POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 31 janvier 2008

Meirieu gagnerait à être ignoré, n'était sa responsabilité dans les dérives de l'EN

Un gourou de la gauche, pour le malheur de générations de profs et d'enfants
Philippe Meirieu est né le 29 novembre 1949 à Alès dans le Gard. Après un baccalauréat littéraire, il a fait des études de philosophie et de Lettres à Paris, qui ne lui ont permis d'obtenir qu'un CAP d'instituteur pour enseigner dans le premier degré. Il a bientôt atteint son seuil d'incompétence, mais son faire-savoir étant supérieur à ses savoirs, la politique a compensé et fait le reste. Il a donc changé de grades, devenant successivement professeur de français en collège et de philosophie en terminale. Personne ne prétend que c'est sur concours: CAPES ou agrégation? Promotion au mérite ou piston politique? Si l'orthographe est la science des ânes, les diplômes sont tout aussi inutiles.

On lui confia néanmoins des responsabilités pédagogiques et administratives. Tout au long de celles-ci, il conserva toujours des charges d'enseignement auprès d'élèves et d'étudiants. A 34 ans, il soutint une thèse d'Etat-ès-Lettres et Sciences humaines, entre amis, et fut catapulté professeur des universités en sciences de l'éducation. Sciences de l'Education! Une nouvelle spécialité, responsable du formatage des esprits au laxisme et aux théories fumeuses qui sévissent encore dans les IUFM.
Parmi ses engagements militants et professionnels, il fut responsable pédagogique d'un collège expérimental de 1976 à 1986, rédacteur en chef des Cahiers pédagogiques de 1980 -à l'ouverture de l'ère Mitterrand- à 1986, (dé)formateur d'enseignants et directeur de l'Institut des sciences et pratiques d'éducation et de formation (ISPEF) de l'université Lumière-Lyon 2.
Après le vote de la loi d'orientation de 1989, impulsée par … Lionel Jospin, il participa à la création des Instituts universitaires de formation des maîtres (nous lui devons donc les désastreux IUFM), et à celle du Conseil national des programmes qui dérégula l'ensemble du système éducatif, avec le soutien complice du SNES (FSU). Il présida, à la demande du jospiniste Claude Allègre, le Comité d'organisation de la consultation et du colloque ! " Quels savoirs enseigner dans les lycées ?", en 1997-1998, à la suite desquels fut mise en place une réforme des lycées qui n'aura pas résisté 10 ans aux réalités du terrain… Sauve qui peut !

Meirieu est passé partout. Le furet est passé par ici, il repassera par là. Ainsi, il dirigea l'Institut national de recherche pédagogique (INRP) de juin 1998 à mai 2000, s'efforçant d'associer, dans une même dynamique, innovation et recherche. Les savoirs fondamentaux -lecture, écriture, calcul- ont ainsi été sacrifiés au ludique et à l'interactif. Une trouvaille destructrice entre toutes est aussi le racoleur: "Il faut placer 'l'apprenant' au centre du système éducatif". Ce qui vous donne une idée du langage nouveau. Une aberration dont la presse assura le succès. Bilan: le prof se tait, l'élève débite ses inepties. Et la classe et le prof écoutent l'élève-roi. Celui qui sait ne transmet plus rien… Le prof est invité à surnoter l'apprenant: à valoriser l'élève. Plus de notation négative ni d'appréciations sincères et claires. Place au pédagogiquement -ou psychologiquement- correct. L'ignorance est érigée en critère d'évaluation sociale et de justification à la 'remédiation', et les crédits qui vont avec. Faut-il que l'école soit bien malade! Les projets éducatifs ont masqué un vide sidéral, à la satisfaction des témoins.
Il a terminé, en 2006, son mandat de directeur de l'IUFM de l'Académie de Lyon et repris ses activités de professeur à l'université Lumière-Lyon 2. Il est aussi responsable pédagogique de la chaîne de télévision pour l'éducation Cap Canal. Si vous ne connaissez pas, vous ne perdez rien. Il dirige la collection " Pédagogies " chez ESF éditeur. A éviter.

Le milieu enseignant sinistré a bien mérité sa retraite. Il peut reprendre espoir?

Professeur poursuivi pour gifle à collégien insultant

"Hussards de la République", espèce en danger
Les crachats et insultes, ou les coups de couteaux dans le ventre de profs assidus et courageux, ça va; mais une gifle à un 'jeune' ado mal élevé qui insulte un adulte, son professeur de surcroît, et c'est un drame.
Insultés par leurs élèves, accablés par leur administration, les professeurs n'en peuvent plus et craquent.
L'absentéisme? Pour certains inexplicable et injustifiable. Les remplaçants titulaires (TZR) sont de plus en plus sollicités et insuffisants. Les remplaçants contractuels , de plus en plus rares, abandonnent dès les premiers jours de dévouement et ne reviendront jamais à l'Education nationale. Les fédérations de parents, irresponsables et démagogues, continuent de fermer les yeux et de flatter leurs adhérents. Les chefs d'établissement occultent la réalité du terrain. Les vacances ne suffisent plus à les ressourcer et à les remotiver. Le niveau de leurs traitements n'a jamais prévalu sur leur désir de transmettre leur savoir, mais les écarts se creusent et éveillent quelques consciences. C'est la débâcle. De nombreux collèges et lycées dissimulent ce qui se passe réellement dans leurs murs. Mais comment font-ils puisque les pompiers et le Samu sont toujours plus souvent appelés à l'aide. Tout le monde se tait et truque les statistiques. Les 'hussards de la République" sont amenés à battre en retraite. Ils s'étaient engagés dans l'une des plus 'nobles' carrières, mais ils n'instruisent plus, ils ne prétendent même plus éduquer les enfants dont les parents se déchargent sur eux. Ils font du gardiennage en essayant de sauver la face et de ne pas être maltraités de tous côtés: enfants, parents et leurs fédérations, hiérarchies administrative et pédagogique, formateurs déconnectés - théoriciens des IUFM encore propagandistes des délires de Philippe Meirieu (LIRE l'article suivant de PaSiDupes), fossoyeur de l'EN, surévalué et promu par Jospin-, et …les médias. Ils sont lâchés de toutes parts, méprisés , condamnés et insultés par des enfants de 6°. C'est bien le moment de les évaluer !
Dans certains contextes, ne vaut-il pas mieux se protéger et prendre du congé plutôt que de subir les insultes de ses élèves et de leurs parents, incultes et dépassés, mais arrogants?
Un enseignant d'un collège de Berlaimont (Nord) a été placé en garde à vue et devra répondre de violence aggravée sur mineur pour avoir giflé un élève de 11 ans à la fin d'un cours lundi, a-t-on appris jeudi auprès de l'inspecteur de l'académie. Le directeur de cabinet du recteur s'est exprimé ce matin sur France Info, pour accabler ce membre de son personnel. La sentence est tombée: le prof a manqué de maîtrise de soi. Il n'est pas présumé innocent.
L'enseignant, âgé de 49 ans, a donné une gifle réflexe au 'jeune' garçon qui a manqué de respect à son égard au cours d'un affrontement, a rapporté l'inspecteur d'académie Michel Soussan, joint par la presse qui en revanche n'a pas joint la victime, le professeur verbalement agressé. "Le professeur s'est énervé, l'élève lui a dit un mot qu'on ne doit pas prononcer envers son enseignant. Le professeur a perdu son sang-froid et a donné une gifle à l'élève", a résumé M. Soussan. Le charmant garçon aurait refusé de remettre à sa place une table déplacée pendant le cours: c'est sans doute le travail du prof et les dos des 'jeunes' ados traumatisées par le poids des cartables ne permettent pas ces travaux de force.
Le professeur, ce bourreau d'enfant, a été placé …24 heures en garde à vue. Ca les valait bien! Et sa famille n'a pas eu à en souffrir. Qui d'ailleurs s'en est soucié? Son patron, le principal de son collège? La victime de l'enfant devra comparaître fin mars lors d'une audience de "plaider coupable" devant le tribunal correctionnel d'Avesnes-sur-Helpe, selon l'inspecteur d'académie, qui assistera probablement son employé...
Aucune procédure disciplinaire n'a été engagée à l'encontre de l'enseignant -pour le moment, mais le faudrait-il pour satisfaire le peuple des parents?- , car l'insulte à professeur est déjà oubliée, excusée, glorifiée, peut-être. Mais l'enseignant n'a pas été suspendu. Peut-être aurait-il dû l'être… Auront-ils sa peau? "Il a compris dès lundi qu'il avait intérêt à prendre un peu de recul et s'est mis en congé maladie", a affirmé M. Soussan, qui a souhaité relativiser les faits, trop largement médiatisés à ses yeux. "C'est un tout petit incident", a-t-il insisté. L'insulte?
"Sans aucun doute, ce professeur a eu tort", a de son côté estimé le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos, interrogé sur France-Info. Mais il a également observé que les faits de violences à l'encontre des professeurs "sont plus nombreux" que ceux commis par les profs. C'est peu dire! "Les exemples que j'ai tous les jours, c'est plutôt des professeurs qui sont victimes de brutalités, de violences, d'insultes, de parents qui les méprisent, de jeunes qui les bousculent", a-t-il rapporté, mettant en avant l'existence d'une "confusion des rapports d'autorité". Le ministre est donc au courant de la situation et du courage au quotidien de son personnel. Rappellera-t-il son recteur à l'ordre? Fera-t-il de la pédagogie dans l'opinion?
Qui assurera le respect des professeurs, s'ils ne s'en chargent eux-mêmes? La presse et l'opinion considèrent que Zidane a eu raison de laver son honneur, mais un professeur doit en revanche se laisser insulter par un 'jeune' de 11 ans pour l'excellente raison qu'il est 'jeune', sachant que l'institution n'envisagera aucune sanction à la hauteur de l'insulte.
Mieux, les collègues de travail du père de l'agresseur sont venus interpeller l'enseignant sur son lieu de travail. Le père est en effet dans la police et l'affaire a été rondement menée. Que le professeur n'est-il clandestin: il aurait mobilisé ses collègues enseignants et leurs réseaux et collectifs...
Il fut un temps lointain où les membres de la famille d'un fonctionnaire devaient être irréprochables, au risque que le représentant de l'Etat soit lui-même sanctionné en cas de manquement de l'un d'entre eux. C'était, il est vrai, au siècle dernier. Notre société se civilise…
A parents défaillants, fédération défaillante de parents. La FCPE soutient les parents qualifiant l'acte d' "inadmissible" et de "grave". Super Nanny fait un maximum pour aider les parents débordés mais aux enseignants l'Education donne Philippe Meirieu. Est-ce bien équitable?
Mesdames et messieurs les professeurs, sortez couverts contre les crachats et les coups. D'autant que la notion d'équipe pédagogique reste une pure vue de l'esprit. Ne comptez ni sur l'institution, ni sur la société qui ne juge pas assez noble votre tâche de formation de sa jeunesse pour vous assurer le respect.
Puisque, comme disent vos élèves à tout propos, vous n'êtes comme nous que des êtres humains, certes méritants, mais ordinaires, que vous n'êtes probablement pas noirs ni issus des quartiers, que vous devez pourtant être infaillibles et ne compter que sur vous, protégez-vous, physiquement et moralement. Donnez à notre société la jeunesse et l'avenir qu'elle mérite.
Carpe diem!

La compagnie Ryanair se croit tout permis sur le sol français

Sarkozy-Bruni doivent faire respecter leur image
La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a utilisé sans autori- sation une de leurs photos pour la promotion de ses vols. Elle ne juge donc pas à la baisse la popularité du couple.
David Martinon, le porte-parole de l'Elysée, a justifié jeudi les demandes de dommages et intérêts adressées par Nicolas Sarkozy et sa compagne Carla Bruni à la compagnie aérienne irlandaise Ryanair pour avoir utilisé sans autorisation une de leurs photos.
Dans leur assignation en référé pour atteinte au droit à l'image, le chef de l'Etat a réclamé à Ryanair un euro symbolique de dommages et intérêts, alors que l'artiste, top-model et chanteuse, en a demandé 500.000.
Interrogé lors de son point de presse hebdomadaire sur la différence des prétentions des deux requérants, David Martinon a expliqué que "pour le président de la République, il s'agissait d'une question de principe". "Pour Carla Bruni, c'est son métier, c'est son image, c'est normal. Pour le coup, elle subit un préjudice financier", a-t-il ajouté.
Le quotidien Le Parisien a publié lundi une publicité de la compagnie irlandaise à bas coûts pour des billets en promotion qui utilise une photo du président et de sa compagne, avec une bulle lui faisant dire "avec Ryanair, toute ma famille peut venir assister à mon mariage". Dès lundi, la présidence avait qualifié cette publicité d'"inacceptable".
L'audience de référé devait se tenir jeudi après-midi au tribunal de grande instance de Paris mais le juge des référés se prononcera le 5 février.
Ryanair?
Avant sa pub, les méthodes de Ryanair sont depuis longtemps décriées.
Les contrats passés avec les Conseils régionaux français, et à l'étranger, font l'objet de contestations. En 2004, Ryanair a été condamnée par la Commission européenne à rembourser 2,5 millions € de subventions indûment perçues de la part de l'aéroport de Charleroi - jugement non exécuté à ce jour. Ces subventions, qui constituent la base de la politique d'implantation de Ryanair dans les aéroports régionaux, ont été requalifiées en "aides d'Etat" contraires aux règles de la concurrence telles qu'édictées dans l'article 87 du Traité instituant la CE. Limoges et La Rochelle, comme Grenoble et Brest, lui ont réservé un bon accueil. L'avis de SUD aérien et de la CGT?...
Ryanair est également très connue pour ses pratiques sociales non conformes au droit des salariés, destinées à réduire ses coûts et ainsi combattre la concurrence. En 2005, la direction a interdit à ses salariés de recharger leurs téléphones portables sur leur lieu de travail. Elle a également proposé une augmentation de 3% des salaires, à l'exclusion du personnel syndiqué, en évoquant l'intérêt de la négociation individuelle.
What's next?

Rocard, personnalité socialiste de l'ouverture, démissionne de la commission Pochard

L'ouverture, est-ce pour claquer les portes ?
Sont-ils sincères ou sourcilleux, ceux qui participent à l'ouverture? Membre du PS, il connaît ses méthodes: comment Rocard peut-il se tromper ainsi de cible?

Bizarre, le comportement de Rocard, ancien Premier ministre socialiste. Tout en vantant le bon climat qui a régné à la commission, Rocard a pourtant annoncé, aujourd'hui jeudi, avoir présenté sa démission de la commission Pochard sur la revalorisation du métier d'enseignant, dénonçant "l'exploitation politique mensongère et manipulatrice initiée par Le Figaro, qui est faite du travail de cette commission". Et non pas par le gouvernement, que ce soit clair !
"J'avais accepté bien volontiers d'apporter mon modeste savoir et mon expérience, en tant qu'homme de gauche, à la Commission réunie par Monsieur le Ministre Darcos, présidée par Monsieur Marcel Pochard et chargée d'établir un livre vert sur les conditions d'exercice du métier d'enseignant", a indiqué M. Rocard dans un communiqué.

Dans une interview au Figaro daté de jeudi, M. Rocard avait estimé que le calcul de la rémunération des enseignants pourrait mieux tenir compte de leur "performance" et intégrer les heures consacrées aux multiples tâches en dehors de la classe.
Le journal ayant titré en Une racoleuse et provocatrice: "Rocard propose de payer les profs au mérite", celui-ci avait ensuite précisé que le rapport de la commission "n'évoquait en aucun cas une rémunération au mérite". Affaire de terminologie. Raccourci journalistique? Incompétence? Comment évaluer leurs 'performances', celles des journalistes, comme celle des professeurs? Rocard serait bien avisé de fournir des éclaircissements sur ce point, en toute simplicité, plutôt que de claquer la porte d'une commission qui n'en peut mais. C'est ce qu'il a finalement fait sur i-Télé Ce sont les évolutions de carrières qui seraient soumises à évaluation, et non leurs salaires... Pourtant, de quoi dépendent les salaires, si ce n'est de l'évolution de carrière, échelon, par échelon et à l'ancienneté ou au choix? Bataille de jésuites.

Michel Rocard avait dénoncé une "polémique qui s'ouvre" sur ce sujet, alors que le rapport de la commission doit être remis lundi au ministre de l'Education nationale. Qui cherche à sanctionner Rocard ? Pourquoi tombe-t-il dans le panneau? Ne sait-il pas que la gauche fait une polémique de tout ?
D'autant que l'annonce de la participation de Michel Rocard à cette commission avait déjà déclenché au mois d'août un début de polémique au PS qui avait communiqué abondamment dans la presse. Certains socialistes l'avaient néanmoins accusé de conforter ainsi la politique "d'ouverture" de Nicolas Sarkozy, ce dont il s'était défendu. Le ministère qui avait assuré qu'il en assurerait la "haute autorité", avait dû battre en retraite et l'ancien Premier ministre immédiatement démentir. Au PS rôde Staline…
C'est donc ça, le cabinet fantôme?

De là à penser que l'origine de la fuite sur les meilleures feuilles du livre vert sur les "conditions d'exercice du métier d'enseignant" est socialiste, il n'y a que la Rue de Solférino à traverser.

Peillon au secours de Royal, femme battue et humiliée

Peillon, contre l'hypocrisie... Royal ne serait pas plus 'people' que Sarkozy !
Elle n'est pas président(e) de la République, mais Sa Cynique Majesté Royal a pourtant encore fait le voyage de Poitou-Charentes à Paris pour faire son show, devant les caméras du service public, aux frais du contribuable. Elle est en effet revenue devant les Français remuer le couteau dans sa plaie conjugale ouverte. Son bouquin ayant eu l'impact que l'on sait, Désirdavenir a fait couler le sang sous l'œil des caméras, pour leur dire combien les hommes lui font du mal. Le père de ses enfants n'est pas épargné, lui qui, par saturation matrimoniale, a dû aller voir ailleurs, et qui, par conséquent, a dû céder au chantage de révélations à la presse de son inconduite et lui céder la place dans la course à l'Elysée. Il a payé le prix fort. Ne l'a-t-elle pas menacé de ne plus revoir ses enfants, rappelez-vous. Où est la plaie?
Ce spectacle était l'unique intérêt de son apparition dimanche, sur France 2, sur le divan du psy M. Drücker, pour ceux qui apprécient les spectacles 'gore', évidemment...
Sur sa séparation d'avec F. Hollande en juin, Vincent Peillon a resservi le couvert, comme si la soupe à la grimace n'était pas enfin froide. Il a affirmé que l'attitude de Marie-sEGOlène, ce n'était "pas du tout la même chose" que celle de Nicolas Sarkozy, marquées par "des déclarations multiples, des voyages". Point de " déclarations multiples, de voyages" de Sa Cynique susnommée. Comme tant de ses consoeurs dans le malheur (des électrices...) , Royal, sincère, avait étalé, dans "Vivement Dimanche" , sa souffrance d'avoir été "trompée" et son soulagement de se sentir "libérée" par sa séparation. Du roman-photos!
Concernant les Ségollande, "les Français ont bien compris: il y en a une qui était candidate à la présidentielle et l'autre qui est Premier secrétaire depuis plus de dix ans. Ca concerne aussi les Français", a estimé V. Peillon, réagissant aux critiques sur ce point de Elisabeth Guigou et Martine Aubry, les deux vilaines, en effet! Mais c'est la tambouille de la cantine socialiste et pourquoi nous la faire partager? Royal est sans rancune...
Peillon, mandaté par Royal, qui se défend d'en faire des tonnes, a fait savoir au peuple de France qu'il s'était adressé à ses gracieuses camarades du PS pour leur dire, avec le pays pour témoin, qu'"il devrait y avoir une règle, pour ces bonnes camarades socialistes, (...) une règle que respecte toujours Ségolène Royal : il est mieux de ne pas faire de commentaire désobligeant sur ses camarades de parti".
Si ça vous intéresse, pour l'affidé Royal, "il n'y a pas eu de commentaire désobligeant" sur François Hollande de la part de la femme battue et trompée et les critiques sur ce point "relèvent encore des arrière-pensées de congrès". Drücker, sidéré, l'a en effet entendue déclarer, le flanc béant, qu'elle souhaitait tout le bonheur à son ex. Spectacle pathétique dans son voyeurisme, qui a manifestement échappé à ce bon Peillon…
Par ailleurs, et si on peut passer à autre chose, Vincent Peillon, le clone de Montebourg, a demandé au PS de ne pas manifester d'"hypocrisie supplémentaire" à propos des rapports à avoir avec le MoDem de François Bayrou une autre plaie, affirmant sur i-TELE que les socialistes devaient "parler avec" les centristes. Message Royal.
"Le pire pour le Parti socialiste, ce serait qu'il entre dans une hypocrisie supplémentaire, de permettre à tous ses grands élus à Tours, Grenoble, Montpellier, Dijon, de faire des accords avec le MoDem et de tenir, là-haut, un discours en contradiction avec les réalités: 'on ne parle pas avec ces gens-là' ", a déclaré Vincent Peillon, sans état d'âme.
Relevant finement que "la question des alliances va se poser (au prochain) congrès" du PS courant 2008, ce proche de Royal s'est logiquement déclaré "pour un rassemblement très large, bien entendu des forces de gauche mais aussi des forces de progrès". Du PCF au MoDem, attention aux adducteurs!
Selon lui, "les démocrates qui voudront participer à ces discussions, (à) l'opposition à Nicolas Sarkozy, (à) la préparation d'une France moderne et juste, nous devons parler avec eux". Le PCF n'a-t-il pas déjà participé à ce scénario en début de campagne présidentielle?
Grand cœur, mais petit calculateur, tout est bon à prendre. Il a observé que "François Bayrou (...) est laminé" par la loi électorale, ce qui "n'est pas juste". Les miettes pour le PS?
L'avocat général Vincent Peillon ne panse pas les plaies: il y verse du vinaigre. N'a-t-il pas ensuite critiqué "une dégénérescence morale et intellectuelle" au PS, s'en prenant notamment aux amis de Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius. "C'est la première fois que je vois une dégénérescence morale et intellectuelle à ce point dans un parti de gouvernement, qui théorise que pour en devenir le leader sous la Ve république (...), il faudrait surtout que la première condition soit que les Français ne veuillent pas de vous. Et donc ne pas vraiment installer un leadership à la tête du parti", a déclaré M. Peillon, très proche de la peu rancunière Royal. Celle qui est maintenant reconstruite et libérée. A l'évidence !
Il désignait ainsi les "reconstructeurs" (amis de DSK, Fabius, Aubry et Montebourg) qui disent vouloir mettre de côté les questions de personnes en commençant la rénovation du PS par un travail sur les idées.
Selon Peillon, "ceux qui disent (et que disent-ils donc encore?) 'il faut les idées d'abord' sont précisément ceux qui empêchent tout débat d'idées depuis une quinzaine d'années". C'est la cour de récré: "M'dame, il a dit…". "Non, c'est lui!"
"Nous savons bien que l'association ubuesque des amis de Laurent Fabius et des amis de Dominique Strauss-Kahn, qui pensent exactement le contraire sur tous les sujets, c'est la même association qui, en 2002, a totalement bloqué l'évolution du Parti socialiste (...)". La rénovation du PS en est où, à propos?
Le député européen enfreignait ainsi la consigne donnée le 20 janvier par le futur ex-premier secrétaire François Hollande, en fin de règne mou, qui avait demandé aux socialistes de se consacrer entièrement à la campagne des élections locales de mars, avant d'entamer les débats du congrès.
Ne se parlent-ils donc plus Rue de Solférino, qu'ils déballent leur linge sale en public? Ubuesque?

Crash de la CGT et SUD aérien à Air France-KLM, le 31 janvier

Les turbulences syndicales indiffèrent les personnels d'Air France-KLM
On s'habitue à tout, même aux trous d'air.
Pour peser sur la réunion salariale prévue le 4 février, la CGT a engagé le dialogue social en appelant à la grève chez Air France-KLM, le 31 janvier!
"Faisons de cette journée un temps fort de revendications dans tous les secteurs de l'entreprise afin de manifester notre profond désaccord concernant les maigres propositions" de la direction, lit-on dans un communiqué.
Lors d'une négociation mardi, l'entreprise a fait des propositions "trop loin d'une réelle prise en considération des besoins des salariés Air France", poursuit le syndicat.


La compagnie aérienne a indiqué qu'elle avait proposé à ses salariés 0,3% d'augmentation au 1er janvier, 1,0% au 1er avril accompagné d'un plancher d'augmentation mensuel, et 1,0% au 1er octobre accompagné d'un plancher d'augmentation mensuel. Ca fait peut-être bien 2,3% sur l'année. Les enseignants?, planeurs intellectuels ou les retraités en fauteuils roulants peuvent en espérer autant?

La réalité est même encore plus favorable aux grévistes gourmands. En effet, "ce dispositif de plancher permet une amélioration significative de l'augmentation générale des plus bas salaires : +3,4% au lieu de 2,3% pour un salaire annuel de base de 20.000 euros", précise-t-elle encore.
Augmentation des sdalaires supérieure à la croissance annoncée en 2008… Le pouvoir d'achat d'Air-France-KLM s'envole tandis que les profs et les retraités restent au sol.
Les personnels au sol d'Air France-KLM avaient déjà fait quatre jours de grève en décembre qui ont fortement perturbé le trafic de la compagnie. Ils avaient alors indiqué que leur mouvement était suspendu jusqu'à la reprise des négociations de la fin janvier.
Pourquoi la grève permanente de la FSU rapporte-t-elle autant aux enseignants qu'aux retraités? Les militants enseignants sont-ils mieux motivés par le folklore des manifs avec banderoles que par l'augmentation de leur pouvoir d'achat ?
Combattre le service minimum est plus idéologique mais ne fait pas bouillir la marmite.
Planeurs et fauteuils roulants contre Boeing 747 ou Airbus A330: la lutte sociale n'est pas équitable. Possiblement!
La direction d'Air France a assuré jeudi matin que le programme de ses vols était "quasi-normal" malgré le mot d'ordre de grève de 24 heures lancé par la CGT et Sud-Aérien pour des revendications salariales.
Les grèves à répétition provoquent la désapprobation des usagers et des pertes pour l'économie, mais rencontrent aussi l'indifférence des personnels. Les dirigeants seraient-ils coupés de leur base?
Allo, Vol AF 2008-01? Je vous reçois 1 sur 5…

Armand Paggiolo, investisseur PS aux Granges d'Arvieux (Queyras)

Un carnet d'adresses multi-usages de camarades socialistes
On peut être élu socialiste à la mairie de Marseille, ne pas être soi-même un précaire et être condamné pour agression sexuelle sur mineure (LIRE l'article de PaSiDupes), mais être aussi piégé comme investisseur en résidence de tourisme.
La résidence de Tourisme trois étoiles «Les granges d'Arvieux » est située dans le Parc Naturel Régional du Queyras à 270 km de Nice et 3 heures de Marseille.
Composée de petits bâtiments de type corps de ferme situés face aux remontées mécaniques, elle vous propose des appartements haut de gamme pouvant accueillir de 4 à 8 personnes. Son cadre calme et paisible vous permettra de vous ressourcer en toute tranquillité. Un véritable havre de paix pour les amoureux de la nature.
L'élu PS, et éducateur pédophile (LIRE le journal régional La Provence), est conseiller du maire PCF d'arrondissement, Dutoit. Pour autant, il a quelques sous devant lui et les investit dans la pierre. C'est ce qui, avec ses mœurs, le distingue encore de ses électeurs abusés. Un placement immobilier défiscalisé n'est pas réservé à la droite et ses électeurs et DAL ont tendance à ignorer que leur élu a voulu mutualiser les risques et non ses revenus locatifs. N'est-ce pas humain?

Prix de la location pour 7 nuits en février: entre 702 et 897 €

La loi Demessine dite ZRR (zone de revitalisation rurale) du nom de la sénatrice du même nom (née en 1947) pour le Nord-Pas-de-Calais, membre du Groupe Communiste Républicain et Citoyen (PCF)…
Michelle Demessine est adjointe au maire de Lille, vice-présidente de la Communauté urbaine de Lille, Membre de la Commission nationale pour l'élimination des mines antipersonnel

♦Dispositif de sa loi?
Les contribuables qui acquièrent un logement neuf ou en l’état futur d’achèvement ou qui réalisent des travaux entre le 1er janvier 1999 et le 31 décembre 2010 dans les résidences de tourisme classées dans les Zones de Revitalisation Rurale bénéficient d’une réduction d’impôt sur le revenu équivalente à25% du montant de l’investissement hors taxes.

Avantages
Économie d’impôt
Récupération de la TVA sur l'achat
Constitution de patrimoine.
Préparation retraite.
Possibilité d’occupation du bien sous certaines conditions.

La résidence
Résidence de Tourisme*** (trois étoiles!)en ZRR à Orcières Merlette
Mise à disposition : décembre 2004

Rendement 4,5 % à 6 % HT (le livret A = 3,5% et le livret populaire?)
+ 4 semaines d'occupation

Mais les mines anti-personnel lâchées par la sénatrice PCF sont nombreuses et l'élu PS de Marseille est du nombre des bernés. Faut-il pour autant être attristé? Certes non.
Car ce qui est plus dérangeant, c'est que les investisseurs des Granges d'Arvieux comme lui peuvent compter sur son carnet d'adresses. Autrement dit, tout va mieux si on est soutenu par le PS. Que lit-on en effet sur le site des plaignants?
"Mr Paggiolo (proprietaire du 813) qui nous a rejoint ce jour et qui a des relations va contacter M Vauzelle président socialiste de la région PACA d et Patrick Mennucci président du groupe socialiste au Conseil Municipal de Marseille et vice-président délégué du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur ainsi que Conseil Général des Hautes Alpes Mr Trupheme."
Si vous êtes dans la même situation, ça sera plus dur…
Ca devrait s'arranger pour eux. Et sans Bouygues, ni Bolloré.
Armand Paggiolo se tirera mieux de la loi Demessine et des griffes des promoteurs que sa petite filleule des siennes ou son autre victime (
La Provence).
Citons La Provence (lien ci-dessus) dans son affaire de correctionnelle: "Le bâtonnier Allegrini a obtenu une application plus douce de la peine, en décrivant un éducateur modèle "pendant 25 ans". Paggiolo a écopé de 3 ans de prison avec sursis." 'Ecoper' n'est-il pas un terme légèrement excessif?
Les mêmes protections figurant dans son carnet d'adresses ont-elles bénéficié à cet éducateur dans son procès pour agressions sexuelles sur mineure? Nous ne pouvons l'imaginer.

mercredi 30 janvier 2008

Sursis pour agressions sexuelles d'Armand Paggiolo, élu socialiste, sur mineure

Encore un délinquant sexuel pédophile ménagé par la justice
La justice ne connaît-elle que le sursis à l'encontre des coupables de gauche? Nous avons eu l'exemple (LIRE PaSiDupes) de Stéphane Pocrain qui roue sa concubine de coups: sursis!
Sursis encore pour un élu socialiste marseillais. Quand c'est pourtant le cas, le mot 'pédophile' est occulté par la presse militante.


Ce proche de Jean-Noël Guérini, candidat PS à la mairie de Marseille est conseiller et adjoint au maire Frédéric Dutoit (ancien député PCF) des 15e et 16e arrondissements dans les quartiers nord de la ville. Il est adjoint délégué au Logement et à l’Animation des clubs du 3e Age et président du groupe socialiste et apparentés au conseil municipal.
Rappel: "Au début du mois d’avril 1995, la moustache finement taillée d’Armand Paggiolo semble épouser sa certitude de conquérir la mairie du 8e secteur de Marseille, sous la casaque de Bernard Tapie et contre le communiste Guy Hermier. Quelques semaines plus tard, le poil a perdu de sa superbe. Triste comme un Paggiolo qui, coup sur coup, a été lâché par Tapie, a dû avaler la couleuvre d’un ralliement à la liste PC-PS, et se retrouve à la tribune d’un meeting de Hermier à l’Estaque. Image pathétique même si, dans un sursaut de mémoire, il n’applaudit pas le communiste." Source
L'Humanité

Paggiolo a été condamné avec sursis par le tribunal correctionnel de Marseille, à trois ans de prison pour une série d'agressions sexuelles commises sur sa filleule de 8 ans, a-t-on appris mardi de source judiciaire. Le sursis semble bien être un privilège réservé à la gauche par la justice équitable.

L'Etat est impuissant. C'est la conséquence de l'indépendance de la justice: il faudrait se protéger du pouvoir, mais non du pouvoir des magistrats!... Le procureur avait réclamé contre Armand Paggiolo, 57 ans, le parrain de la 'petite' , une peine de quatre ans de prison ferme et son placement en détention. Le magistrat n'a pas eu d'états d'âme sur les souffrances de la 'jeune' victime… Nos magistrats veillent à la protection de l'enfance. Leurs sympathies pour la jeunesse a cependant des limites: elle ne s'appliquerait qu'aux 'jeunes' 'présumés innocents' des quartiers, notamment. Les 'jeunes' victimes avérées n'ont qu'à se 'reconstruire'' ou 'faire leur deuil'… En un mot, qu'elles se débrouillent!
La condition d'élu du coupable n'était pas aggravante pour quiconque n'est pas élu socialiste. Elle aura pésé dans le plateau de la balance de l'injustice.

Autre détail, plaidant en faveur du parrain socialiste de l'enfant? L'édile est éducateur de formation, et le reste? Responsable mais pas coupable? Il a toujours nié les faits. Devant ses juges, il a cependant avoué lundi "des gestes affectueux", mais "pas d'acte sexuel". Tant d'affection, est-ce ce que l'on est en droit d'attendre d'un parrain et d'un élu? Il faut croire que oui.

Selon le quotidien "La Provence", c'est une rédaction demandée par le professeur de français de la jeune fille sur le thème "Contre quoi vous révolteriez-vous aujourd'hui?" qui a permis à la victime, désormais âgée de 19 ans, de révéler l'affaire, sept ans après les faits. La prof qui voulait probablement flatter sa classe à l'âge de l'adolescence rebelle en a été pour ses frais. Rien de social, rien de politique. Que du sordide, en l'espèce. Félicitations pourtant à cette enseignante qui risquait gros en portant l'affaire devant sa hiérarchie et la justice, car elle a dû subir quantité de pressions administratives et politiques. Bilan institutionnel? L'enseignante est déjugée. Faites donc de la prévention!

La 'prévention' contre la sanction est un des leitmotivs à succès de toute la gauche désunie. La panacée ! Mais le PS a des éducateurs qui bafouent la théorie dans ses pratiques de terrain. La police n'est pas en cause. L'eût-elle été que la presse n'aurait pas laissé les Marseillais -voire les Français- dans la confidence...

Des magistrats militent activement dans ce débat ravageur sur la prévention. Ils se refusent à sanctionner, comme les Conseillers 'principaux' d'éducation (CPE) dans les établissements scolaires. (A noter que tous les conseillers d'éducation sont 'principaux': ils n'en existe pas d'autres…)
Sa Cynique Majesté Royal s'était médiatiquement investie (lien PaSiDupes)dans la défense des femmes battues et des enfants sexuellement agressés. Qu'en reste-t-il? Faire parler de soi mais abandonner les victimes à leur misère?

Paggiolo se coucha sur la liste des soutiens individuels de Désirdavenir Royal, dans le 13. Il y a été bien accueilli, bien que l'affaire ait étté déjà connue...

Donc, tout va pour le mieux. Les enfants sont protégés. Les criminels et maris violents sont neutralisés. La justice de classe n'existe pas. Seulement la justice idéologique. Autant dire 'politique'. En clair, la justice de gauche: les coupables ne sont pas de gauche! La petite justice entre amis…
Le procureur fait-il appel?
Le coupable de pédophilie reste-t-il éligible, à Marseille ou ailleurs?

Nota Bene: Yahoo! France Actualité fait-il de la dissimulation d'information en rapportant les faits dans sa rubrique…'Finance'?

Pouvoir d'achat: on crée une psychose, puis on lance des grèves

La rentrée sociale permanente s'essouffle,
mais les syndicats de gauche veulent maintenir la pression

Ils marchent à la grève; c'est leur drogue: ils sont toujours en manque.
La presse militante a accompli sa besogne. Les Français, ou les foyers présents sur le territoire, en sont maintenant convaincus. Leur pouvoir d'achat a baissé. Seulement voilà, l'INSEE affirme simplement que le pouvoir d'achat des salariés a globalement peu progressé en 2006. Ce qui n'est pas la même chose… Un progrès insuffisant reste un progrès.
En 2006, époque où le sujet n'était pas ressassé et où la rumeur n'avait encore pas fait son œuvre dans l'opinion sensible à ce sujet, le pouvoir d'achat des salaires, globalement en "hausse modérée", a augmenté pour les cadres et les professions intermédiaires, mais stagné pour les employés et même baissé pour les ouvriers, selon une étude de l'Insee publiée mercredi. L'Insee n'utilise pas l'expression "pouvoir d'achat" dans cette étude car elle la réserve au seul "pouvoir d'achat du revenu disponible brut, qui intègre les salaires mais aussi les prestations sociales notamment", a précisé l'Institut
Bien sûr, nous en voulons toujours plus et n'en avons jamais assez. Dès lors quoi d'étonnant que les bas salaires et les foyers bénéficiaires de prestations sociales apparaissent défavorisés… On joue avec les mots en jouant avec les critères. C'est ce qui s'appelle manipuler l'opinion.

Les syndicats ont un bon moyen de relever le pouvoir d'achat. Ceux d'Ile-de-France CGT, CFDT, UNSA, FSU et Sud-Solidaires ont appelé, mardi 29, les salariés du public, comme du privé, à se mobiliser "dans les semaines à venir" pour la défense des salaires et du pouvoir d'achat. La date est secondaire et elle n'est pas fixée: ce qui importe, c'est d'une part de tomber d'accord et d'autre part d'être 'déterminés'…
C'est "l'ensemble des salariés, employés, ouvriers, ingénieurs, cadres, techniciens, chômeurs et retraités qui est appelé à se mobiliser et à agir (...) dans les semaines à venir" pour "relancer des négociations salariales dans les branches et les entreprises, et dans les fonctions publiques", "supprimer les inégalités salariales entre hommes et femmes", "revaloriser les retraites et pensions de réversion", ou encore "garantir un niveau décent d'indemnisation pour les demandeurs d'emploi". Autant de mots d'ordre porteurs quand ils ne sont pas galvaudés. Les situations et les intérêts des uns et des autres ne sont pas les mêmes, mais on globalise, on amalgame: il faut faire nombre, quitte à ce qu'il y ait des dindons de la farce; mais plus il y en aura et mieux ce sera.

Si pour seulement 2008 nous faisons le compte des mouvements de grèves (mais serons-nous complets?), nous avons eu à subir:
- 17-18-19 octobre: régimes spéciaux de retraites et salaires fonction publique SNCF, EDF, GDF, RATP
- 25 au 29 octobre: hôtesses et stewards d’Air France;
- novembre: blocages de sites universitaires par des étudiants contre la loi LRU
- 20 novembre: fédérations de fonctionnaires, dont le SNUipp et la FSU ("grève moyenne");
- 29 novembre: magistrats contre la réforme Dati;
- 19 décembre: avocats;
- 21 décembre: personnels des aéroports;
- décembre-janvier: médecins urgentistes et anesthésistes;
- 8 janvier: CFDT CFTC CGT CGT-FO appellent à la grève l’ensemble des salariés du Régime d’Assurance Chômage pour participer à un rassemblement massif devant l’Assemblée Nationale;
- 14 janvier: 7ème préavis de grève pour les pilotes d’hélicoptère des métiers de l’urgence (SAMU, Secours en montagne….)
- 24 janvier: professeurs de SNUipp et de la FSU
Quel pays dit mieux?

Pourtant, les syndicats ne peuvent ignorer que leurs mobilisations sont à la baisse. La grande grève annoncée du 24 janvier n'a guère eu d'écho. La quantité des mouvements nuit à leur qualité et à l'augmentation du pouvoir d'achat. L'objectif est-il par conséquent les intérêts des privilégiés des transports et des moins favorisés ou le harcèlement du gouvernement?
Prenons les enseignants qui vivent d'amour et d'idéologie. Un professeur des écoles sur trois (34,21%) était en grève jeudi 24 janvier à la mi-journée, selon un décompte du ministère de l'Education nationale portant sur 27 des 30 académies. Les grévistes politiques avaient choisi de réclamer des négociations sur les salaires, dans le cadre de la journée de grève dans la Fonction publique et dans la logique d'un suivi de la campagne de mobilisation de l'opinion sur le pouvoir d'achat.
Ce chiffre souligna une participation en deçà de la précédente journée d'actions à l'appel de la quasi-totalité des fédérations de fonctionnaires, le 20 novembre, qui avait enregistré, selon le ministère une participation de 38,98%. Dans le détail, selon le ministère, 38,45% des professeurs des écoles ont débrayé, 38,45% dans les collèges, 36,52% dans les lycées généraux et technologiques et 31,54% dans les lycées professionnels. Le Snuipp-FSU a lui annoncé une moyenne de 55% de grévistes, selon un décompte partiel portant sur 400 établissements répartis sur tout le territoire. Dans 2000 écoles primaires le service minimum est expérimenté
La quasi totalité des fédérations de l'Education (FSU, Unsa-Education, Sgen-CFDT, Ferc-CGT, FAEN, FO, EIL) appellaient leurs troupes à la mobilisation, rejoints par les étudiants de l'Unef, les lycéens suiveurs de l'UNL et de la Fidl, ainsi que le syndicat Snalc-CSEN (classé à droite) et avec le soutien de la Société des agrégés, des 'intouchables'. Des manifestations ont eu lieu dans la matinée en province comme à Caen, Strasbourg, Le Havre, Le Mans ou Grenoble, où 3000 à 6000 personnes ont défilé dans la rue. A Paris, le cortège devait partir à 14h de la Place de la Bastille.
Bilan de ce déploiement annoncé? Globalement, Eric Woerth a annoncé que 20% des fonctionnaires faisaient grève à la mi-journée, contre 32,6% le 20 novembre. Sur RTL, le ministre de la Fonction publique était fondé a juger la grève "totalement inutile". "Il n'y pas de raison de faire grève". De nombreux fonctionnaires ont manifestement partagé ces avis.
La grève concernait également la fonction publique territoriale, très mobilisée en Ile-de-France selon la CFDT, et les agents des hôpitaux publics, où la direction faisait état d'un taux de grévistes de 11,7% à midi. Des préavis de grève ont aussi été déposés à la Poste : dans la matinée, la direction a recensé 9,46% de grévistes contre 20% selon Sud-PTT. Les transports aériens et terrestres ne sont eux pas affectés par le mouvement. Les salariés de France 2 sont aussi appelés à la grève jeudi pour demander le retrait des huit chantiers de réforme entrepris en décembre par le PDG de France Télévisions, avant l'annonce de la suppression de la publicité.
Non seulement la base ne décide plus, mais elle ne suit pas.
Pourtant, les syndicats s'entêtent et ça continue:
- 30 janvier: taxis
- 31 janvier: Air France -CGT et Sud aérien;
- février: CGT -pouvoir d'achat
- 1er février? CGT RATP "métro et RER"
- 4 février : préavis de grève de SUD Educ pour permettre aux personnels de l'éducation nationale d'aller manifester à Versailles, le jour du vote au congrès de la modification de la constitution française permettant la ratification du nouveau traité européen par le sénat et l'assemblée nationale;
- 13 février: France Télévisions.

Quel pays dit mieux?
Chacun s'accorde pour penser que des réformes sont depuis longtemps nécessaires, mais chacun s'oppose aux réformes lorsque vient son tour. Une réforme n'est possible que si elle concerne les autres.

lundi 28 janvier 2008

Municipales à Paris: bobo Baupin contre le "light et insipide"en écologie

Denis Baupin veut faire cracher les automobilistes parisiens
Un écolo fondamentaliste altermondialiste internationaliste veut prendre Paris.
Denis Baupin, chef de file des Verts aux muni- cipales à Paris, un pur et dur. Aussi dur que Stéphane Pocrain? Qui sait? LIRE l'article de PaSiDupes qui est consacré à ses démêlées conjugales.

Il ne veut pas faire de l'écologie "light" [ni 'allégée', en français de chez nous…] et "insipide" et assume ses choix, notamment de faire payer l'accès au périphérique parisien. Ca va douiller en pièces jaunes pour entrer dans Paris: les Parisiens et tous les Français qui montent à Paris vont se faire descendre...

Devant les membres du parlement des Verts, réuni samedi à Paris, l'adjoint aux Transports du grand maître bobo de Paris, Bertrand Delanoë, s'est exclamé, terrible: "Si c'est pour faire de l'écologie qui essaie d'être toujours light, inspide, qui ne gêne personne, --on a vu les résultats, on a vu ce que ça a donné--, je ne pense pas que ce soit la stratégie qu'on ait à mener". L'ambition nouvelle de l'écologie est donc de déranger: bon courage!

Droit dans ses bottes de hussard cycliste, il déclaré: "On m'a reproché d'avoir dit qu'on voulait rendre payants les autoroutes et le périphérique, mais j'assume". Quel homme !

Pas sectaire, il a ajouté devant un auditoire médusé et tremblant: "Si on est écologiste et qu'on n'est pas prêt à dire ce genre de choses, ce n'est pas la peine de se lancer" dans la bataille. Bobo Baupin a parlé.

Un chouïa prosélyte, maintenant. "Non, on n'est pas vexé que tout le monde se dise écologiste. C'est même plutôt une victoire. Cela veut dire que nous avons réussi à faire de l'écologie le coeur du débat politique mais, en même temps, méfiez-vous des contrefaçons", a-t-il affirmé, ouvert.

Offensif, le gaillard. Baupin a exhorté les militants à "faire en sorte de ne pas se laisser avoir par ceux qui se prétendent écologistes, et qui veulent supprimer les couloirs de bus", en allusion à Françoise de Panafieu, candidate UMP à la mairie de Paris.

Rassembleur et consensuel (?), il s'en est pris aussi à Bertrand Delanoë, maire-candidat PS, en l'agressant confraternellement: "Méfiez vous de ceux qui se disent écologistes et qui veulent plus de voitures, même si c'est des voitures en libre-service", a-t-il dit, indiquant "je pense à quelqu'un d'autre, là aussi à Paris, un peu auto-centré". Pas de contrefaçons chez les Verts.

Personne n'était épargné par ce preux chevalier Vert dans la Croisade municipale et planétaire. "Nous devons revendiquer que pour faire de l'écologie, il y a besoin d'écologistes et que faire de l'écologie nécessite une rupture", a-t-il souligné; Face à "tous ceux qui se prétendent écologistes et qui disent croissance, croissance, croissance", a-t-il enfin lancé à l'usage de la droite.
Churchil est de retour parmi nous. "Cela ne veut pas dire qu'on promet du sang et des larmes, mais en même temps on ne promet pas que tout va être facile", a-t-il martelé assurant que "la mutation est nécessaire".
Il promet de leur faire suer le burnous, à Paris?
Les Anglaises ont débarqué; Jenny Jones, adjointe au maire rouge de Londres, a envahi Paris avec son armée de vélib' pour soumettre les Parisiens aux Verts.
VOIR et ENTENDRE - L'exemple vient d'Outre-tombeManche
Vous aurez également un aperçu du programme Verts pour Paris: non seulement ambitieux, mais prétentieux.
Le financement? Un détail ! Un Eden Vert à Paris, ça n'a pas de prix…


Le soutien des extrémistes altermondialistes est également fait pour apaiser les Parisiens…

Paris a besoin de l'internationale des Verts: Jenny Jones ne suffit pas, il fallait le cousin-germain Cohn-Bendit, Dany le Rouge. Tout le monde aux abris!

Paris sera toujours Paris, mais sera-t-elle toujours française?

Hors l'écologie, point de salut.
Sus aux infidèles!

Municipales à Paris XXe: l'UMP est l'avocat Jean-Claude Beaujour

Michel Charzat, le socialiste, ça suffit !
Meeting de lancement de la campagne de Jean Claude Beaujour dans le XXème arrondissement, en présence de Philippe GOUJON, Président de l'UMP Paris et candidat dans le 15ème;
Originaire de Guadeloupe, Jean-Claude Beaujour est avocat au barreau de Paris, associé au cabinet Hobson, et est l'un des représentants de la volonté de diversité de l'UMP.

Détenteur d'un Doctorat de droit, Jean-Claude Beaujour a intégré le RPR, puis l'UMP en 1997 et a fait partie du comité départemental de Paris entre 2001 et 2004.

Aux élections législatives de juin 2007, il est battu par la socialiste Danièle Hoffman-Rispal, qui obtient 69% des suffrages dans la 6e circonscription de Paris.

A 44 ans, il est marié, père de 3 enfants, Chevalier de l'Ordre National du mérite et Président de l'Association Marco Polo, qui mène des actions sur l'économie durable. Il a également administré le Théâtre 13 et se dit très engagé dans la vie de la cité, notamment en matière de lutte contre toutes les formes de discriminations.
VOIR et ENTENDRE le candidat: lancement de sa campagne, le 13 janvier

Le candidat UMP est bien adapté à un renouveau de la politique dans le XXe, terre du socialiste Michel Charzat, dont la présence commence à peser sérieusement, jusque sur ses proches.
VOIR et ENTENDRE le candidat: sa profession de foi
VOIR et ENTENDRE - Les jeunes avec le candidat de l'UMP, pour la diversité:

dimanche 27 janvier 2008

Municipales à Paris XXe- La candidate PS est controversée

Frédérique Calandra à la découverte des habitants engagés du 20e
'Frédérique Calandra vient d'adresser un courrier à un certains nombre d'habitants « engagés » du 20e : conseillers de quartier, membres d'associations, etc. Elle les invite à une réunion de présentation de la liste qu'elle conduit et de son projet, ajoutant : « je sais l’importance du travail mené par l’ensemble des conseillers de quartier et des habitants actifs de notre arrondissement ». Cette précision est effectivement utile dans la mesure où Mme Calandra a constitué une liste d'où sont précisément absents ces habitants.« Evidemment » poursuit la candidate de l'appareil socialiste, « votre participation à cette rencontre (...) ne signifie en rien un soutien » (encore heureux !) Et de conclure « je vous invite afin de faire mieux votre connaissance ». Il est vrai que Mme Calandra a besoin de découvrir le 20e et ses habitants, elle qui a réussi à n'assister à aucun des 105 conseils de quartier de la mandature ! Un exploit qu'elle est probablement la seule élue à pouvoir mettre à son crédit.Si elle connaissait mieux ces habitants-citoyens fortement impliqués dans la vie de leur arrondissement, Mme Calandra devrait également savoir qu'on ne se contente pas de leur « présenter un projet », mais qu'on sollicite leur concours pour l'élaborer, ce que Michel CHARZAT a bien compris, lui qui a ouvert un « espace contributif » sur le blog de campagne de la liste « le 20e avant tout ! » qu'il conduit...Cerise sur le gâteau : Frédérique Calandra a adressé un courrier en tout point identique aux associations du 20e pour les convier à la même réunion (même lieu, même heure, même date, même ordre du jour). Une façon de s'assurer la présence d'un minimum de monde... Une fois de temps en temps, ça fait du bien !'
Texte dû à Politoblog , du 25.01.2008
Cette photo plus récente, pour ceux qui n'ont pas encore eu l'avantage de la rencontrer sur le terrain...
Elle pourrait bientôt faire son apparition sur les marchés et vous demander son chemin!

Un Vert pas tendre du tout: Pocrain tabassait sa concubine

Ses violences conjugales lui valent le sursis
Stéphane Pocrain, c'était un ancien porte-parole des Verts et de Noël Mamère lors de la présidentielle de 2002, devenu chroniqueur dans plusieurs émissions de télévision: On a tout essayé de Ruquier, sur France 2, chaîne publique vertueuse ou N'ayons pas peur des mots, une émission quotidienne de débat militant et contradictoire à plusieurs contre un, présentée par Samuel Etienne et diffusée sur la chaîne d'information en continu i>Télé.

Ce doux féministe, aux heures ouvrables des plateaux de télévision, a été condamné vendredi 25 par le tribunal correctionnel de Paris à deux mois de prison, mais avec sursis, pour des violences sur son ancienne concubine. Elle n'a plus qu'à s'estimer heureuse d'avoir échappé à la lapidation.

Il a été reconnu coupable d'avoir, le 16 septembre, frappé son ancienne compagne, Anne-Charlotte Keller, conseillère chargée de l'enfance du XXe, lieu du parrainage civil d'une centaine de familles et dont le député-maire est Michel Charzat.
Cette bénévole dévouée et désintéressée touchait 8 000 F mensuels d'indemnisation de la MNEF, dont elle était trésorière, au temps du procès du scandale qui mena cette mutuelle étudiante au tribunal et dans laquelle le PS trempa jusqu'au cou: il se finançait à cette pompe à fric. LIEN sur l'affaire de la MNEF

Sa victime est institutrice du SNUipp, dans un arrondissement pourvoyeur de militants extrémistes du réseau ESF. Elle est aussi candidate PS aux élections municipales dans le XXe de Paris, sur la liste de Frédérique Calandra, adjointe au maire de Paris, Bertrand Delanoë, et médiatrice -en l'espèce impuissante- de la Ville de Paris (LIRE un prochain article de PaSiDupes sur cette tête de liste).
Il devra lui verser 3.000 euros de dommages et intérêts. Pocrain a indiqué ignorer s'il allait ou non faire appel de cette décision. L'altercation avec coups, survenue alors que le couple envisageait déjà de se séparer, avait valu à la jeune femme, qui présentait de multiples hématomes aux bras et aux cuisses, une incapacité totale de travail de 7 jours.
Selon son ex-compagne, Stéphane Pocrain, aujourd'hui âgé de 35 ans, s'était déjà montré violent précédemment, vis-à-vis d'elle, mais aussi d'autres anciennes petites amies.
Devant le tribunal, le prévenu a reconnu une partie des faits, à l'exception des coups de pieds portés aux jambes. Il a expliqué son geste par "un contexte difficile de séparation, avec des crises permanentes".
Après que le parquet eut requis trois mois de prison avec sursis, Me Hervé Temmime a demandé au président Jean-Pierre Mérigeot de ne prononcer qu'une peine "de principe", le couple ayant encore "un avenir commun", au travers de leur petite fille de dix mois. Inutile de protéger la 'jeune' (!) enfant?...

Candidat aux élections cantonales en 1998, Stéphane Pocrain ne rend pas ses comptes de campagne: il est déclaré inéligible pendant un an. La même année... il est promu porte parole des Verts!

En février 2007, Pocrain a néanmoins été appelé par Bruno Walther, président de l’agence de publicité américaine Draft-FCB, pour prendre la vice-présidence de sa branche française, en charge de …la citoyenneté et du développement durable.

Sur la radio Beur FM, en juillet 2005, ce guadeloupéen d'origine, avait aussi déclaré: «Il faut que les Français blancs s’y fassent. Bientôt ils ne seront plus majoritaires en France. Il suffit de se promener dans les rues de Paris et de prendre le métro pour s’en rendre compte.».

Membre fondateur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), Stéphane Pocrain avait annoncé en mai 2006 sa candidature à la présidence de la République avant de se retirer huit mois plus tard au profit de la candidature de Sa Cynique Majesté Royal.

Un nouveau maître du Monde?

Les journalistes s'étripent aux frais des actionnaires
Les journalistes refont le monde mais réussiront-ils à refaire Le Monde?
C'est toujours l'irresponsabilité qui règne parmi ces journalistes qui prétendent nous apprendre la vie tout en creusant leur propre tombe. On n'est pas tranquille!
C'est une nouvelle affaire de sauvegarde de privilèges par la gauche. Après les effarantes pressions des cheminots, par exemple, la gauche intellectuelle dispensatrice généreuse d'éthique s'illustre encore, au journal Le Monde.
Le 4 janvier dernier, le nouveau président du directoire, Pierre Jeantet, et son vice-président Bruno Patino avaient confirmé leur démission donnée le 19 décembre, à la suite d'un désaccord avec … les internes de la SRM. Face à la menace d'Alain Minc de recourir à la nomination d'un administrateur judiciaire en cas de vacance de la gouvernance, Éric Fottorino, troisième membre du directoire au côté de Pierre Jeantet et de Bruno Patino, avait pour sa part repris sa démission et s'était porté candidat à la tête du directoire...
Problème de personnes, d'une part.
Le maintien de Jean-Michel Dumay à la présidence de la turbulente SRM était un obstacle insurmontable. À Dumay qui avait exigé il y a dix jours son départ le plus vite possible, Alain Minc, président du conseil de surveillance du groupe, avait répondu qu'il s'en irait dès que l'«impertinent» quitterait la SRM.
Si le président de la SRM s'était engagé par écrit ce week-end à partir au cours de l'année, il refuse que les externes lui dictent sa loi. «C'est un empiétement sur la souveraineté du conseil de gérance de la SRM», s'étranglait hier un de ses membres. «Il nous faut gagner du temps pour éviter l'irréparable», poursuivait-il.
Problème de gestion, d'autre part.
Les nécessaires actionnaires-sauveteurs 'externes' appelés au secours, Jean-Louis Beffa (Saint-Gobain), Pierre Richard (Dexia), Étienne Pfimlin (Crédit mutuel), refusent de s'en laisser compter par les rédacteurs qui les mépriseraient volontiers tout en leur demandant de les nourrir. La gauche caviar en est toujours au mécénat, si tant est que le journal soit une œuvre d'art.
Mais c'est essentiellement la recapitalisation du groupe qui explique le clash.
Le groupe Lagardère (17 % du capital de la société Le Monde, sous-filiale de la société de tête Le Monde et Partenaires Associés) et l'éditeur de presse espagnol Prisa (15 % du capital), qui sont prioritaires en cas d'augmentation du capital, ont déjà fait savoir qu'ils étaient prêts à réinjecter de l'argent. Cela ferait perdre alors le contrôle (52 %) de la société de tête par les internes, qui craignent une telle hypothèse. La SRM croit-elle pouvoir vivre au-dessus de ses moyens et aux crochets des 'externes', et conserver sa 'souveraineté'. Au Monde, c'est encore l'Ancien Régime?
Après une nouvelle journée de crise, Éric Fottorino a donc finalement été élu à la présidence du directoire du groupe Le Monde, alors que sa candidature à la présidence du directoire avait encore été rejetée le 15 janvier. Les 'externes' mettaient ainsi un terme à la crise de gouvernance qui couvait depuis des semaines dans le groupe (Le Monde, Courrier international, Télérama, La Vie…). Pour obtenir le soutien d'Alain Minc et des externes, il semble qu'Éric Fottorino ait accepté deux conditions : le départ immédiat de Jean-Michel Dumay et une recapitalisation du groupe.

Quant au nom de son second, qui sera plus particulièrement chargé du redressement financier du groupe, il ne sera connu que la semaine prochaine.
Enfin, le président de la Société des rédacteurs (SRM), laquelle est à l'origine de toutes les indécences sociales et corporatistes, Jean-Michel Dumay a accepté de quitter son poste en juin. C'est pourtant l'ensemble des inconscients de la SRM qui est en cause: leur arrogance et leurs prétentions coûtent cher aux actionnaires et aux abonnés.

Sa Cynique Majesté Royal fait son show people sur le service public.

L'infortunée concubine Royal dissimule mais exige la vérité des autres
Royal s'est donnée en exemple pendant de longs mois et a porté des jugements moraux très peu catholiques à l'encontre de ses opposants.
Mais elle a tellement indigné les initiés qu'une agence de presse française a démasqué son hypocrisie avant la fin de la campagne présidentielle. Son masque souriant lui a été arraché; mais elle l'a repris. La duperie est dans sa nature. Son sens moral ne lui interdit pas de revenir encore sur le sujet pour accuser la presse de manipulation médiatique et de piège...


Exemple d'impudeur pour ceux qui ont encore besoin de preuves de sa tartufferie. Elle avoue notamment qu'elle aurait préféré négocier la bigamie du père de ses enfants… N'est-ce pas pourtant ce qu'elle a bien dû faire en volant la candidature socialiste à la présidentielle au premier secrétaire du PS.
On ne trompe pas l'opinion impunément. Elle ose pourtant encore se représenter devant elle.

VOIR et ENTENDRE (près de 2 mn)
Marie-sEGOlène Royal aurait pu étaler son infortune conjugale sur une chaîne privée, mais elle a choisi de faire financer sa campagne publicitaire par la redevance. Coup en vache contre le 'bigame': la guerre des deux roses rebondit !L'éthique de France 2 qui l'accueille est nettement supérieure à celle des chaînes concurrentes!
Tout le monde paie pour cette resucée des malheurs de Marie-Sego: c'est la France "plus juste et plus forte" qui lui verse son obole.La dîme royale...

Royal, pauvre petite fille riche et trompée

Désirdavenir s'épanche sur le divan de Drücker
Ce grand malheur qui s'abat sur une femme aussi souriante et sympa- thique est-il de nature à la servir? C'est ce que pense ce concentré de toutes les vertus cardinales...
Invitée de l'émission "Vivement dimanche", enregistrée mercredi et diffusée dimanche 27 janvier, l'ex-candidate socialiste malencontreuse à l'élection présidentielle revient, notamment, sur son infortune avec le premier secrétaire du PS, paradoxalement soumis comme elle à l'impôt sur la fortune.
"Oui, j'ai été trompée !" déclare, dans l'intimité d'un plateau de télévision, l'élève refusée avec son fils Julien au cours d'art dramatique Florent. Trompée? Et bien! Car depuis longtemps. Pas seulement, donc, par les sondeurs, les militants des quartiers et d'ailleurs et les Français, mais par son sex- symbol de concubin. Son bouquin n'aurait pas suffi, puisqu'il s'est mal vendu; il fallait donc qu'elle fasse pénétrer les Français dans son intimité.

Logiquement, la presse devrait maintenant hurler à la mise en scène de sa vie privée et à l'accaparement du service public transformé en Disneyland. Celle qui parle volontiers d'elle-même à la troisième personne ('la candidate'), parle 'librement' aujourd'hui de son infortune pour dire qu'elle domine la situation. Tout de noir vêtue, elle explique qu'elle a fait son deuil du fuyard.
Evidemment personne ne s'attendait à ce qu'elle avoue s'être trompée et d'avoir voulu tromper le peuple de France. Elle a d'abord sacrifié son couple en utilisant son concubin comme marche-pied vers le pouvoir. Elle a ensuite trompé son François avec les Français. Elle vient enfin devant eux leur dire combien elle a souffert…
Emission de promotion.
Interrogée par Claude Sérillon dans le domaine politique, l'ex-candidate à l'élection présidentielle ne cache pas ses ambitions pour la prochaine présidentielle qui aura lieu en 2012. En ce qui concerne le PS, Sa Cynique Majesté Royal se dit également prête "à prendre ses responsabilités", (responsabilités qu'elle s'invente) et compte bien aller "jusqu'au bout de sa démarche".
Lors de cette partie politique de l'émission, elle évoque aussi le rôle de plus en plus important des médias dans une campagne présidentielle. Elle en a usé et abusé jusqu'à la nausée et continue en répliquant inutilement à tout ce qui se passe en France pour contrecarrer toutes les réformes. Question pub, elle est orfèvre mais feint de faire une découverte. Prête à tout, préviennent certains.

Ainsi, face au redoutable Drücker, pour finir, elle tire sur sa jupe et déclare: 'Il y a encore beaucoup à découvrir!…" Salace, avec ça?
Royal, 'people'? Pas un instant, jamais.