que la France repentante a un passé colonial avec l'Erythrée ?

Le barrage criminel est évoqué une nouvelle fois, incidemment.
Neuf migrants de nationalité érythréenne ont été interpellés dans l'un des poids lourds bloqués par le barrage et placés en garde à vue. De source policière, ils sont poursuivis pour "homicide involontaire", "entrave à la circulation" et "mise en danger de la vie d'autrui". La PJ a été saisie de l'affaire.

L'autoroute a alors été fermée et une déviation a été mise en place, qui était saturée tôt mardi matin.
Elle a rouvert à 07h00, sur une file dans le sens Dunkerque-Calais, une fois le corps du chauffeur et le premier poids-lourd dégagés. La circulation a été rétablie depuis plus longtemps dans l'autre sens.

La presse en salle de presse n'avait pas été informée du retour des migrants...

L'indécent parti-pris de l'AFP.
L'installation de barrages artisanaux dans le Calaisis, principalement la nuit, par des migrants désespérés afin de ralentir des camions en partance pour l'Angleterre et de tenter de se cacher à l'intérieur, était quasi-quotidienne lorsque la "Jungle", qui s'était formé au printemps 2015, dans la foulée d'un retour d'une forte présence de migrants [illégaux] en 2014, existait encore. 

Quand ça reprend, peut-on vraiment dire que ça a cessé ?
Cette pratique avait cessé avec le démantèlement du bidonville en octobre 2016, mais elle a progressivement repris depuis fin mai et le retour marqué des migrants dans le Calaisis. Alors qu'ils étaient principalement érigés sur la rocade portuaire du temps de la "Jungle", désormais ultra-sécurisée, ils sont aujourd'hui cependant pour l'essentiel concentrés sur l'autoroute.

Ainsi, dans la nuit de dimanche à lundi, vers 04h00, des réfugiés avaient une nouvelle fois créé un barrage ["artisanal" ?] de troncs d'arbre et de branchages, à peu près au même endroit que la nuit dernière sur l'autoroute A16 à hauteur de l'échangeur 49/50, selon la préfecture du Pas-de-Calais. Il avait "rapidement été retiré par les policiers et les agents de la DIR" et un poids lourd avait "fait l'objet de jets de pierres". 

Entre 400 migrants, selon la préfecture, et 600 selon les associations, vivent aujourd'hui à Calais et dans ses environs dans des conditions précaires, toujours dans l'espoir de rallier l'Angleterre.
Les Britanniques ont envahi et conquis l'Erythrée (en même temps que l'Éthiopie), à partir de janvier 1941. L'Erythrée a acquis son indépendance en mai 1993 et apporte aujourd'hui son soutien aux insurgés islamistes qui combattent l'invasion de l'armée éthiopienne. Les Chrétiens (orthodoxes) érythréens sont 50%, à parité avec les musulmans sunnites.
Enfin, un différend territorial oppose par ailleurs l'Érythrée à Djibouti sur sa frontière sud depuis 2008. Un traité de paix et d'amitié perpétuelle avait lié ce territoire à la France sous Napoléon III. Or, restée sous tutelle française jusqu'en 1977, Djibouti est indépendante. Au début de 2011 des manifestations inspirées par le Printemps arabe secouèrent le pays quasi-totalement de population musulmane.

Pour faire face à cette augmentation, et éviter "tout point de fixation", le ministre branlant de l'Intérieur,
Gérard Collomb, avait annoncé début juin l'envoi à Calais de "trois unités supplémentaires de forces mobiles, soit plus de 150 policiers et gendarmes", pour "réprimer les atteintes à l'ordre public et lutter contre les filières de passeurs". Mais leur acheminement a dû être entravé par un "barrage artisanal"...

"M. le président, faites cesser ces violences envers les migrants"... 

Des personnalités [sic] signent une lettre ouverte à Macron !
Et les signataires sont : l'acteur Omar Sy, la chanteuse Christine and the Queens et les réalisateurs Laurent Cantet et Céline Sciamma qui ont signé ce courrier, publié sur le Bondy Blog, hébergé à partir de 2007 par le site du quotidien gratuit 20 minutes, puis par Yahoo! France et depuis janvier 2015, par Libération, co-propriété de Patrick Drahi qui détient d'autres organes de presse tout aussi "indépendants", le groupe L'Express (L'Etudiant L'Expansion, L'Entreprise ou Lire et SFR et BFMTV).
 
Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont au second tour de la présidentielle.
Figurent également l'altermondialiste Yannick Jadot (Europe Ecologie-Les Verts) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), ainsi que des associations humanitaires, dont Médecins du Monde, laquelle, dans l'entre-deux tours de l'élection présidentielle de 2017 a co-signé avec des ONG et des associations (dont Aides, Attac, Emmaüs, Greenpeace, Ligue des Droits de l'Homme, SOS Racisme, WWF) une tribune politique appelant à faire barrage à la candidate FN.