POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 30 septembre 2010

Philippe de Villiers démissionne de la présidence du CG de Vendée

Désolation

Philippe de Villiers, président du conseil général de Vendée depuis 1988, et leader du Mouvement pour la France (MPF), a annoncé ce matin, à la surprise générale, qu'il va quitter son poste de président du Conseil général de Vendée au 31 octobre prochain. L'annonce officielle de ce départ a été faite ce matin par voie de communiqué de presse.

L'homme politique âgé de 61 ans évoque "une décision mûrement réfléchie", évoquant "la réforme territoriale","l'esprit de l'époque". On sait aussi que l'homme a dû faire face récemment à de graves problèmes de santé . En novembre dernier, Philippe de Villiers avait annoncé qu'il souffrait d'un cancer très rare de la choroïde, pour lequel il a été opéré à Noël.

Bon courage !
PaSiDupes forme des voeux pour son prochain rétablissement.

Le Parlement adopte la loi sur l'absentéisme scolaire

Le CSE se prononce contre le decret sur les sanctions scolairesOn sait désormais clairement d'où viennent les blocages.
Le Parlement lutte contre la débandade à l'école, mais les enseignants refusent les sanctions qui les protègent.

Le conseil consultatif enseignant a donné son avis sur la réforme des sanctions

Un décret du ministère de l'Education nationale réformant les sanctions dans les collèges et lycées a été rejeté par le Conseil supérieur de l'éducation (CSE), ce jeudi 30 septembre 2010, selon les sources lycéenne (UNL) et parentale (FCPE).
L'avis du CSE n'est pas suspensif
Le Conseil représente notamment enseignants, lycéens, parents, étudiants et collectivités territoriales, mais ne formule qu'un avis.
Soumis au vote, le décret a recueilli quatre votes pour, 16 contre et il y a eu 17 abstentions et huit refus de votes, selon l'UNL. La première organisation lycéenne, comme la FCPE, a apprécié que les aspects concernant la récidive soient finalement retirés du texte. "Mais le ministère a refusé de remettre en cause l'automaticité d'une procédure disciplinaire en cas de violence verbale et nous avons donc voté contre", a prétexté le président de la FCPE, Jean-Jacques Hazan.

Les mesures à venir
Grâce à ce décret, si le chef d'établissement ne fait pas de l'obstruction, avec le soutien de la FSU et de la FCPE, toute "violence verbale" donnera désormais lieu à une procédure disciplinaire et toute violence physique à un conseil de discipline.
Quant à la refonte de l'échelle des sanctions, elle prévoit de donner aux expulsions un caractère exceptionnel, notamment en supprimant les exclusions temporaires de plus de huit jours, qui peuvent trop souvent conforter l'élève dans sa volonté de décrochage scolaire.

Fallait-il en revanche abandonner les élèves au laxisme enseignant ?

Le 15 septembre, le Parlement a choisi de voter définitivement, après un ultime vote du Sénat, une proposition de loi UMP prévoyant la suspension des allocations familiales pour absentéisme scolaire.

Le Sénat a voté le texte conforme, c'est à dire sans y apporter de modifications, ce qui vaut adoption définitive par le Parlement.

La proposition de loi du député UMP Eric Ciotti avait déjà été approuvée le 29 juin par les députés. Il répond à un voeu exprimé à plusieurs reprises par Nicolas Sarkozy de lutter contre l'absentéisme scolaire.
Sauvons nos retraites ?

L'opposition de gauche a combattu ce texte
, également dénoncé par les principaux syndicats d'enseignants -majoritairement à gauche- et la fédération de parents d'élèves dominante, la FCPE, aux ordres du PS.

Martin Hirsch: Mohamed ou Judas ?

La délation était-elle nécessaire à son retour à gauche ?

Le Canard enchaîné privé de révélations

Martin Hirsch, l'ex-haut commissaire aux Solidarités, publie chez Stock un livre qui lui vaut l'opprobre de ses anciens collègues de la majorité mais le scandale en assure le succès. Le déshonneur est-il le prix à payer pour regagner la confiance de la gauche à laquelle il appartient ?

Le Haut-Commissaire « fuite »

Le Président Nicolas Sarkozy a estimé à sa sortie mercredi que Martin Hirsch a commis une faute en se servant des données transmises à la Commission pour la transparence financière de la vie politique, dont il était membre, pour désigner certains de ses anciens collègues à la vindicte publique. Le Chef de l'Etat, qui ne souhaite pas «participer à la polémique», a déconseillé à ses hôtes de réagir à chaud, pour éviter, selon son expression, de «victimiser» Hirsch et de donner ainsi du crédit à ses accusations.

Mais l'indignation l'a emporté chez la plupart des responsables de la droite. Qu'ils soient ou non visés par ce que son auteur présente comme une tentative de moralisation de la vie politique.

Les timbres rares des ministres des Postes

Gérard Longuet, parmi les plus directement concernés, a évidemment réagi. L'actuel président du groupe UMP au Sénat a été ministre des Postes de 1986 à 1988. À ce titre et par tradition, il a bénéficié des «hommages philatéliques», des timbres rares, aussi bien offerts à tous ses prédécesseurs qu'à d'autres ministres et à des hauts fonctionnaires. Hirsch, qui a découvert l'existence de ce privilège quand il siégeait à la Commission pour la transparence financière, accuse Longuet d'avoir en partie financé sa villa sur la Côte d'Azur grâce à ces timbres.

Aux journées parlementaires de l'UMP, jeudi dernier, à Biarritz, l'ex-ministre incriminé a riposté qu'il aurait fallu qu'il soit «ministre pendant cinquante ans» pour se payer une villa de cette façon. Sa maison a d'ailleurs été construite avant qu'il soit ministre des Postes. À Biarritz, le patron des sénateurs UMP a même évoqué l'affaire à la tribune, en ironisant sur le «golden parachute» que s'est fabriqué Martin Hirsch à la tête de l'Agence du service civique.

Hirsch s'est-il honnêtement préoccupé de l'usage qu'en ont fait les ministres socialistes des Postes Paul Quilès (1988-1991) ou Louis Mexandeau (1981-1983) ? Il ne devrait pas manquer de nous informer complétement et ainsi démontrer ses réelles bonnes intentions.

Des membres de la majorité ont l'exclusivité

Hirsch insinue que Jean-François Copé serait particulièrement exposé au risque de conflits d'intérêt en tant que député UMP et avocat d'affaires. Le patron des députés UMP à l'Assemblée nationale est passé aussitôt à l'offensive. Il a qualifié d' « exercice de délation» l'opération à laquelle s'est livré Martin Hirsch qui vise les chefs de file de la majorité des deux chambres parlementaires. En l'espèce, il s'agit plutôt d'un procès d'intention, puisque, en bon camarade, Hirsch distille le soupçon, mais en prétendant craindre que Copé puisse se retrouver en situation de conflit d'intérêts.

Pourquoi Martin Hirsch ne vise-t-il pas des députés de l'opposition devenus avocats sur le tard, tels Jean Glavany ou Christophe Caresche (PS) et Noël Mamère (Verts) ? Julien Dray (PS) est également en attente de la robe noire.

Sarkozy et Larcher aux solidarités actives
Ils ont exprimé leur sympathie à Copé et Longuet.
«Quand on se veut chevalier blanc, on commence par respecter la loi et par ne pas divulguer des informations confidentielles», a affirmé mercredi le porte-parole du gouvernement Luc Chatel.
Dans le même registre, Gérard Larcher a rappelé Martin Hirsch à «l'obligation de réserve des hauts fonctionnaires». «Choqué» par les accusations portées contre le président du groupe UMP au Sénat Gérard Longuet, le président du Sénat explique que, quand on traite des conflits d'intérêts, «il s'agit de dire le droit et non pas de supputer».

Le faux-cul Martin Hirsch se défonce
Spécialiste des coups bas, la mauvaise réputation de Martin Hirsch ne date pas d'hier et les Chiffonniers d'Emmaüs n'avait pas besoin de cette publicité de leur ancien président.

=> Le grand public a gardé en mémoire
Le Martin est un pécheur récidiviste devant l'Eternel.
Le 1er juillet dernier, au cours de l’émission “Le news show” sur Canal Plus, Martin Hirsch, président de l’Agence du service civique et ancien Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, a réagi aux propos d’Eric Zemmour sur le prénom de Rokhaya Diallo en ces termes: “La vraie intégration, c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed.
VOIR et ENTENDRE
de Martin Hirsch, un protestant:



Les recommandations de Martin Hirsch valent pour les enfants des autres, car en toute cohérence, ses trois filles se prénomment Raphaëlle, Mathilde et Juliette.
Lire PaSiDupes

=> L'ex-ministre de la Ville Éric Raoult raconte que lors d'un débat télévisé, en 2001, Martin Hirsch l'avait «piégé» en lui demandant avant le début de l'émission de trouver un logement à l'une de ses collaboratrices. Raoult, maire du Raincy, s'était contenté de lui promettre d'examiner le dossier, mais Hirsch avait raconté leur échange pendant le débat en le présentant comme la preuve du favoritisme pratiqué par Raoult.

=> La secrétaire d'État à la Famille Nadine Morano, qui n'a pas digéré que Martin Hirsch s'arroge l'entière paternité du RSA, ajoute que l'ex-haut commissaire ne «rend jamais à César ce qui est à César».

Aucun regret: la gauche peut se le garder !

L'Express: petit cours de déontologie à l'usage des donneurs de leçons

L'anti-sarkozyisme primaire de l'américain Newsweek

La presse de gauche continue les agressions


La collusion des journaux de la gauche internationale s'est déjà manifestée récemment au grand jour
Lire l'article de PaSiDupes consacré à la propagande anti-française du journal Libération

Elle récidive cette semaine, en soutien à l'administration Obama qui peine dans l'opinion: le président métis - messie de la gauche multi-raciale - serait devenu moins populaire que Clinton retiré des voitures...

Newsweek a décidé de détourner l'attention sur la France
, dont le magazine de gauche sait tout, si petite et lointaine soit-elle...
Sa couverture choque certains dans l'hexagone, mais la gauche n'y voit aucune indécence: l'outrance est son fonds politique et l'outrage son régal:

Nicolas Sarkozy vend bien, jusque dans l'Amérique d'Obama
Newsweek le définit outre atlantique: ” a centrist who is flirting with extremism

Le premier secrétaire du PS avait besoin de réconfort: ses propres camarades dénoncent ses mensonges. Lire PaSiDupes
Le soutien vient de l'étranger !

En France, certains media sortent du lot des hyènes, avec mesure et dignité


Sarkophobie ou antisarkozysme?

VOIR et ENTENDRE l'édito de Christophe Barbier (L'Express), le 29/10/10
Ce message arrivera-t-il aux oreilles de l'hypocrite premier secrétaire du PS ?
Lire
PaSiDupes 1: la révélation du complot Aubry-DSK par Bartolone
PaSiDupes 2 : la confirmation du mensonge des primaires par Malek Boutih

video

Noah, le préféré des Français est un poseur de lapin

John McEnroe confirme la révélation de Christophe Hondelatte

La navrante saga des Noah: nouvel épisode
Noah Sr. donne raison à Christophe Hondelatte

L'animateur de Faîtes entrer l'accusé a brisé l'omerta sur les mauvaises manières de la diva des media. Indigné, il révéla voilà quelques semaines que Yannick Noah - pourtant personnalité préférée des Français confirmée pour la troisième année consécutive - de n'être qu'un goujat qui ne cesse de planter chacun de ses rendez-vous, manquant ainsi régulièrement de respect aux media comme à leurs lecteurs.

Le journaliste n'avait pas apprécié que le méprisant chanteur, alors qu'il l'était convié à un entretien sur les ondes de RTL, ne prenne pas la peine de se décommander !
Lire PaSiDupes

Yannick Noah est hautain et supérieur avec arrogance
Lire PaSiDupes: ses propos insultants pour David Douillet

Digne repésentant de la "république du respect": une star capricieuse
En effet, invité au Grand Journal de Michel Denisot sur Canal + ce soir 30 septembre 2010, aux côtés des champions de tennis Mats Wilander et John McEnroe, Yannick Noah a encore décidé à la dernière minute de ne pas honorer ses engagements. Selon le journal L'Equipe, le vainqueur de Roland-Garros en 1983 avait accepté de participer à l'émission auprès de ses anciens adversaires mais a finalement récommandé, sans aucune considération pour les athlètes et ses admirateurs.
Le mythique Noa ne serait-il qu'un piteux poseur de peaux (mitées) de lapins ?

Il n'est pourtant pas tendre pour Ray Domenech et les Bleus: lui ressembleraient-ils trop ? Lire PaSiDupes

Défaut de surveillance ? Cela ne nous regarde pas !

Noah aime à se dévoiler
Mais le chanteur se raconte beaucoup.
Il a ainsi évoqué le jour où livrée à elle-même, sa fille Yelena a failli mourir. "Les premiers pas qu'elle a fait dans sa vie, c'est pour traverser la cuisine que vous voyez là, entrer dans la serre et tomber dans le Jacuzzi. Joakim, qui à l'époque avait deux ans et parlait à peine, avait couru chercher leur maman. Cécilia avait retrouvé Yelena dans l'eau, inanimée. C'est elle qui l'a sortie, lui a fait du bouche à bouche. Après ça, ambulance, hôpital. Quand elle m'a téléphoné, tout ce qu'elle parvenait à dire, c'était : 'Yelena était morte, Yelena était morte'", a-t-il expliqué.

Père absent mais qui ...communique

"Je ne voudrais pas me retrouver surpris ou débordé par un problème. Je ne suis pas toujours là au quotidien, alors j'ai envie qu'on communique. Pas question de découvrir un jour qu'ils ont un gros bobo, un gros chagrin, et que je suis passé à côté. Moi, j'essaie de les conseiller, de ne pas les juger", a-t-il livré.
Lire PaSiDupes, concernant son fils Joakim

Espagne : le socialiste Zapatero, face à sa première grève générale

La gauche a une solution pour tout; seulement en France

Le gouvernement socialiste n'échappe pas à la grève

Mercredi 29 septembre, l'Espagne a connu sa première grève générale depuis 2002, à l'appel des principaux syndicats du pays, afin de protester contre les mesures d'austérité engagées par le gouvernement du socialiste José Luis Rodriguez Zapatero pour réduire le déficit budgétaire.
Ce mouvement social d'importance était organisé alors que le pays peine à sortir de la crise et qu'un actif sur cinq est au chômage, un taux record en zone euro.

Qu'elle soit qualifiée de «succès» par les syndicats ou de mobilisation «inégale» par le gouvernement, cette première grève générale en huit ans contre un gouvernement de gauche marque un tournant dans les relations syndicats-PSE.

Une centaine de manifestations ont eu lieu dans la journée contre une réforme du marché du travail déjà en vigueur. A Madrid et Barcelone, les défilés sont partis en début de soirée avec, selon les syndicats, 500 000 participants à Madrid et 400 000 à Barcelone.

100% de grévistes dans le secteur automobile

L'Union générale des Travailleurs (UGT, affiliée au Parti socialiste ouvrier espagnol) a estimé que la grève était suivie «à plus de 70%» et par plus de 10 millions de salariés dans le pays, voire à 100% dans des secteurs comme la sidérurgie, l'énergie et les services de propreté.

D'importantes perturbations

Indice de la baisse d'activité dans le pays, la consommation d'électricité a été sur la journée inférieure de 16,5% par rapport à la normale.

Dès le matin, des piquets de grève «informatifs» avaient été plantés à l'entrée des usines, les kiosques étaient fermés faute de journaux et les poubelles non ramassées. Le taux de participation a été «important dans certains secteurs comme l'automobile», «pratiquement 100%», a reconnu le ministre du Travail, Celestino Corbacho. Mais «dans la santé ou l'éducation (...) le suivi a été modéré», a-t-il souligné, notant aussi un taux de 3% dans l'hôtellerie.

Dans les transports, la participation aurait été de 21%.
Selon les chemins de fer espagnols, 80% des liaisons à grande vitesse ont été annulées. Aucun train régional ne circulait, et 25% seulement des trains de banlieue étaient en service.

Les autobus étaient très rares mercredi à Madrid, alors que le trafic était pratiquement normal dans le métro.

La compagnie aérienne espagnole Iberia prévoyait d'assurer 35% de ses vols au cours de la journée. La compagnie à bas coûts Ryanair a de son côté annoncé l'annulation de tous ses vols au départ et à destination de l'Espagne.
Selon les chemins de fer espagnols, 80% des liaisons à grande vitesse ont été annulées. Aucun train régional ne circulait, et 25% seulement des trains de banlieue étaient en service.

Le service minimum au secours des usagers
Les syndicats CCOO (proche du Parti communiste espagnol) et UGT avaient accepté de garantir des services minimum, avec par exemple au moins 20% des vols internationaux et 25% des trains de banlieue.

Le gouvernement socialiste recule

Des mesures impopulaires
Elles prévoient notamment une réduction des salaires des fonctionnaires de 5% en moyenne et un gel de la plupart des pensions en 2011. L'objectif est de réduire de 15 milliards d'euros les dépenses publiques cette année et en 2011. Des réformes ont également été adoptées pour rendre le marché du travail plus compétitif, alors que le taux de chômage atteint les 20%.

Syndicats, vent en poupe

«C'est un succès de participation et un succès démocratique», a affirmé le secrétaire général d'UGT, Candido Mendez, estimant que cette grève devrait entraîner «une rectification en profondeur de la politique du gouvernement». «Nous n'allons pas nous résigner», a assuré en écho Ignacio Fernandez Toxo, secrétaire général de CCOO, car «ce qui se change avec une loi peut se modifier avec une autre loi».

Le vent a tourné pour Zapatéro

De son côté, le gouvernement a cherché à jouer la modération avec les syndicats. Ainsi, le ministre du Travail passe de la pommade et «salu(e) la responsabilité avec laquelle la grève est suivie», avec des services minimum respectés à 98,7%.

Des affrontements

En marge de la mobilisation des heurts entre policiers et grévistes se sont produits. Plus d'une vingtaine de personnes ont été blessées et la police a procédé à une soixantaine d'arrestations.
D'après le ministre du Travail, un policier a tiré des coups de semonce en l'air pour disperser des manifestants devant une usine à Getafe dans la banlieue de Madrid.

Dans le centre de Barcelone, des étudiants ont incendié une voiture de police et bloqué des rues avec des poubelles. La police a tiré des balles en caoutchouc pour les disperser, a précisé Celestino Corbacho.

mercredi 29 septembre 2010

Rom: Manuel Valls en flagrant délit de mensonge

Eric Besson démasque Manuel Valls
Manuel VALLS a menti sur les aires d’accueil des gens du voyage sur la communauté d'agglomération d'Evry

Lors de l’émission « Mots croisés » sur France 2 le lundi 27 septembre 2010, j'ai indiqué à Manuel VALLS qu’il était mal placé pour donner des leçons de générosité vis-à-vis des populations nomades, puisque « sur sa commune d’Évry et dans sa communauté d’agglomération, alors que la loi l’impose, aucune aire de repos n’a été créée par sa communauté d’agglomération ».

Manuel Valls a répondu « c’est faux vous mentez »

Il a également affirmé effrontément que « la communauté d’agglomération d’Évry Centre Essonne remplit parfaitement les conditions de la loi », avec une « aire de passage à Lisses, une autre à Courcouronnes et une autre en devenir à Bondoufle », en ajoutant avec aplomb: « nous sommes parfaitement respectueux de la loi. »

Vérifications faites

Il s’avère que la communauté d’agglomération d’Evry, présidée par Manuel VALLS, a bien l’obligation de construire et d’entretenir 5 aires d’accueil, et n’en a construite aucune à ce jour.

Sur le territoire de la communauté d’agglomération, on recense :

- Sur la commune de Courcouronnes, une aire d’accueil de 10 places officielles, créée par la commune, mais avec la nécessité de réhabiliter 15 places ne répondant pas aux normes.

- Sur la commune de Lisses, une aire fermée depuis 2007, dont les travaux de réhabilitation sont en attente.

- Sur la commune de Lisses, un terrain de grand passage, créé et géré par l’Etat, qui vise à accueillir les grands rassemblements quelques fois par an, et qui n’a aucune des caractéristiques d’une aide d’accueil des gens du voyage telle que prévue par la loi.

Il est donc avéré que la communauté d’agglomération d’Evry, présidée par Manuel VALLS, n’a construit aucune des 5 aires d’accueil des gens du voyage telles que prévues par la loi et précisées par le schéma départemental d’accueil des gens du voyage de l’Essonne, adopté en 2003, qui fixe l’emplacement de ces aires : Bondoufle, Courcouronnes, Evry, Lisses, Ris-Orangis.

Le communiqué de presse publié le 28 septembre 2010 par Manuel VALLS confirme lui-même que « le programme d’investissements décidé par les élus sur notre territoire prévoit à terme la réalisation de 4 aires », et qu’aucune de ces aires n’a été réalisée à ce jour.

Le mensonge est le langage du PS

Manuel Valls, candidat aux primaires de la gauche (lien PaSiDupes), est donc bien mal placé pour donner des leçons de générosité pour l’accueil des populations nomades.

Les militants socialistes ont honte de leurs dirigeants
Certains de leurs confrères dénoncent leurs mensonges:


Pareillement, Malek Boutih (PS) cloue la Ch'tite Aubry au pilori pour son hypocrisie: lire PaSiDupes

Montebourg veut la guerre avec TF1, après Peillon avec France 2

La liberté d'expression est-elle insupportable au PS ?

TF1, dernière cible en date de Montebourg

Depuis quelques jours, le député socialiste apparaît dans la bande-annonce du prochain film de Pierre Carles, « Fin de concession », qui dresse
une critique radicale des media et qui sortira en salles le 27 octobre.


Face caméra, l'ancien lieutenant des beaux jours de Désirdavenir Royal déclare que «
c'est le moment de taper sur TF1 » et que « pour ça, je vais vous donner un coup de main ». Des propos, tenus en « off » pendant l'installation du micro, qu'il aurait bien aimé ne jamais voir apparaître à l'écran.

Du côté de la chaîne privée, la réaction ne s'est pas fait attendre, puisque son PDG, Nonce Paolini, a envoyé une lettre recommandée au député pour exiger des excuses.
La liberté de la presse trouve ses limites avec le PS
Arnaud Montebourg a fait savoir qu'il avait demandé à Pierre Carles de supprimer le passage en question, et a confirmé avoir reçu la missive de TF1, soulignant cependant « ne pas avoir l'habitude de recevoir des leçons de la part d'une chaîne de télévision, qui plus est partiale », selon le député socialiste, un brin méprisant.

Ce socialiste fait l'unanimité contre lui


L'infatué Montebourg a déjà fait malgré lui la Une de l'actualité cette semaine.

Dimanche dernier sur Europe 1, après avoir annoncé qu'il recevrait Arnaud Montebourg la semaine suivante, Jean-Pierre Elkabbach avait lâché « mais ça sera moins intéressant »[qu'aujourd'hui avec Mme Lagarde], pensant être hors antenne.

Le gracieux sourire du pédant s'est figé: la France entière connaît maintenant Nono pour ce qu'il est...
Autre bellâtre qui ne pointe plus sa frimousse poupine à la lucarne: Peillon-la-honte (lire PaSiDupes)

Le cumulard Montebourg serait bien inspiré de se retirer au plus tôt en région. Si possible discrètement.

Les Verts en émoi: Michelle Obama porterait des bijoux en ivoire de mammouth !

Il faut mettre les mammouths hors de portée de la Démocrate...

En rapport de son ossature


La camarade présidente des Etats-Unis, Michelle Obama, se pare régulièrement des colliers ou bracelets signés Monique Pean, l'une des lauréate du prix 2009 du CFDA/VOGUE Fashion Fund.
Why not?

La designer utilise l'ivoire de mammouth
Certains créateurs en vogue, comme Bibi van der Velden ou Ivory Jacks travaillent également ce matériau, revenu au goût du jour.

Ce n'est pas Libération qui fuiterait...

Le britannique The Guardian, tout marqué à gauche qu'il est, révèle que 60 tonnes d'ivoire sont extraites tous les ans de la toundra sibérienne et exportées vers la Chine. Grâce au réchauffement climatique, il est de plus en plus facile d'accéder à l'immense cimetière de pachydermes enfoui sous la glace.

Les Obama seront donc toujours les derniers en matière de réchauffement climatique et d'écologie ?
Ecologie solidaire ? Des ascendants de Barak Obama vient lui-aussi d'Afrique mais n'est pas solidaire pour autant.
Lire PaSiDupes

Légal, ne signifie pas éthique

Le commerce de l'ivoire de mammouth est autorisé
Contrairement au trafic de l'ivoire d'éléphant, le commerce de l'ivoire de mammouth est autorisé. Mais The Guardian s'oppose à ceux qui soutiennent qu'il permet de réduire le trafic illégal et affirme au contraire qu'il contribue à développer l'engouement pour l'ivoire en général.

Rue de Solférino, ils peuvent compter leurs abattis

Certains éléphants roses ne vont pas y faire de vieux os...
Aubry pourrait bien (l'air de rien, bien-sûr) en prélever un ou deux à Ségol'haine Royal: l'entendez-vous déjà barrir d'ici !



Ci-contre, une oeuvre de l'espagnol Miquel Barcelo

Les origines ethniques pèseraient donc sur la délinquance ?

« Veux pas savoir ! », réplique la gauche...

Les propos seraient tenus par Zemmour, le Net ne chercherait pas plus loin et sa chronique serait déclarée « fasciste ».

Quant à l'hebdomadaire Le Point, il n'est pas subversif, mais n'est pas non plus à la solde de la majorité, il s'en faut de beaucoup; or, le 14 septembre, il publiait un article fort peu 'politiquement correct', intitulé « Le poids des origines ethniques et la délinquance ». Il est désormais soupçonné de dérive droitière, quand il n'est pas traité de « facho », pour faire court, mais efficace !
Tandis qu'idéologues et militants ostracisent au nom des Rom, que les laïcs intégristes dénoncent partout des menaces papistes et que les moins bobos de nos libres penseurs luttent contre l'identité nationale en rangeant au rayon 'art', certaines photos insultant emblêmes nationaux (lien PaSiDupes), un chercheur au CNRS, spécialiste de la violence et des politiques de la ville, ferait de la provocation, au point d'émouvoir lesgauchistes du CNRS et au-delà ! Déclarant en effet que "refuser de s'intéresser aux origines culturelles des délinquants est une hypocrisie," nul doute, il n'est pas bien pensant; c'est facho. Tous des fachos, donc.

Plutôt un sondage bidonné qu'une enquête universitaire

Le sociologue Hugues Lagrange publie les résultats de ses recherches sur les facteurs de délinquance. Souci: ni téléphonique, ni téléphoné, ce travail balaie hypocrisies et idées reçues.
[D'ailleurs,les travaux de Lagrange sont contestés, notamment par le chercheur(CNRS) Laurent Mucchielli, partisan du 'tout-social', qui réfute tout biais culturel. Pour Mucchielli, l'islam n'est ni fondamentalement criminogène, ni un ennemi de l’intérieur en France, ni porteur d’un nouvel antisémitisme en France.] Le propos est tranché, à rebours des précautions d'usage. Le spécialiste l'assume, après huit années d'une enquête inédite et scrupuleuse, au plus près des Français d'origine étrangère - du Bassin parisien à la banlieue nantaise, [laquelle accueille le polygame Liès Hebbadj ou Tariq Ramadan, l'idéologue islamiste. C'est, pour tout dire, le fief du socialiste Jean-Marc Ayrault]. Surtout, il l'explique, comme personne avant lui, dans un livre limpide publié le 16 septembre, Le Déni des cultures (Seuil). Une oeuvre de salut public, en ces temps d'amalgames, sinon d'aveuglements.

[Les tabous dévoilés]

Oui, affirme ce chantre de la tolérance, les émeutiers de 2005 et 2007 sont majoritairement de jeunes Noirs ayant grandi dans les cités. Traumatisée par un passé colonial qu'elle refuse de sonder, "la France se berce de refrains antiracistes et refuse la réalité".
Oui, les familles pauvres musulmanes, africaines ou encore maghrébines, sont des familles nombreuses et leurs enfants plus souvent déstructurés, séduits par l'islam radical ou tentés par la violence. Ils sont aussi plus dépressifs.
Non, ils ne souffrent pas d'un manque d'autorité, mais d'un excès d'autoritarisme.
Et non, l'école égalitaire et les valeurs universelles ne sont pas accessibles à tous. Pas plus que l'assimilation n'est un rêve partagé. Ni la polygamie un crime, mais une tradition désastreuse aggravée par l'exil...

[La vérité, dût-elle déranger]

Hugues Lagrange (ci-contre) n'a que faire de heurter les bonnes âmes.
[Serait-il communiste? Socialiste, peut-être?] Lui-même reconnaît avoir longtemps posé le problème à l'envers: "J'avais moi aussi une vision globale stupide des Français d'origine étrangère, dit-il. Je croyais qu'une politique égalitaire était la seule possible. Je réalise aujourd'hui combien les héritages culturels, la langue, la structure familiale, pèsent sur les individus." Près de dix ans passés à interroger les migrants, les enseignants de ZEP, les acteurs de terrain lui ont ouvert les yeux. Et permis de comprendre.

Qui s'intéresse à la place des mères?
Comprendre quoi? Qu'un enfant pauvre d'origine malienne a plus de risques de décrocher que les autres au primaire, par exemple. Certainement pas parce qu'il est noir, ni musulman, ni moins doué. Mais parce qu'il s'est construit autour de valeurs familiales bancales, que la plupart de ses voisins "de souche" ignorent.

"Dans les familles subsahariennes arrivées récemment en France, près de 30% des hommes mariés sont polygames", constate sobrement le spécialiste. Les femmes sont aussi jusqu'à quinze ans plus jeunes que leur mari et ont chacune, en moyenne, entre 6 et 7 enfants. [Combien d'entre elles bénéficient-elles en revanche, de la solidarité nationale ? Les enfants sont aussi d'un bon rapport en allocations familiales, en aides sociales et en aide aux familles mono-parentales. Les maliennes ne sont pas exclues de l'allocation parent isolé.]
[Ces enfants] sont, culturellement encore, généralement livrés à eux-mêmes avant d'avoir atteint l'âge de trois ans... [Les pères ne sont pas présents] Autant dire qu'ils entrent à l'école de la République désarmés [bien que l'Education nationale se soit adapté au-delà de toute raison]. Faute d'encadrement spécifique, ils en sortiront détruits. [Jugement outrancier, du fait de sa noirceur réductrice et de sa généralisation schématique]

N.B.
Le questionnement sur la place des mères évacue le problême soulevé par un Thema controversé qui devrait être enfin projeté ce soir sur Arte à 21h35: « La cité du mâle », Retour à Vitry, où Sohane fut assassinée dans un local à poubelles. Sur France Info, c'est une femme, habituellement sans tabous, qui s'est révélée 'politiquement correcte', ce matin, pour la bonne cause. La chroniqueuse Danièle Ohayon (ci-contre) a pris Daniel Leconte à partie, lui reprochant un documentaire qui, en dénonçant les machos des banlieues, stigmatiserait l'ensemble des musulmans. Encore un facho !
Complément d'info
Danièle Ohayon est créatrice (2002) et présidente de la Maison des Journalistes (MDJ), qui accueille des journalistes réfugiés contraints de fuir leur pays après avoir subi des persécutions et qui leur permet «de s'intégrer à la culture de leur pays d'accueil ».

La gauche prétend créer une société de Bisounours

Notre modèle méritocratique ne s'embarrasse pas de ce genre de nuances. [Faut-il qu'après avoir nivelé le niveau au profit des plus défavorisés, il sacrifie les autres ?]

Qui s'intéresse à la place des mères dans ces mêmes familles africaines, turques, maghrébines, repliées sur leurs traditions ? Contrairement aux idées reçues, très peu élèvent seules leurs enfants. En revanche, à la maison, le père seul incarne l'autorité. Au pays, les solidarités villageoises rétablissent une sorte d'équilibre au sein des couples. Mais, en France, [outre que l'autorité paternelle est battue en brèche par les gaulois, féministes ou laxistes...], ces patriarches ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes et sombrent le plus souvent dans un autoritarisme implacable. [Blanc ou noir, pas facile aujourd'hui d'être père !] Répétant le même scénario infernal: mères disqualifiées, filles soumises et garçons hors de contrôle. [sans compter la prise de pouvoir par les grands frères francophones, pourtant scolarisés et éduqués par l'Education nationale (aux mains, il est vrai, de la FSU), mais aussi des imams.]

[L'intégration opposée à l'assimilation, responsable de la ségrégation]

Bien sûr, les traditions n'expliquent pas tout.
Grandir dans une tour délabrée, un logement insalubre, isolé ou sans perspectives d'emploi, [comme pourtant bien d'autres enfants venus d'Europe] ajoute au sulfureux cocktail. [A noter que les asiatiques ne soulèvent pas encore ces problèmes] De même que l'exil aggrave le repli communautaire [d'autant plus qu'à l'effort français d'assimilation, par idéologie, la gauche vertueuse a fait prévaloir l'intégration], la ségrégation et la xénophobie brisent les plus beaux élans.

Certaines habitudes héritées constituent, par ailleurs, de formidables paravents - l'entraide entre générations et les solidarités féminines notamment. Il n'empêche. "Faute de s'intéresser aux individus dans leur globalité, les politiques publiques se privent de leviers essentiels", assène le chercheur, qui le déplore: à elles seules, les récentes émeutes urbaines auraient pourtant pu révéler bien des carences liées aux origines, et permis d'y répondre. Si encore les autorités avaient pris la peine de briser l'omerta. [Les autorités portent-elles la responsabilité de l'idéologie marxiste, tiers-mondiste et anti-colonialiste ?]
Mais les tenants du tout-sécuritaire [qualificatif discréditant les efforts entrepris], ceux-là même qui "laissent se propager les contrôles au faciès au mépris des règles élémentaires de déontologie" , fustige l'auteur [c'est en fait le problème plus général de l'apparence négligée ou de l'attitude provocante qui s'applique en réalité à tous, mais qui est récupéré à des fins politiciennes. Sans compter tout bêtement le surnombre de mâles à l'entrée des boîtes, qu'ils viennent ou non des cités],

[les tenants du « tout-sécuritaire », donc] refusent de communiquer aux chercheurs l'origine des délinquants. [Une accusation injuste, car cet interdit émane de hautes autorités ou d'associations (Halde, Cran) Ainsi, Attac dénonce le danger des statistiques ethniques : « la production technico-scientifique de la "race" », avec pour axiome: « créer des races [de toutes pièces ?], c’est d’emblée du racisme. » !]
Comment dès lors disséquer la secrète alchimie qui pousse certains au pire, et en assagit d'autres ? La gauche est tout aussi coupable à ses yeux, quand "elle prétend créer une société de Bisounours", niant au passage la diversité des valeurs. Cette dernière existe pourtant, s'étend même, et mériterait que l'on s'y intéresse. Rapidement.

Usage, encadré et sécurisé, des statistiques ethniques
La situation sous Jospin
Depuis le début des années 2000, les défenseurs de la République "une et indivisible" refusent l'idée que l'on puisse distinguer les Français en fonction de leurs origines ethniques. Ils s'opposent à ceux qui estiment que seule une telle distinction permettra de lutter efficacement contre les discriminations.

La France dispose désormais des outils statistiques nécessaires pour mieux appréhender l'ampleur et les mécanismes des discriminations. Elle peut développer ce qu'on appelle communément des "statistiques ethniques", à condition d'en faire un usage "raisonné" et "différencié selon les circonstances et les finalités". Fruit de dix mois de réflexion, le rapport du Comité pour la mesure de la diversité et l'évaluation des discriminations (Comedd), que son président, François Héran, a remis vendredi 5 février 2010 à Yazid Sabeg, commissaire à la diversité, témoigne de la volonté de sortir de la polémique.

Que révèlent-elles ?

Les faits

Un mis en cause par les forces de sécurité sur cinq est de nationalité étrangère. Ce ratio est de un sur quatre (25,13 %, 206.888 étrangers mis en cause) pour la police. Pour la gendarmerie, ce taux atteint 7,79 %, soit, un mis en cause sur treize (27.347 étrangers mis en cause). Pour être plus complet, la part d'étrangers dans la population française est d'environ 6 %, soit un habitant sur dix-sept.

L'interprétation sociale (Jospin, premier ministre, 2 juin 1997-6 mai 2002)
Selon les derniers chiffres publiés (1997 !), cette population étrangère serait également surreprésentée dans la population frappée par la pauvreté. La part de ménages étrangers vivant sous le seuil de pauvreté est de deux à trois fois supérieure (un ménage sur dix concerné pour des étrangers issu d'un pays de l'Union européenne; un sur quatre pour les Algériens, Marocains et Tunisiens; et près d'un sur six pour les étrangers issu d'un autre pays hors UE) à celle rencontrée dans les ménages français (7 %, soit près d'un ménage sur quatorze).

Rom: la commission européenne désavoue la gauche européenne

Pas de procédure d'infraction contre la France sur les Roms

Une campagne politicienne pour rien

La Commission européenne ne va finalement pas ouvrir de procédure d'infraction contre la France pour sa politique à l'égard des Rom en situation irrégulière. La gauche hexagonale, menée par Aubry-la-menteuse (selon Bartolone, cf. lien PaSiDupes et Malek Boutih, cf. lien PaSiDupes), a pourtant tout fait pour humilier son pays, mais sa campagne démagogique ne trouve pas, ce mercredi dans l'Union européenne, l'écho que la presse engagée lui a accordé.

La gauche européenne fait fuiter l'information
"Non, pas de procédure d'infraction aujourd'hui", a laconiquement confirmé l'une des sources européennes à l'origine des fuites. Voire amèrement.

La gauche française plonge l'U.E. dans l'embarras

L'exécutif communautaire cherche simplement à retrouver la face
après son emballement sous la pression de nos eurodéputs Verts (Europe Ecologie) et socialistes. Il se limiterait donc à envoyer aux autorités françaises un nouveau courrier demandant des informations complémentaires sur les expulsions de Rom sans papiers. Or, on sait parfaitement que la France y est disposée.
La semaine dernière, le gouvernement français a d'ailleurs adressé là la commissaire en charge de la Justice, Viviane Reding, une note sur la circulaire controversée du 5 août concernant expressément les renvois de Rom, ainsi que les explications sur son retrait et des précisions sur l'illégalité des camps évacués, pour assurer sa pleine et entière information.

Viviane Reding a cru à une discrimination et elle devait jusqu'à ce jour démontrer à ses collègues le bien fondé de l'ouverture d'un contentieux avec Paris. Or, "les faits doivent primer sur les intentions", souligne-t-on à Bruxelles.
Enfin, la luxembourgeoise Reding se trouve en porte à faux avec la législlation de son propre pays qui fait de la discrimination à lencontre des clandestins roumains et bulgares. cf. doc ci-dessous:
La stigmatisation politicienne de la France aura ainsi eu pour effet que la commissaire en charge de la Sécurité Cecilia Malmström et le commissaire en charge de l'Inclusion Lazlo Andor, maintiennent leur présentation de la situation des Rom dans l'ensemble de l'Union européenne.

Le président de la Commission José Manuel Barroso n'est donc pas certain de son fait et hésite à attaquer la France, avoue son entourage.

Dans l'hypothèse où une nouvelle procédure était lancée, les autorités françaises sont préparées et le président Nicolas Sarkozy a assuré que les erreurs éventuelles seraient "corrigées".
Le Chef de l'Etat rencontrera aussi le Souverain pontif, le 8 octobre prochain.

mardi 28 septembre 2010

Après Bartolone, Malek Boutih dénonce l'hypocrisie d'Aubry

Malek Boutih (PS) accuse Martine Aubry de mensonge

Membre du bureau national du Parti socialiste, Malek Boutih accusait-il le premier secrétaire du PS d'escroquerie, à la façon Madoff, ce mardi matin sur RTL ?
Martine Aubry a "un problème avec la vérité politique, c'est extrêmement clair", affirme l'ancien président de SOS racisme.

Encore un que la maire de Lille va juger 'vulgaire' !
"Il n'y a qu'à voir la manière dont elle slalome sur le dossier des retraites" pour "voir qu'il y a un problème", a-t-il ajouté. "Entre ce qu'on dit aux Français aujourd'hui sur le haut de la tribune et ce qu'on fera demain si on est en responsabilité, il y aura plus qu'un décalage", a-t-il prédit, faisant référence au rétablissement de la retraite à 60 ans promis par le PS.

Libération ne va pas manquer de discréditer ce franc-tireur
Boutih s'expose en effet à l'insulte dévaluée par un usage intensif de 'collaborateur' de l'ennemi. De 'harki', peut-être, avec l'approbation silencieuse du CRAN et de la LDH ? LePost leur emboitera le pas pour y voir un "rappel des heures les plus sombres de notre Histoire"...
Lire PaSiDupes sur la stigmatisation de Malek Boutih par le PS (lien PaSiDuoes daté 2009)

Sur RTL, Jean-Michel Aphatie interrogeait le responsable politique sur une phrase que lui aurait attribuée le Nouvel Obs en juin dernier:
"Jacques Delors a souhaité ne pas prendre le pouvoir pour ne pas mentir. Sa fille, Martine Aubry, elle, ment en permanence pour avoir le pouvoir."

VOIR et ENTENDRE sa courageuse confirmation, à l'occasion d'un échange sur la régulation de l'immigration sur notre territoire.


Malek Boutih : Les immigrés ont faim de réussite sociale d
envoyé par rtl-fr. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Malek Boutih aurait avantage désormais à être Rom pour conserver l'immense sympathie que son parler vrai inspire à ses camarades du PS et de ses nombreux satellites médiatiques insolents.

La LDH défend la liberté d'insulter les emblèmes nationaux

La Ligue des droits de l'homme impose l'islam à la république laique



L'art "primitif'

du XXIe siècle



Du bon usage

de la liberté
d'expression

et


des subventions


Simple association montée en épingle par les media engagés
, la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) a annoncé aujourd'hui avoir déposé devant le Conseil d'Etat un recours contre un décret du ministère de la Justice publié en juillet, punissant d'une amende de 1.500 euros l'outrage au drapeau français. Selon la LDH, ce décret serait "en violation de la Constitution et du principe de liberté d'expression".

Le "gouvernement sait parfaitement que, d’une part on ne peut réprimer la liberté d’expression par simple décret mais seulement par une loi, et que d’autre part, malgré les termes très larges et très vagues de son décret, le Conseil constitutionnel a expressément refusé que le délit d’outrage au drapeau s’applique aux oeuvres de l’esprit dans une décision de 2003", ajoute la LDH. Le décret du 21 juillet 2010 a été publié après la polémique suscitée par une photographie, primée lors d'un concours à Nice, montrant un homme s'essuyant le postérieur avec le drapeau français.

Cette photo faisait partie des "coups de coeur" du jury d'un concours photographique organisé par la FNAC de Nice le 6 mars et avait été publiée en tant que telle dans un journal gratuit le 19 mars.

Le décret institue une amende
prévue pour les contraventions de la 5e classe, soit 1.500 euros, qui sanctionnera le fait, "lorsqu'il est commis dans des conditions de nature à troubler l'ordre public et dans l'intention d'outrager le drapeau tricolore", de "détruire, détériorer ou utiliser de manière dégradante" le drapeau "dans un lieu public ou ouvert au public".

Le texte précise qu'est également puni, "pour l'auteur de tels faits, même commis dans un lieu privé, (le fait) de diffuser ou faire diffuser l'enregistrement d'images relatives" à ces faits.

La France s'islamise

Pas de quoi émouvoir la LDH

La restauration rapide et la grande distribution se sont déjà mis au hallal.
Lire PaSiDupes

Juin 2010, à Villeneuve-Saint-Georges (PCF): le drapeau tricolore est brûlé pour être remplacé par le drapeau algérien - lien PaSiDupes

A Vaulx-en-Velin, le drapeau palestinien est hissé au fronton de la mairie,
peu avant le 14 juillet dernier
. Le maire n'est autre que le maire PCF Bernard Genin
Lire PaSiDupes

Maintenant, et à côté de ça, déployer un drapeau tricolore ne doit pas offusquer la vue des musulmans, car cette préférence religieuse est devenue incompatible avec l'appartenance nationale.
Le témoignage qui suit paraît invraisemblable, mais ne peut être pris à la légère, au prétexte que son auteure n'est probablement pas 'politiquement correcte' et que les media l'occultent, par peur de froisser nos compatriotes musulmans, plutôt que le drapeau tricolore.

Cachez ce drapeau que je ne saurais voir !
Des musulmans vivent le drapeau français comme une provocation
L'agent de police craignait donc d'offusquer leur vue
Christine Tasin, présidente de Résistance Républicaine, déclare :
« A Strasbourg, il est arrivé quelque chose d'hallucinant : un policier est venu demander à des militants de Riposte laïque [pour l'égalite hommes femmes et pour la laïcite contre l'integrisme] de replier leur drapeau français (le seul autorisé à nos rassemblements), parce qu'il y avait un mariage de musulmans à côté et qu'ils allaient prendre cela pour de la provocation... »
Commentaire: "Par contre, les centaines de drapeaux algériens sur les Champs-Elysées les soirs de match, ça ne dérange personne..." [...]
"J'ai reçu des menaces dont une m'annonçant qu'une fatwa avait été lancée contre moi. Je n'ai pas eu droit à un démenti des autorités musulmanes. C'est le silence total."

Comment ce policier attentionné, voire zélé, a-t-il été recruté ?

J.-F. Lamour sur l'accord UMP-Delanoë (PS) sur les emplois fictifs

Le chef de groupe de l'opposition est clair et précis

VOIR et ENTENDRE l'entretien de Jean-François Lamour avec Lucie Nuttin (LCP INFO), le 27 septembre 2010:

lundi 27 septembre 2010

Taubira se radicalise et pourrait rejoindre Europe Ecologie

L'ex- radicale de gauche se défend de tout opportunisme

Parcours d'un « électron libre »

Christiane Taubira désespère du Parti radical de gauche (PRG)
Députée « non inscrite » de Guyane depuis 1993, elle vote alors l'investiture du gouvernement Balladur. L'année suivante, elle est quatrième de la liste Énergie radicale menée par Bernard Tapie et se fait réélire en 1997.

Christiane Taubira ne rend pas sa confiance au PRG

En 2002, les radicaux de gauche ont pourtant fait choisit , une députée de Guyane non membre, pour la représenter au 1er tour de la présidentielle de 2002, et elle obtient 2,32%.
Le PS reproche à sa candidature d'avoir contribué à l'éparpillement des voix « de gauche » et à l'échec de Lionel Jospin pour accéder au second tour de l'élection présidentielle.

Elle adhère alors au PRG, mais prend position pour le « Non » lors du référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe, contrairement au PRG, alors qu'elle en est encore vice-présidente, et renonce à cette fonction en 2005.

A l'élection régionale de 2010 en Guyane, Christiane Taubira est tête de liste divers gauche et conduit une liste d'union de la gauche au second tour. Elle est battue par la liste soutenue par l'UMP par 56,11 contre 43,89% des suffrages.

En 2010, Taubira était encore à côté de la plaque sur le sujet de la réforme territoriale dans les DOM. Lire PaSiDupes

Son besoin de reconnaissance

Née à Cayenne en 1952 dans un milieu modeste et d'une famille mono-parentale, Christiane Taubira sera néanmoins diplômée d'économie et d'agro-alimentaire à Paris et deviendra professeur de sciences économiques en 1978 et sera désormais qualifiée d'économiste. Elle est divorcée et mère de quatre enfants.

Elle a donné son nom à la loi française du 10 mai 2001 qui déclare crimes contre l'humanité la traite négrière transatlantique et l'esclavage qui en a résulté.

Christiane Taubira est maintenant tentée de quitter le Parti radical de gauche (PRG).
"Je n'ai plus de contact avec sa direction, la députée de la Guyane, qui confie en outre que "les réunions ne ressemblent à rien. J'ai des divergences de fond avec elle."
Il lui reste à choisir le moment d'officialiser sa rupture. "Mon départ peut entraîner une implosion du parti, car de nombreux militants me suivront", se plaît-elle à penser.


Mais la carte de l'éternelle désunion

La rumeur la donne en partance en direction des Verts, donc Europe Ecologie
: elle a longuement discuté ces derniers jours avec Daniel Cohn-Bendit et Eva Joly. Elle rejoindrait en fait un parti noyauté par des femmes.

Mais elle nie tout opportunisme
"Je ne rejoins pas un parti quand il est en pleine victoire, ce n'est pas ma conception de la politique."

Emplois fictifs: avant le tribunal, Eva Joly juge l'accord UMP-ville de Paris

La mairie socialiste dans le colimateur de l'ex-juge

Accord amiable

Jacques Chirac est serein et accepte de comparaître au tribunal correctionnel dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. L'UMP et lui-même se sont engagés à rembourser la facture des emplois fictifs dans un protocole d'accord avec la mairie socialiste de Paris, qui va retirer en échange sa constitution de partie civile. Jacques Chirac, qui fut maire de Paris de mars 1977 à mai 1995, est présumé innocent des accusations de «détournements de fonds publics» et d'«abus de confiance» pour un nombre estimé d'une vingtaine d'emplois de complaisance présumés payés entre octobre 1992 et mai 1995 par son cabinet.
Cet accord offrirait donc un horizon dégagé à l'ancien maire de Paris, d'autant que le parquet, qui n'avait pas demandé le renvoi devant le tribunal décidé en octobre 2009, devrait, s'il suit sa logique, requérir la relaxe au procès attendu fin 2010 ou début 2011.

L'accord UMP-ville de Paris qui dédommage les Parisiens

Selon ce protocole confirmé par la mairie de Paris, la Ville récupérera au total 2,2 millions d'euros, dont 1,65 million versé par l'UMP et 550 000 euros par l'ancien président de la République.
«A partir du moment où nous signons un protocole d'accord qui nous indemnise pour le préjudice subi, nous n'avons plus de raison d'être partie civile», a expliqué la municipalité. Le protocole d'accord a d'ailleurs était approuvé et adopté par les deux-tiers du Conseil de Paris, ce 27 septembre.

Pour les services de Bertand Delanoë, la somme de 2,2 millions d'indemnités n'est «pas le produit d'une négociation, puisqu'elle n'était pas négociable. Elle correspond à l'intégralité des salaires, intérêts et frais d'avocats inscrits dans la procédure judiciaire». La municipalité socialiste balaie ainsi l'existence «de nombreux conciliabules et d'âpres négociations secrètes avec l'UMP», selon la formule du Canard enchaîné.

Des précédents de tous bords

La mairie socialiste minimise également la portée de cet accord d'indemnisation, auquel Bertrand Delanoë se disait favorable dès novembre 2009, en rappelant qu'une telle procédure avait déjà «prévalu et abouti dans la gestion de dossiers antérieurs concernant notamment MM. Blondel et Juppé».
=> En 2004, un autre volet de cette affaire d'emplois fictifs avait valu une condamnation à l'ex-Premier ministre Alain Juppé. L'UMP avait été tenue civilement responsable du préjudice de la Ville et avait dû lui verser près de 900 000 euros.
=> Le syndicat FO (Force ouvrière) avait également dû reverser 228 000 euros à la municipalité pour l'emploi par son patron d'alors, Marc Blondel, d'un chauffeur-garde du corps rémunéré pendant des années par la Ville.

A la mairie de Paris, le maire assure ses arrières
L'après-Delanoë se prépare dès à présent
Les affaires n'épargnent aucune municipalité d'importance. Et, de même qu'à Nantes, le maire socialiste, J.-Marc Ayrault, est dans une mauvaise passe pour sa gestion du patrimoine immobilier de la ville, de même qu'à Paris, Delanoë traîne l’affaire de la rénovation du stade Jean Bouin.

Gauche plurielle: Bertrand Delanoë doit subir les assauts des Verts

Les Verts de Paris marchent à l'outrance
Ils ont qualifié de "faute politique" et de "déni de justice" le processus d'indemnisation de la Ville sur le dossier des emplois fictifs. Bertrand Delanoë a répliqué en jugeant "parfaitement infondé" de parler de négociations "en catimini".


Bertrand Delanoë était outré
"Il est parfaitement infondé d'évoquer de soi-disant négociations en catimini alors que (...) sur le dossier actuel des emplois fictifs, Bertrand Delanoë a publiquement évoqué sa position dès novembre 2009 sans réaction aucune des Verts", a écrit dans un communiqué la Ville, pour qui leur "étonnante prise de position" mêle "désinformation et erreurs factuelles".

VOIR et ENTENDRE Anne Hidalgo, premier adjoint PS de la ville, réagir aux propos d'Ev Joly, fin août 2010:


Accord UMP-Chirac-Mairie de Paris:
Hidalgo menace Eva Joly
par acturevue.

Aujourd'hui 27 septembre, l'ex-juge Eva Joly (Europe Ecologie) remet ça
Elle accable à nouveau le maire PS et parle d' « illégalité ».
"J'ajoute qu'il est illégal. Je ne conçois pas que la mairie de Paris passe un accord qui est basé sur le fait qu'un parti va payer une dette qui ne lui incombe pas", a jugé Eva Joly, citée par L'Express.fr.
Il faut dire que l'euro-députée s'est fortement radicalisée.
« Elle a repris les propositions des Verts et d'Attac sur la retraite à 60 ans. Et abandonné la tentation centriste », dit d'elle Jean-Vincent Placé, contraint à un virage estival à 180°, lui qui n'a pas oublié qu'avant de devenir l'alliée de Daniel Cohn-Bendit, en passant, la juge avait - vainement - tenté de rejoindre la boutique de François Bayrou. N'avait-il pas qualifié l'arriviste de « vieille ethique » avant de lui trouver des qualités. Qu'en dira-t-il quand elle aura encore franchement dérapé à l'extrême gauche de la gauche et rejoint le NPA d'Olivier Besancenot ?
Troisième round ? Au procès attendu fin 2010 ou début 2011.

Mais Eva Joly est-elle bon juge?

Elle se flatte en effet d'avoir mis Dominique Staruss-Kahn en examen.
La députée européenne (Europe Ecologie) Eva Joly a d'ailleurs remporté l'édition 2010 du « prix Press club humour et politique » pour sa phrase : « Je connais bien Dominique Strauss-Kahn, je l'ai mis en examen ». Lire PaSiDupes
Mais le plus drôle, c'est qu'il a été blanchi

Et la juge rouge des Verts ne s'en vante pas !

Avec Eva Joly, doivent soupirer quelques Verts, la gauche plurielle n'est pas prête à renaître de ses cendres. Mais il y a plus ennuyeux, si l’on y réfléchit bien. On eût aimé, d'abord, que, tant qu'à évoquer son passé de magistrate, la candidate cite un dossier exemplaire.
Que ne vilipende-t-elle pas le couple Huchon ? Lire PaSiDupes
Or, l'affaire à laquelle fait référence Eva Joly concerne le soupçon de «complicité et recel d'abus de biens sociaux» dans l'affaire des rémunérations de la secrétaire particulière de DSK, Evelyne Duval, par Elf. Elle s'était conclue par un non-lieu, ce qui montre que, cette fois-ci encore, la magistrate avait été trompée par ses intuitions. Ou ses a priori partisans. Comme nombre de ses confrères...