POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 28 février 2011

Atlantico.fr , un nouveau dans l'Info sur le web

Atlantico.fr se présente à nous

Lancé ce matin


Alors que les sites de news nouvelle génération -pure players- connaissent un indiscutable succès depuis cinq ans aux Etats-Unis, en Espagne, et en Italie, en France, il subsistait des créneaux à explorer dans l’information sur Internet .

Il restait à créer un " facilitateur d'accès à l'information " digne de ce nom en France
. Ce sera désormais le rôle d'Atlantico.fr.

Paradoxalement, alors que l’offre de sources d’informations disponibles explose sur la toile, les internautes n’accordent à l’actualité qu’un temps d’attention limité, quatre à cinq minutes en moyenne par jour. Nos concitoyens sont plus saturés d’infos qu’il ne leur en manque.

Le projet d’Atlantico.fr (lien) est né d’une frustration de consommateur ne trouvant pas d’équivalent français aux sites tels que le Huffingtonpost.com ou Thedailybeast.com.
Son nom, « Atlantico », est quant à lui inspiré des sites américains The Atlantic et Politico .

On l'aura compris, destiné au grand public, Atlantico.fr a l’ambition de proposer un modèle éditorial différent.

Sa vocation première est d’être une plateforme d’aiguillage vers une information fiable et adaptée aux nouveaux modes de consommation de l’information sur Internet.

Mais, si Atlantico est un outil, c’est aussi un site construit sur une véritable ambition éditoriale et journalistique. Un journalisme qui pour être moins présent sur « le terrain » ne renonce en rien à des exigences de qualité, de curiosité et de réactivité. La sélection de sources pertinentes, le décryptage de l’actualité, le choix d’ouvrir la ligne éditoriale à 300 contributeurs ainsi qu’à de nombreux éditorialistes permettent d’offrir aux lecteurs une autre vision de l’actualité.

Atlantico.fr est ainsi un site qui ne s’interdit aucun sujet, et surtout pas ceux qui provoquent les débats les plus passionnés. Il se donne pour objectif de regarder ce monde en accélération constante tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit.
Rue89 tire déjà sur Atlantico.fr à boulets ...rouges

Son directeur de la rédaction et cofondateur, Jean-Sébastien Ferjou, vient de LCI et TF1

Alors, Arnaud Dassier
, actionnaire minoritaire, doit déjà faire
face à la stigmatisation de ses intolérants confrères.
« Nous avons parmi nos contributeurs des conservateurs, des libéraux mais pas que ça. Nous avons surtout des individus. » Il insiste : " Cela ne nous dérange pas que vous disiez que nous avons une sensibilité de droite, mais nous ne le revendiquons pas. Nous ne sommes pas un site militant." Rue89 peut-il en dire autant ?

Une équipe de trentenaires

Christian de Villeneuve est également au conseil de surveillance. L'ancien patron du JDD (et du Parisien) n'est pourtant pas un passionné d'Internet : « Mais c'est aujourd'hui un passage obligé. Ma passion c'est l'information, qu'importe qui est le lecteur. »

Une dizaine de journalistes constitue l'équipe rédactionnelle : ils ont tous moins de 40 ans et viennent en majorité de la télévision et de la radio.

Le modèle est gratuit. L'objectif est d'atteindre 600 000 visiteurs uniques d'ici un an. L'équilibre pourrait être atteint d'ici 36 mois, grâce à une politique de diversification pour apporter des revenus complémentaires (« comme Rue89 »).
Lien vers les contributeurs

Côté actionnariat

Jean-Sébastien Ferjou précise qu'il se divise en deux parties :

- d'un côté les cofondateurs (Jean-Sébastien Ferjou, Pierre Guyot, Loïc Rouvin et Igor Daguier) avec 51% du capital,

- de l'autre une holding, « FreeMinds », avec 49% des actions.

Les actionnaires de cette holding sont des « investisseurs innovants issus du Web ».
Environ un million d'euros ont été levés auprès de dizaines de personnes, dont trois actionnaires ont retenu l'attention de Rue89:
Marc Simoncini, Web-entrepreneur et fondateur du site de rencontre Meetic ;
Charles Beigbeder, ancien PDG de Poweo, candidat à la présidence du Medef en 2005 et très proche de l'UMP;
Xavier Niel, PDG de Free et actionnaire du journal Le Monde (avec les Inrockuptibles, qui ne sont guère marqués à droite, c'est le moins qu'on puisse dire).

Rue89, c'est ...Libération

Atlantico.fr vient en concurrence de Mediapart et Rue89.

Créé en mai 2007,
Rue89 annonce une levée de fonds de 1,1 million d'euros, dès le 27 juin 2008.
En décembre 2009, Rue89 réclame encore de l'aide, non pas à Libération, mais à la Direction du développement des media et entire 249 000 euros.
Or, la direction relève de l'autorité du ...Premier Ministre. Ce qui autorise donc les journalistes d'opposition à dire - en toute bonne foi - que la presse est aux mains du pouvoir !

Ses actionnaires sont principalement les fondateurs
(Arnaud Aubron, Laurent Mauriac Pascal Riché et Pierre Haski -tous 2 missionnés par Libération) à 44%, mais ce serait trop simple et ils sont parfois 'floutés' derrière les « Amis de Rue89 » ou les « Habitants de Rue89 » uand ils ne portent pas le masque des "autres actionnaires" (31%)...

Quant au journal Libération ?

I
l a aujourd'hui pour actionnaire de référence Édouard de Rothschild (38,87%), ancien membre de la commission exécutive du CNPF (Medef) et grande fortune française.

Sénat: Gaudin pourrait succéder à Longuet à la tête du groupe UMP

Jean-Claude Gaudin, futur Président du groupe UMP au Sénat ?

Le maire de Marseille brigue la fonction de son ami Gérard Longuet

L'entrée de G. Longuet au gouvernement avec le portefeuille de ministre de la Défense ouvre sa succession au Palais du Luxembourg.

Le sénateur-maire de la deuxième ville de France avait pris rang
, le 9 novembre dernier au micro de la journaliste Judith Waintraub (Le Figaro) à l’émission « Le talk » du Figaro.fr
« Si je sens de l’affection et l’encouragement des sénateurs, alors je suis prêt à consacrer du temps pour aider mes amis sénateurs, pour aider le président Gérard Larcher ».

Un poste très stratégique

Le maire de Marseille aurait la tâche exaltante de mener à bien la réussite du maintien de la majorité présidentielle au Sénat.

La gauche promet en effet un changement de majorité au Sénat en septembre prochain, compte-tenu de la poussée de l’opposition dans les collectivités locales qui fournissent les grands électeurs qui eux-mêmes élisent les sénateurs. Or, Gaudin sait jouer du billard à 3 bandes.

En cas de victoire, la perspective d'un départ à la retraite en tant que président du Sénat
, deuxième personnage de l'Etat, serait le couronnement d'une belle vie politique.

Marseille tourne rond
« A Marseille aujourd’hui, les choses marchent normalement dans mon équipe municipale, il y a 29 adjoints au maire… » avait-il malicieusement glissé au Talk Le Figaro, ajoutant » Moi, ça me plairait de jouer un rôle ici à Paris, auprès de mes amis ».

La rénovation de Marseille est certes entravée par les grèves à répétion des dockers et le blocage du port par les marins CGT de la SNCM, mais son premier adjoint, l'ancien ministre Renaud Muselier, a pris des coups, au propre comme au figuré (il a été physiquement agressé par des démocrates militants de FO - cf. libellé), avec les 29 adjoints entreprenants, connaît le terrain.

Le sénateur peut aussi compter sur Claude Bertrand, son directeur de cabinet à la mairie de Marseille, et le Sénat sur le maire de Marseille.

L'élection du successeur de Gérard Longuet doit avoir lieu en tout début de semaine prochaine.

Al-Qaïda au Maghreb islamique détient encore des otages

Outre Aqmi, les ravisseurs sont encore des islamistes et des brigands

Trois otages d’Al-Qaïda au Maghreb islamique
, dont Françoise Larribe (ci-contre), malade, recouvrent enfin la liberté, depuis le 16 septembre 2010.

Mais sept Français sont toujours détenus en otages dans le monde

Quatre autres employés du groupe Areva au Niger, dont le mari de la Française libérée jeudi, restent prisonniers, aux mains d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dans le nord du Mali sans doute.

Mokhtar Belmokhtar alias Belaouer (le borgne) ou Khaled Abou al-Abbas est un activiste islamiste algérien (1972) qui s'est d'abord engagé en Afghanistan en 1991, qui a ensuite rejoint les groupes islamiques armés d'Algérie en 1993 et qui est devenu émir de la région Sahara-Sahel du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), aujourd’hui appelé Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Il est responsable de l'enlèvement de nombreux occidentaux :
- Février-mars 2003: plusieurs groupes de touristes enlevés dans le sud de l'Algérie par le groupe de El Para lié à Mokhtar Belmokhtar;
- le 24 décembre 2007: meurtre de 4 français en Mauritanie près d'Aleg qui entraînera l'annulation du Paris-Dakar 2008;
- en décembre 2008, deux diplomates canadiens liés aux Nations Unies au Niger;
- en janvier 2009, deux suisses, un britannique et une allemande;
- en janvier 2011, deux français à Niamey au Niger.

En Afghanistan, les deux journalistes de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, sont en captivité depuis quatre cent vingt-quatre jours.
Ils ont été enlevés avec leurs trois accompagnateurs afghans au cours d’un reportage pour le magazine d'Elise Lucet et Lionel de Connink,
« Pièce à conviction », le 30 décembre 2009 dans l’est du pays. La dernière vidéo montrant les deux journalistes est parvenue à leur famille le 20 décembre.

Les autorités françaises maintiennent les contacts. Jeudi matin sur France Inter, Alain Juppé a confirmé que la France « travaillait tous les jours à leur libération ». « Nous passons par des hauts et des bas, a poursuivi le ministre de la Défense, alors. Les choses sont compliquées. » Critiqué par les familles pour avoir eu de faux espoirs dans le passé et envisagé des dates de libération, le gouvernement se montre plus méfiant. Juppé a toutefois assuré qu’il avait « bon espoir ».

Enfin, en Somalie, un autre Français est retenu depuis le 14 juillet 2009, mais ne bénéficie pas des mêmes moyens médiatiques de soutien que les deux journalistes.
Cet otage est un agent des services de renseignement français, présenté sous le nom de Denis Allex, mais dont l’identité réelle n’a pas été révélée. En juin dernier, une vidéo mise en ligne sur des sites islamistes le montrait énumérant les revendications de ses ravisseurs. Il était notamment demandé la fin du soutien politique ou militaire de la France au gouvernement somalien.
Elu dans le désordre en décembre 2008, le président de la république de Somalie, Shariif Sheekh Axmed, un ancien dirigeant de l'Union des tribunaux islamiques, est pourtant un islamiste, mais présenté comme modéré.

Les flux migratoires libérés par les révolutions arabes

Nicolas Sarkozy annonce une nouvelle vague d'immigration

L'onde de choc arabe se propage du sud au nord

Les "tragédies" vécues par les pays en révolte contre les régimes en place ont pour conséquence le déverrouillage des zones qui s'étendent de la Tunisie à l'Egypte, a observé le Chef de l'Etat, lors de son allocution télévisée, le dimanche 27 février.

VOIR et ENTENDRE le Chef de l'Etat:
video

Les garanties contre la montée de populations africaines vers le Nord et l'Europe étaient jusqu'ici assurées par les régimes aujourd'hui combattus par une partie de leurs peuples.

La gauche humaniste a dénoncé ces régimes forts et encouragé leur déstabilisation et cette partie du Proche Orient est maintenant exposée au risque qu'elles deviennent "incontrôlables".

La France et les Français doivent donc se préparer à l'arrivée de migrants que notre régime politique pourrait séduire et notre système social allécher encore.

Fillon: Michèle Alliot-Marie n'a "pas commis de faute"

MAM sacrifiée à la real politic

François Fillon a fait lundi matin les mises au point qui s'imposaient sur le remaniement ministériel.
Le Premier ministre a apporté au micro de RTL les compléments qu'il fallait à l'allocution télévisée du Président de la République dimanche. Dans le rôle qui lui revient, le chef du gouvernement a en effet souligné que Michèle Alliot-Marie n'a "pas commis de faute".

Le départ de son ancienne ministre des Affaires étrangères, à la suite des polémiques sur ses vacances en Tunisie, constitue «une décision politique» et non «morale», explique le Premier ministre. François Fillon estime que le départ de MAM du gouvernement était devenue inéluctable, car sa voix en tant que chef de la diplomatie était devenue «inaudible» dans le désordre du monde arabe.

«Michèle Alliot-Marie s'est trouvée mise en cause sur une série de sujets, elle a essayé de se défendre et nous l'avons défendue, rappelle François Fillon. Mais la polémique autour du ministre a créé une situation dangereuse pour l'image et la voix de la France. A travers elle, c'est la diplomatie française qui était attaquée.
Il est incontestable que le président et moi-même nous aurions préféré ne pas nous en séparer, mais il y avait pas d'autres solutions», regrette-t-il.

dimanche 27 février 2011

Le PS réclame l'enseignement de l'arabe au collège

C'est à ...Lille, chez le premier secrétaire Brochen-Aubry !

Toujours plus de communautarisme

Les socialistes du Nord ont trouvé une solution remarquable pour régler le problème d’intégration des populations d’origine maghrébine et édifier la France « multiculturelle » dont tout le monde rêve. Or, quand on sait comment nombre de nos jeunes beurs maîtrisent la langue française, il faudra évaluer leur niveau en arabe avec une empathie infinie .

VOIR et ENTENDRE la fédération socialiste du Nord et en particulier le professeur Denis Legros, professeur des universités en psychologie cognitive à ...l'IUFM de ...Créteil et à l'Université de Paris 8 (Vincennes-Saint-Denis, dans le 9.3: il n'y a pas de mystère !)
; Tenez-vous bien...

Vous en remettrez-vous ?

L'intention n'a rien d'humaniste, l'objectif est populiste

M. Legros fait habituellement valoir que la mondialisation rend le monde arabe « incontournable ». Ne serait-ce que comme pourvoyeur d’hydrocarbures qui permettent aux riches émirs du golfe de tenir une partie des économies nationales occidentales. Il a toutefois échappé à Denis Legros que le monde arabe apprend l’anglais, « comme tout le monde », et que l’arabe parlé au Maghreb diffère sensiblement de celui qu’on utilise en Syrie. Glissons, puisque c’est toujours un plus que de maîtriser la langue de son partenaire commercial.

Mais ce Legros de Saint-Denis déraille alors carrément sur « prendre en compte la culture de populations vivant en France ».

Que le sexagénaire n'ait pas encore constaté que ce ne sont pas les immigrés maghrébins de la première génération qui auraient pu apporter « leur » culture, parce qu'ils étaient bien souvent illettrés. Même à Lille, ses propos ne devraient pas faire illusion.

Quant aux immigrés et descendants d’immigrés d’origine maghrébine, la plupart d'entre eux n’ont aucune connaissance réelle de « leur » culture. Leur identité repose largement sur un « là-bas » fantasmé et déconnecté du réel, que Legros vise précisément à développer, pour qu'il se distingue mieux du Français qui ne manque pas de repères européens et qu’il exècre.
Mais M. Legros persiste avec ses hôtes socialistes septentrionaux dans une vision fantasmée et idéalisée des populations issues de l’immigration.… Par conséquent, son argument est irrecevable pour une grande majorité des Maghrébins vivant en France ou des Français d’origine maghrébine.

Que cache donc ce grossier mensonge, alors?

Cette intox médiatique sur la prétendue « culture » des immigrés maghrébins participe des viles manœuvres électoralistes. Il n’est en effet pas anodin que la proposition professorale émane de la Fédération socialiste du Nord, ce Nord-Pas-de-Calais devenu terre d’élection du Front National, cette région où de plus en plus de « petits blancs » virent à l’extrême droite dans le secret de l'isoloir. Ce sera à l’immigré, ou le Français issu de l’immigration, porteur de cette magnifique culture arabe que reviendra l'immense honneur de sauver le bastion socialiste.


Non seulement la FSU et la FCPE approuveront sans sourciller, mais les Conseils généraux parviendront à trouver le financement ! Malgré ses 'emprunts toxiques', Cloclo Bartolone devrait même être le premier à se coucher sur la liste...

Remaniement ministériel: les choses se précisent

D'après ce qui transparaît...

Les changements seraient les suivants:



Alain Juppé
remplacerait à Michèle Alliot-Marie au Quai d’Orsay

et le sénateur Gérard Longuet (ci-contre à droite) lui succèderait à la Défense.



Le secrétaire général Claude Guéant arriverait à l'Intérieur

et Brice Hortefeux entrerait à l'Elysée, comme conseiller personnel du Président.

Xavier Musca (photo ci-contre) succéderait à Claude Guéant à son poste à l'Elysée.

PS - Strauss-Kahn est-il vraiment le meilleur d'entre eux ?

Demain, un chaud lapin à l'Elysée...

Le FMI enquête sur son directeur

Une crise conjugale dans la crise financière ?
Dominique Strauss-Kahn, le directeur du FMI, est au centre d'une enquête révélée par le Wall Street Journal à la suite d'une liaison avec une de ses employées.
Le "french lover" est soupçonné d'avoir abusé de sa position à la tête du Fonds monétaire international (FMI). D'après le très sinistre journal américain, DSK aurait eu "des relations sexuelles" avec une économiste hongroise, Piroska Nagy, qui travaillait au département Afrique du FMI. Le directeur et sa subalterne auraient commencé à échanger des mails l'hiver dernier. Selon les sources du Wall Street Journal, la relation a débuté lors d'une conférence en Europe au début de cette année. Les emails compromettants auraient été découverts par le mari de Piroska Nagy. La distraite a quitté le FMI en août, lorsque l'institution a procédé à une réduction des effectifs.

Deux cas de figures démenties par les intéressés
L'enquête doit déterminer à la fin du mois d'octobre si Piroska Nagy a touché des indemnités supérieures à la normale ou si, au contraire, son directeur n'a pas fait pression pour la faire partir.
DSK a implicitement confirmé "l'incident" qui "s'est passé en janvier 2008 dans ma vie privée", mais il a toutefois réaffirmé qu' "à aucun moment je n'ai abusé de ma position de directeur du FMI". Dans "l'incident" en question et son appréciation, sa femme Anne Sinclair reconnaîtra bien là le gentleman.

DSK ne se maîtrise-t-il donc pas ?

DSK serait-il un simple dragueur échauffé ?
En juillet 2007, une grande année, Jean Quatremer, un journaliste hébergé par le socialiste Libération, avait partagé ce secret de polichinelle qui circule dans toutes les rédactions, selon desourcesure.com. Sur son blog (lien), J. Quatremer avait souligné que "son rapport aux femmes" (celui de DSK...) constituerait certainement un "problème" aux Etats-Unis, "où les mœurs sont anglo-saxonnes". "Un geste déplacé, une allusion trop précise, et c’est la curée médiatique", avait-il commenté (lien).
Son post a déclenché une petite tempête médiatique
Le Times et The Independent (lien) avaient même repris cette mini-révélation. Le site de Marianne s'était offusqué [!] et se demandait aussi sec s'il n'avait pas "franchi la ligne jaune" [elles sont blanches en Europe depuis quelques années, non?] Jean Quatremer avait alors recollé son oeil au trou de la serrure et publié un autre billet encore plus "visionnaire". (lien)
=> Extraits :
"J’ai pourtant expliqué à la journaliste de Marianne [...] que je considérais que dès lors que la vie privée interfère avec l’action publique, les citoyens [ils sont écoutés qu'ils ne pensent en réalité...] sont en droit [il y a des moments comme ça!] d'être informé[s]. [...]

Le grand frère américain impressionne à nouveau la gauche
A la différence de ce qui se passe en France, aux Etats-Unis [...] le moindre 'comportement inapproprié' peut coûter son poste au titulaire d’un mandat public, insiste Quatremer. Les Américains ne plaisantent pas avec ce genre de chose, martèle-t-il, même si cela nous fait ricaner. C'est que nous allons prendre maintenant, malgré tous nos droits théoriques !...
Si dans six mois, il y a un scandale (selon les normes US), les médias français vont-ils encore écrire: on le redoutait, mais on ne vous a rien dit ? Notre crédibilité n’en sortirait pas renforcée. [...] Pour bien connaître DSK, je sais qu'il est en séduction permanente, même s’il n’a jamais eu de gestes déplacés. Et que cela choque et a choqué, surtout hors des frontières hexagonales. Tous les journalistes qui ont couvert ses activités publiques –y compris à Marianne- le savent et les anecdotes sont nombreuses. Mais être «pressant» n’est pas un délit pénal, que cela soit clair. En revanche, aux Etats-Unis, c’est tout comme. C’est tout ce que je voulais dire : une fois à la tête du FMI, il faudra que DSK ravale son côté « French Lover » lourdingue".

Quatremer suggère-t-il que le Bureau national du PS devrait écarter de sa primaire tous les dangereux prédateurs sexuels qui approchent la Rue de Solférino ? Au-delà du pot à tabac qui fait fonction à la tête du parti, les scrutatrices risquent-elles pour leur vertu ?

Le FMI a entendu Quatremer
►"Toutes les allégations, et en particulier celles impliquant la haute direction, sont prises extrêmement au sérieux", a indiqué un porte-parole du FMI. Shakour Shaalan, le doyen de l'organisation monétaire a expliqué avoir lancé l'enquête pour examiner les allégations qui circulaient depuis des mois dans les couloirs.
Mieux, certains membres du conseil d'administration pensent même que les personnes au courant de ces rumeurs pouvaient faire pression sur DSK. Devaient-elles être aussi lucide et volontaire que la communauté occidentale internationale sans qu'elle exerce pour autant la moindre pression sur Ben Ali en Tunisie et ses confrères d'Egypte ou de Lybie ?
En mai 2007, l'ancien directeur de la Banque Mondiale, Paul Wolfowitz, avait dû quitter ses fonctions sur l'accusation qu'il avait favorisé l'avancement de sa petite-amie. Le scandale avait déjà sérieusement entaché l'image du FMI. Cet ancien secrétaire adjoint à la Défense avait pourtant informé le Conseil d'administration de ses relations avec une de ses employées. Pour que le scandale éclate, il aura toutefois fallu que la presse dévoile qu'il avait subordonné les importantes augmentations accordées à sa compagne à l'offrande de ses faveurs. Cet échange de dons a duré six semaines.

VOIR et ENTENDRE les premiers éléments:


DSK et les femmes (1) envoyé par george_abitbolclasse.

VOIR et ENTENDRE la suite:


DSK et les femmes (2) envoyé par george_abitbolclasse.

Témoignage exclusif : la troisième affaire Strauss-Kahn


Le candidat PS à la primaire est-il malade ?

Rebondissements dans les "Feux de l'Amour" de Dominique et les autres. Thierry Ardisson en est persuadé: Dominique doit se faire soigner.
On se souvient que, sous les "Feux" de la scène politique, une écrivaine se disait victime d'un "chimpanzé en rut".

Or, dans les dîners mondains du tout-Paris, le directeur du FMI est bien connu pour ses harcèlements. Sa supposée relation intime avec une économiste hongroise défraye toujours la chronique, sans que cette relation entre adultes consentants n'aurait après tout d'autre conséquence que sur sa femme, si, comme le dit lui-même DSK, il n'y aurait rien eu de plus qu’un banal échange amoureux. Et des gratifications financières, toutefois.

Mais une vidéo en ligne sur le web explique à mots couverts que DSK aurait pu se livrer à des violences sur Tristane Banon, une jeune journaliste et romancière. Si les faits sont avérés, l’accusation est terrible. Non seulement elle ne dissimule rien de ce qu'elle a subi, mais elle accuse le directeur du FMI de l’avoir maltraitée.

Le buzz Internet n'est pas toujours ce qu'il devrait être
Le respect de la femme est une belle et grande idée. Que l'on peut bafouer à la première occasion, comme aux suivantes.Pourquoi faut-il, dès lors que le présumé innocent est célèbre, que cette notion devienne subalterne et le nom de l'obsédé censuré ?
Dans cette vidéo, Tristane Banon, jeune journaliste et romancière, accuse UN homme apparemment haut placé d’avoir voulu la violer. Qui est cet homme ? Mystère ? La scène se passe sur Paris Première pendant l’émission de Thierry Ardisson 93, Faubourg Saint-Honoré (diffusée le 5 puis le 20 février 2007).
Tristane Banon est assise à la table parmi les autres invités, Jacques Séguéla, Thierry Saussez, Jean-Michel Aphatie, Roger Hanin, Gérald Dahan, Claude Askolovitch et Hedwige Chevrillon à son côté, quand elle déclare : « Moi, c’est avec [et là le nom est remplacé par un long bip] avec qui ça c’est super mal passé. C’est le chimpanzé en rut ! » Et l’animateur Thierry Ardisson d’abonder dans son sens : « c’est un obsédé ! », lance-t-il.

VOIR et ENTENDRE les coulisses de l'affaire DSK datant de 2002, mais révélée au cours de cette émission de Ardisson, en 2007:


Les coulisses de la nouvelle affaire DSK envoyé par AgoraVox.

"S'il fait ça, il peut faire n'importe quoi ! ", s'alarme faiblement Jacques Séguéla, en commentaire du comportement pathologique de cet homme politique qu'hormis Agoravox il est interdit de nommer sous peine de poursuites...

Pour avoir confirmation de l'identité du « chimpanzé en rut », il a suffi de demander à la principale intéressée, Tristane Banon soi-même, qui a répondu le plus simplement du monde désigné Dominique Gaston André Strauss-Kahn.
Pourquoi alors avoir tu cinq années durant le nom de ce politicien, alors qu'en 2002 il n’était plus ministre, mais député, et qui, en ce début d’année 2007, venait d’être nommé loin de Paris, au FMI ? « Je ne sais pas du tout, explique Tristane Banon. Ce que je sais, c’est qu’il y avait déjà eu un problème une première fois quand Thierry Ardisson m’avait invitée sur l’émission Tout le monde en parle. On avait parlé de ça à la fin de ma séquence et la chaîne avait demandé [à ce] qu’on retire carrément toute la séquence... C’est une décision de Télé Paris et de Stéphane Simon. Ce n’est pas moi qui l’ai demandé, en tout cas ». Il a travaillé aussi bien pour France Soir, TF1, Paris Première (M6) ou Canal+ et le service public (France 2, 3 et 5).

La censure socialiste a-t-elle donné à plein ?

Pourquoi, en février 2007, aucun « décrypteur », si distingué et vertueux soit-il, n’a-t-il parlé de cette affaire ? Et pourquoi cette vidéo a-t-elle disparu d’internet comme si on avait voulu l'effacer définitivement des mémoires ?
L’accusation portée par Tristane Banon est grave, mais non absurde. Et elle est récurrente. « Qui n’a pas été coincée par Dominique Strauss-Kahn ? », demandait récemment Danielle Evenou (épouse de l'ancien ministre PS de la Communication Georges Fillioud) pendant une émission de Laurent Ruquier.
Les blogs français à l'écoute de la presse anglo-saxonne ont pu déplorer qu'il donne de la France et des Français une image à nouveau douteuse avec sa supposée liaison avec Yasmina Reza (femme de lettres et actrice). Le pot à tabac socialiste dirait de lui qu'il « abîme » la France, si hélas elle n'était autiste.

DSK et ses femmes (quelques-unes)
- Piroska Nagy: DSK est soupçonné par le FMI « sur un éventuel abus de pouvoir dont il aurait pu se rendre coupable en accordant des indemnités de départ trop importantes à Nagy ou en manœuvrant pour l’envoyer à Londres », selon Le Point.
- Emilie Byhet : une jeune femme qui a travaillé dans son équipe de campagne pendant la primaire socialiste de 2007. Il lui est reproché d’avoir suggéré au département des ressources humaines du FMI de lui attribuer un stage au département recherche de l’institution...
- ces affaires portent moins à conséquence que l’accusation que Tristane Banon lance à l’encontre de Dominique Strauss-Kahn.

Les femmes ont peur

En 2002, la jeune femme n’avait pas osé porter plainte.
Pourtant elle avait pris contact avec un conseil juridique qui, d’après ce qu’elle explique dans la vidéo, possédait sur son agresseur supposé un fort volumineux dossier. Mais Tristane Banon a renoncé à porter plainte. Elle n'a d’ailleurs toujours pas sauté le pas :
« De toute façon, maintenant, je ne sais même pas s’il n’y a pas prescription. Ça fait six ans. Au départ, je voulais porter plainte, mais après il y avait eu l’histoire de Johnny Hallyday avec sa nana, c’était pile en même temps que ce qui m’était arrivé... Qu’est-ce qui va empêcher 50 % des gens que je vais croiser de ne pas me croire, ils ne sont pas censés croire en ma bonne foi. Alors je me suis dit qu’il fallait vivre avec ça. Et puis qu’est-ce que j’ai à y gagner ? De l’argent ? Je ne veux pas de son fric. Et si c’est pour faire vendre des bouquins sur ce genre de réputation, franchement je préfère en vendre peu ou pas... Et puis il y avait tout bêtement le fait que je vis seule à Paris. Il est avec un mec qui n’est pas forcément un tendre, il n’a pas forcément des méthodes très raffinées... Je ne pense pas qu’il m’aurait fait assassiner, mais me refaire le portrait, ça aurait été possible... ».

Comment tout cela s’est-il passé ?
Tristane Banon prend contact avec Dominique Strauss-Kahn en 2002. A cette époque, elle prépare un livre, Erreurs avouées, qui sera publié quelques mois plus tard chez l’éditeur Anne Carrière, sans le témoignage de Dominique Strauss-Kahn. On comprend pourquoi en écoutant le récit de son entrevue sur Paris Première :
« ... Il a proposé qu’on se voit, il m’a donné une adresse, que je ne connaissais pas, déjà ça m’a étonné parce que je connais un petit peu sa vie, plus ou moins, donc je sais où il habite, je sais où est sa permanence, l’Assemblée je vois un peu où c’est situé. Rien de tout ça.
Je suis arrivée devant l’adresse, je me suis garée, je suis montée, c’était un appartement vide, complètement vide, avec un magnétoscope, une télévision, un lit au fond, très beau, il a bon goût, Monsieur a bon goût, poutres apparentes sublimes, sur cour intérieure, et puis là il a gentiment fermé la porte. J’ai posé le magnétophone tout de suite pour enregistrer, il a voulu que je lui tienne la main pour répondre, parce qu’il m’a dit « je n’y arriverai pas si vous ne me tenez pas la main », et puis après la main c’est passé au bras, et c’est passé un peu plus loin, donc j’ai tout de suite arrêté...
Je suis arrivée là-bas, j’avais un col roulé noir, ça fait peut-être triper les mecs un col roulé noir mais faut arrêter, et après surtout c’est que ça s’est très très mal fini, parce qu’on a fini par se battre, donc ça s’est fini très très violemment, puisque je lui ai dit clairement... [intervention d’un invité] non non on s’est battu au sol, pas qu’une paire de baffes, moi j’ai donné des coups de pieds, il a dégrafé mon soutien-gorge, il a essayé d’ouvrir mon jean... Ça a très mal fini, mais moi ce qui m’a marqué... [coupure montage]. Bon moi j’ai fini par partir, il m’a envoyé tout de suite un texto en disant « alors je vous fais peur ? » d’un air un peu provocateur, et je lui avais parlé quand on se battait, je lui avais dit le mot « viol » pour lui faire peur, ça ne lui a pas fait peur plus que ça, comme quoi apparemment il était accoutumé, et après il a pas arrêté de m’envoyer des textos en disant
« je vous fais peur ? »

Selon Tristane Banon, DSK l’aurait empêchée de publier les passages le concernant :
« Anne Carrière a eu les jetons, elle a retiré le chapitre, ce qui, je pense, a été sincèrement une connerie car des journalistes l’avaient reçu... Ce que je n’ai vraiment pas apprécié c’est ce qu’il a fait après. Car dans l’histoire je n’étais pas méchante, je ne portais pas plainte, je retirais le chapitre, je faisais tout ce qu’il disait de faire. Il y avait beaucoup d’interviews de prévues dans la presse écrite, des passages télé, etc. et il a appelé Marc-Olivier Fogiel en lui demandant d’annuler parce qu’il avait peur que je parle de ça, chez lui parce que c’était du direct. Maintenant, c’est parole contre parole. C’est ce que m’a dit Marc-Olivier Fogiel et je ne vois pas pourquoi il me mentirait, mais Fogiel m’a dit, alors qu’il m’avait invitée (j’ai encore l’invitation de sa production), il m’a dit écoute Tristane, on me menace de couper le faisceau si je te laisse passer ».

On peut toujours épiloguer et se demander qui est ce « on » capable de censurer les passages où il est question de lui sur une chaîne câblée, de censurer un éditeur, de menacer de black-outer une émission de divertissement sur une chaîne grand public ?

« Le seul vrai problème de Strauss-Kahn est son rapport aux femmes, écrivait dans un de ses billets Jean Quatremer. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement. Un travers connu des media, mais dont personne ne parle (on est en France). Or, le FMI est une institution internationale où les mœurs sont anglo-saxonnes. Un geste déplacé, une allusion trop précise, et c’est la curée médiatique.

Si on dresse la liste des personnes d'influence qui sont au courant depuis les origines, on ne peut se sentir plus tranquille dans les salons parisiens que dans les profondeurs d'une cave glauque des quartiers les plus mal fâmés : sur quel journaliste donneur de leçon vertueux, peut-on compter en cas d'agression ?

Le FMI tirera-t-il les conséquences de ces révélations ?


Ce qui retient DSK de se lancer dans la primaire

Le singe en rut s'expose-t-il un traitement inhibiteur de la libido ?
Ou cherche-t-il à se faire virer du FMI pour arriver à temps à la primaire et se rapprocher du Chabichou Désirdavenir Royal et du pot de bière à tabac Brochen-Aubry ?
D'aucuns assurent d'ailleurs qu'en rediffusant des documents certains l'y aideraient, puisque jamais, au grand jamais, les hommes de pouvoir n'abusent de leur position dominante... A-t-on jamais entendu parler d'autre chose que la position du missionnaire ?

Les secrets bancaires font en France plus de dégâts que les secrets d'alcove.
Il faut être Berlusconi en effet pour mettre à cran les pisse-froid du 'politiquement correct' hexagonal.
Pour sa part, MAM aura appris à ses dépens que la pensée unique s'oppose à l'investissement dans la pierre: il reste donc plus aux responsables politiques (et à POM, Patrick Ollier) que les joies du livret A et les fredaines de l'écureuil.

Nos responsables sont-ils seulement des obsédés politiques ?

DSK aurait "un truc qui fait crac boum hue" !

La « chose », exception sexuelle française ?

Alors-là, attention ! Tous les Français n'ont plus l'esprit gaulois...
Interdiction donc, pour évoquer les ardeurs du coq, de se référer au latin 'gallus' qui désigne à la fois le coq et le Gaulois, car cela pourrait aggraver notre cas: le latin ne prouve rien et les défenseurs de la diversité sont toujours à l'affût pour nous fustiger et nous stigmatiser à la suite des Rom... Voudront-ils bientôt nous les couper ?

Allons donc vite nous réfugier outre-atlantique

Le diplomate américain Henry Kissinger

Il nous ramène à la chose politique sans rompre avec l'autre et assure que "le pouvoir est l'aphrodisiaque absolu". Sans doute Raymond Barre en ferait-il douter, mais les politiques ressentent souvent le " syndrome du rocker " quand ils prononcent un discours. François Mitterand avait notamment l'impression de " faire l'amour à la foule " et Valery Giscard d'Estaing déclarait qu'il " était amoureux de 17 millions de Françaises " : pendant les discours, il cherchait toujours le regard des femmes. De Giscard, son premier ministre ne disait pas: « c'est le seul président dont on sait à peu près sûrement où il ne couche pas » .
Or, s'il est convenu d'affirmer qu'une femme de pouvoir effraie généralement les hommes, Edith Cresson se vécut en fait plutôt comme une usurpatrice à la fonction de premier ministre. Pareillement, il est le plus souvent admis que le " sex-appeal " d'un candidat est déterminant dans le vote des électrices, mais Lecanuet n'est-il pas retombé dans l'électorat avant d'atteindre le septième ciel politique ? Et l'infidélité des sondages de Désirdavenir Royal n'a-t-elle pas, par son échec, confirmé la saillie du président de l'UMP qui venait clore l'université d'été du Medef en 2006: " Une élection, ce n'est pas un concours de beauté " ?

Quelques indiscrétions françaises

Nous ne piperons mot ici de l'« affaire Lewinsky » qui valut au président Bill Clinton sa « Monicagate, ni des «affaires sexuelles» d'Al Gore, un autre démocrate US, car il faudrait citer des exemples sur le flanc Républicain, par souci d'équité et démontrer ainsi, d'une part que le sexe ne porte ni à droite ni à gauche, et d'autre part que ses 35 heures d'activité hebdomadaire ne plaident pas non plus en faveur de la prise en compte de sa pénibilité dans la pension de retraite de nos acteurs politiques.
Donc, pour nous rapprocher maintenant de l'Europe, évoquons toutefois les frasques à l'italienne du président du Conseil Silvio Berlusconi et l'affaire du « Rubygate ».

En France (métropolitaine !)

Le président Félix Faure, dont on a dit qu'il était plus célèbre par sa mort que par sa vie, mourut à l'Élysée en février 1899, à l'âge de 58 ans, dans les bras de sa maîtresse, Marguerite Steinheil dite « Meg », empoisonné par des dreyfusards (thèse reprise par Édouard Drumont (1844-1917) dans son journal La Libre Parole, un cachet empoisonné ayant été placé en effet parmi ceux que prenait le président).

On songe ainsi à Valéry Giscard d'Estaing qui convoitait la femme de Bokasa et que l'empereur a, dit-on, récupérée contre un diamant...
De plus, en 1974, un accident de la circulation impliquant le président Giscard, qui conduisait lui-même une voiture au côté d'une conquête, au petit matin dans une rue de Paris, avait fait les titres de la presse satirique.

A son tour, François Mitterrand, qui mena une double vie, peina-t-il à multiplier les liaisons entre 1981 et 1995, une fois arrivé à la présidence ?

Jacques Chirac était quant à lui surnommé « dix minutes, douche comprise », et ce hussard jouissait d'un solide appétit. Au milieu des années 70, Jacques Chirac vécut une aventure avec une capiteuse jeune reporter du journal Le Figaro. Elle se serait ensuite rabattue sur François Mitterrand... La directrice d'une galerie japonaise voisine de l'Elysée aurait suivi le même parcours. Ca crée forcément des liens entre rivaux !
Nul besoin de gagner leurs suffrages; ces dames adorent exercer leurs pouvoirs sur le pouvoir.

Le cas Royal est plus douloureux, voire tordu
On aurait attendu une affirmation convenue du type édifiant, « il faut être heureux en mariage pour faire carrière », mais elle déclara qu' "elle ne croit pas qu'il faut être malheureux en mariage pour faire carrière"... François Hollande, est allé tester la formule sous d'autres ciels de lits. Pour sauver ses attributs, à défaut de préserver ses droits à la course 2007 à l'Elysée, la queue entre les jambes, son compagnon a en effet laissé Sa Cynique Majesté Royal enfiler le pantalon et partir en campagne.
Mais puisqu'elle avait choisi de semer les graines de la discorde du féminisme, déclarant vouloir "mettre à bas le vieux modèle monarchique français", elle ne pouvait s'attendre à ne recevoir que des roses.
La présidente de Poitou Charente ne put donc éviter une contre-attaque de son propre concubin et la réponse à la menace fut taxée de machiste. Tandis qu'invité du "Grand Journal" de Canal + le mercredi 17 janvier 2007, le freluquet Arnaud Montebourg qualifiait François Hollande de "seul défaut" de la candidate socialiste, le camarade Laurent Fabius s'inquiéta en 2006 de savoir « Qui va garder les enfants ? », de François ou de sEGOlène.

Alors, faut-il avoir une grosse libido pour entrer en politique ou les hommes politiques tirent-ils toute leur puissance du pouvoir ?

Dans le prochain article, PaSiDupes « décryptera » la vie tumultueuse de Dominique Strauss-Kahn.
En sauront-nous plus ?

samedi 26 février 2011

Tunisie: l'ambassadeur Boillon était un triste clown

La langue de bois diplomatique s'est dégradée...

Boris Boillon, l'atypique nouvel ambassadeur de France venu d'Irak en Tunisie, s'est aussitôt distingué.

La presse a eu beau jeu d'aussitôt épingler l''Apollon sorti des eaux pour l'instrumentaliser contre le pouvoir.
Il faut dire que, lors d'un entretien avec la presse tunisienne, le sémillant ado s'est comporté avec les journalistes en dragueur de boom des années 70 et dans un style peu convaincant. Mais surtout irresponsable par le niveau.

Ridiculitude

Elle rappelle les bourdes de Désirdavenir Royal.

VOIR et ENTENDRE le personnage se ridiculiser en s'agaçant, lorsqu'on lui demande ce qu'il pense de la gestion de la crise tunisienne par la France. C'est samedi, amusons-nous !
video
Gag !

Savoie: vandalisme contre la SNCF et les vacanciers

Un câble sectionné près d'Albertville perturbe fortement tout le réseau Rhône-Alpes

Forte perturbation du chassé-croisé des vacances de février en Rhône-Alpes

Au moment du fort trafic des vacances de février,
environ 40.000 voyageurs risquent d'être affectés dans la journée.
En cause, un acte de vandalisme sur une ligne dans les Alpes, a annoncé la SNCF. «Un acte de malveillance a été commis ce jour (...) à proximité d'Albertville. Des câbles ont été sectionnés à la scie, perturbant gravement les trafics dans la vallée de la Tarentaise», précise la SNCF dans un communiqué. «Des retards de trois à cinq heures sont prévisibles, qui vont toucher les 40.000 voyageurs circulant aujourd'hui et des perturbations sont attendues dans la région lyonnaise», met en garde la SNCF.
«S'agissant d'un week-end annoncé de longue date comme particulièrement chargé, la SNCF déplore et condamne fortement ce nouvel acte de malveillance. Une enquête est en cours», conclut-elle. «Trois câbles, de signalisation et d'alimentation, ont été sectionnés» dans la matinée sur la ligne Chambéry-Bourg-Saint-Maurice, extrêmement chargée en cette période de retours et de départs en vacances, précise une porte-parole régionale de la SNCF. En début d'après-midi, les travaux de réparation étaient toujours en cours. Le retour à la normale n'est pas attendu avant la soirée.

Les vacanciers pour cible

«Jusqu'à 13h30, une vingtaine de trains ont été impactés. Le problème, c'est qu'on est en période de très fort trafic», a-t-elle précisé. Des retards compris entre trois et cinq heures sont attendus. L'incident survient en plein chassé-croisé de vacanciers et de skieurs des différentes zones de vacances scolaires.
«Mon TER qui devait partir à 11 heures de Bourg-Saint-Maurice est parti avec trente minutes de retard. Le train a ensuite été immobilisé une heure », explique un témoin coincé dans un train à destination de Lyon, sans information sur l'heure à laquelle son train arrivera. « Le TER est plein. Tous les vacanciers qui descendent de Tignes et d'autres stations sont montés à Bourg-Saint-Maurice. Il y a plein de gens qui vont rater leurs correspondances pour Toulon ou Paris...», conclut-il avec philosophie.

La SNCF évoque bien un acte de vandalisme, et non un vol. La société est de plus en plus souvent confrontée à des vols de câbles, particulièrement en cuivre, qui ont doublé avec l'envolée des cours, provoquant des retards pour les trains. En septembre 2010, la SNCF dénombrait quarante vols de câbles par semaine et évaluait son préjudice à plusieurs dizaines de millions d'euros.
Plus d'informations sur les retards ICI.
http://www.gares-en-mouvement.com/infos_temps_reel.php?gare=frxav&tab=arr

Un sondage qui ne prend pas les causes en compte...
Huit Français sur dix (80%) estiment qu'au cours des derniers mois, la qualité des services s'est détériorée, selon l'IFOP cette semaine pour le journal Dimanche Ouest France.

La mouvance Action directe / NPA, en cause ?

On est en droit d'établir un rapprochement avec deux-trois faits d'actualité récente:

- La remise en semi-liberté du chef d'Action directe, Jean-Marc Rouillan, annoncée pour le début du mois prochain: cf.libellé vers PaSiDupes

- Et les tracts de menaces adressés par le groupe terroriste Action directe à 7 commissariats de police des Hauts-de-Seine (92): cf. libellé vers PaSiDupes

A noter que l'ex-attaché parlementaire de Krivine, le trotskiste Olivier Besancenot (meneur depuis 2000 du NPA, ex-LCR) est facteur SUD-PTT (depuis 1997) à Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine et impliqué dans la méchante affaire de violences au centre de tri de La Poste à Nanterre (Hauts-de-Seine).

VOIR et ENTENDRE le reportage sur le mouvement de grève en Savoie mené par la CGT Cheminots au premier trimestre 2010:

Le dimanche 9 janvier 2011, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, désigna 12 lignes ferroviaires malades, dans la liste desquelles il citait celles de la région de Lyon qui posent problèmes dans notre réseau, mais aussi l’état extrêmement préoccupant des infrastructures de Savoie et certaines gares du Bugey.

Au passage, le président de la SNCF avait pointé les
difficultés "du fait d'une grève de l'ensemble des personnels de manoeuvre de l'escale à Dijon
lors des week-ends de Noël et du 1er janvier", selon le rapport de la SNCF. Pour Guillaume Pepy, cette grève locale, à l'initiative du syndicat SUD-Rail, était "légale, mais choquante". "Ce n'est pas une affaire de loi, c'est une affaire de morale, c'est l'affaire des cheminots, notre affaire. Le fait qu'il y ait des préavis de grève qui visent spécifiquement le jour de Noël, le jour de l'an, c'est la négation du service public", a souligné le patron de la SNCF. "Je sais que la quasi-totalité des organisations syndicales de la SNCF sont contre ces préavis", a-t-il ajouté. D'autres syndicats avaient néanmoins déposé des préavis locaux, comme l'UNSA en Midi-Pyrénées.

Dans un communiqué, SUD-Rail a accusé Guillaume Pepy de "démagogie antisyndicale".
Or, le vandalisme cible à nouveau les vacances, de février, cette fois.

Action directe repasse à l'action

Envoi de menaces à des commissariats
alors que J.-M. Rouillan sera en semi-liberté le 4 mars

Annonce de la réactivation du groupe armé d’extrême gauche


Ce tract du groupe armé anarcho-communiste a fait l'effet d'une provocation dans les commissariats des Hauts-de-Seine, voire d'une déclaration de guerre.

Termes du tract
« À la mémoire de Jean-Marc Rouillan (ci-contre à gauche), Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron. Réactivation du mouvement anarchiste. À bas la dictature capitaliste. La victoire et la liberté sont pour demain. Nous donnerons les shérifs modernes aux vermines. Vos heures sont comptées. Nous commencerons l'extermination par le 92. »
Des phrases lapidaires pour une idéologie primaire et violente.
Lien PaSiDupes vers les terroristes d'Action directe

Ce libelle a été posté dans des courriers non oblitérés et sans timbre

Les lettres sont néanmoins parvenues aux commissariats de Sèvres (maire François Kosciusko-Morizet), Clichy-la-Garenne (maire PS, ancien conseiller technique au cabinet de Louis Mexandeau, un fidèle de Mitterrand et ministre PS des ...PTT en 1981) et Vanves (maire Nouveau Centre), ainsi qu'aux postes de police de Chaville (maire UMP) , Malakoff (maire PCF) et du Plessis-Robinson (maire UMP).

Des militants de La Poste, de SUD
, par exemple, auraient-ils mis le service public à contribution et détourné des heures ?

=> 2008 - Le faceur Besancenot (NPA) s'acoquine avec Action directe :
lien PaSiDupes
=> Polémique sur l'éventuelle adhésion de Rouillan à la NPA (alors LCR)

A Paris en décembre dernier 2010, SUD-PTT mobilisait ses militants qui n'avaient rien constaté: « La Fédération SUD PTT tient à vous alerter concernant des dérives qui ont lieu dans votre métier concernant la liberté syndicale. » Cet appel, soutenu par le Front de gauche (Mélenchon), faisait suite à la sanction de 2 ans d’exclusion de service, dont 6 mois avec sursis envers Olivier Rosay, secrétaire départemental SUD des postaux Paris, un permanent entretenu aux frais de la princesse, c'est-à-dire les Français même défavorisés.

En juillet 2010, les Hauts-de-Seine étaient visés par environ 150 postiers rassemblés devant la direction départementale du courier à Nanterre, en soutien à Gaël Quirante, salarié de La Poste et secrétaire départemental adjoint SUD-PTT qui faisait l'objet d'une procédure disciplinaire pour des actes commis lors de la grève qui a opposé la direction et une partie des salariés pendant ...dix semaines.

La section antiterroriste de la brigade criminelle de Paris a été saisie

La justice, qui prend l'affaire au sérieux, a saisi la section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle de Paris. « Dans ce tract, on ne parle pas de jours, mais d'heures qui sont comptées pour des membres des forces de l'ordre. Cela incite sans attendre à prendre des mesures de prudence », confie un haut fonctionnaire de la préfecture de police de Paris. Les policiers et gendarmes des Hauts-de-Seine et, plus généralement, tous ceux d'Ile-de-France ont été invités à se montrer «vigilants» dans les heures et les jours qui viennent.

Devoir de mémoire

Action directe est responsable de plusieurs dizaines d’attentats
, dont l’assassinat, en 1986, de Georges Besse, PDG de Renault et en 1985, de René Audran, ingénieur général de l’armement. Le groupe terroriste avait été démantelé en 1987.

Liens PaSiDupes:

Jean-Marc Rouillan
:
=> 2008: il rompt ses engagements et retourne en prison

=> Mise en semi-liberté à compter du 7 mars 2011

Nathalie Ménigon (épouse Rouillan):
peine commuée

Joelle Aubron: lien Wikipedia

Juin 2009 – Florence Rey: elle est quitte de ses quatre crimes

Juillet 2009 – Georges Schleicher (ci-contre à droite): il est libéré par la Cour d'Appel

Georges Cipriani: lien Wikipedia

Action directe, les années sanglantes, pour ceux qui auraient oublié

Terrorisme: la poudre et l'allumette



Jean-Marc Rouillan et Nathalie Ménigon, deux chefs de file du groupe armé d'extrême gauche Action Directe (photo non datée)



1982.
L'Express consacrait un article à la résurgence de groupes comme Action directe (lien Wikipedia), avec l'aide d'un historien, Xavier Raufer, auteur d'un livre où il donnait de nouvelles perspectives sur le terrorisme.

Le 27 mai, au début de l'après-midi, une voiture roule à très (trop?) vive allure sur l'autoroute A1 en direction de Paris. Près de la sortie de Compiègne (Oise), son conducteur en perd le contrôle; embardée, tête-à-queue, tonneaux, le véhicule termine sa course folle contre le bas-côté droit. A bord de l'épave, une passagère grièvement blessée, Nathalie Ménigon, 25 ans.

Pour la police, elle n'est pas une inconnue. Pasionaria du groupe Action directe, elle a participé, au côté son compagnon Jean-Marc Rouillan, à diverses opérations de ce réseau terroriste dont il est le leader.

Libérée, le 17 septembre 1981, pour raison médicale, elle est venue occuper un immeuble du quartier de la Goutte-d'Or (Paris XVIIe), "squattérisé" au profit d'immigrés turcs.
Au moment de son accident, elle revenait de Belgique avec un stock de 15000 affichettes appelant à une "manifestation armée" contre la venue du président américain Ronald Reagan au Sommet de Versailles : une silhouette en tenue de combat brandissant un pistolet-mitrailleur. L'appel est signé Action directe. Il dit: "Le terroriste Reagan, voyageur de l'impérialisme U.S., ennemi des peuples, doit être accueilli par la haine, devant des poings levés et des armes chargées."

Détail important: ce texte est rédigé en français, en turc et en arabe, tout comme le tract de la Fraction armée révolutionnaire libanaise (Farl) diffusé, le 7 avril dernier, par des militants d'A.d., tract qui revendiquait l'assassinat quatre jours plus tôt du diplomate israélien Yaakov Barsititllatov.

La résurgence d'un tel groupe risque de démentir l'analyse rassurante des autorités françaises [PS]. A la recrudescence du terrorisme international, contre lequel il tient de véritables conseils de guerre depuis le sanglant attentat de la rue Marbeuf (22 avril 1982 - lien Wikipedia vers les attentats meurtriers en France), le pouvoir socialiste oppose souvent la baisse des violences politiques d'origine intérieure, une baisse de 40 %.

Distinguo simpliste aux yeux d'un observateur professionnel comme
Xavier Raufer. Exerçant dans l'enseignement supérieur privé, cet historien de 36 ans, qui a longtemps animé l'étude des mouvements révolutionnaires à l'Institut d'histoire sociale, publie cette semaine le fruit de ses travaux: Terrorisme: maintenant la France? (Editions Garnier). Au moment même où se tiennent à l'Institut de criminologie de Paris les Journées d'étude sur le terrorisme.

Raufer se méfie du terme trop générique de terrorisme, qui masque la hiérarchie réelle des périls guettant notre société. Ainsi la diminution des attentats à l'explosif depuis le 10 mai 1981 n'est-elle due qu'à la trêve corse, alors que l'actualité montre une tendance à la radicalisation de l'extrême gauche, bien plus dangereuse sur le plan national.

A l'
escalade de la violence banalisée (on est passé en vingt ans du cocktail Molotov au lance-roquettes) s'ajoute une dimension internationaliste: "la recherche d'une classe ouvrière de substitution". D'où interactions entre terrorisme importé et terrorisme indigène, des attentats d'origine étrangère provoquant, par contagion, l'émergence de structures de guérilla urbaine sous couvert de lutte anti-impérialiste.

"Voilà le péril majeur, nous dit Raufer. D'un côté, des viviers de jeunes ballottés entre le chômage et les emplois précaires, dépourvus de toute perspective, se constituent à la périphérie des grandes villes : c'est le tonneau de poudre. Et, de l'autre, la boîte d'allumettes : ces groupuscules - heureusement fort réduits, et jusqu'ici efficacement marqués par la police - qui se veulent des partis communistes combattants, en lutte armée contre leur propre Etat."

Paradoxe souligné par Raufer: c'est en France qu'a été théorisé le recours aux armes en démocratie, alors que notre pays s'est trouvé épargné plus longtemps que nos voisins. En 1963, l'ex-avocat du F.L.N. algérien Jacques Vergès est le premier à formuler la doctrine du "pouvoir au bout du fusil", qui sera intellectualisée par le philosophe Louis Althusser et popularisée par les groupes "maos" avec la caution de Jean-Paul Sartre, légitimant la violence au service des "bonnes causes".

Ces groupes se tiennent à l'écart du "happening" de Mai 1968 pour fonder, sur ses décombres,
la Gauche prolétarienne (G.P., militants marxistes-léninistes à l'origine nanterriens, Hauts-de-Seine - lien Wikipedia), puis constituer son bras armé, la Nouvelle Résistance, premier embryon d'un parti communiste combattant. A son apogée, en 1970-1971, l'ex-G.P. passe très près de la lutte armée : rapts du député gaulliste Michel de Grailly et d'un cadre de Renault [Georges Besse, cf. libellé, ci-dessous], etc.

Mais, au dernier moment, un sursaut moral retient les "maos" de basculer de l'action symbolique à la violence meurtrière. Refusant de "se substituer aux masses", ils vont se disperser dans des militantismes sectoriels: dans l'écologie, le féminisme, l'antipsychiatrie, la défense des prisonniers et des droits de l'homme, la fondation du quotidien Libération, etc.

Pourquoi cette autodissolution ? D'abord, leurs guides intellectuels ont, après la phase initiale de fascination, joué un rôle salutaire de garde-fou. Ensuite, la dénonciation des « méthodes fascistes » de l'O.A.S. était encore présente dans tous les esprits.

Enfin, deux faits ont contribué à bloquer l'engrenage terroriste: une rencontre avec
Andréas Baader (lien Wikipedia vers le groupe terroriste "la bande à Baader"), qui apparut aux responsables "maos" français comme un dangereux psychopathe; et le massacre des athlètes israéliens aux Jeux de Munich, en septembre 1972.

Mais, au moment précis où les "maos" français renoncent à suivre les modèles italien et allemand, des rescapés de réseaux antifranquistes catalans créent dans le midi de la France des Groupes d'action révolutionnaire internationalistes (Gari), qui, de février à juillet 1974, vont perpétrer une dizaine d'attentats, de rapts et surtout de hold-up. Avec une telle maladresse que la police rafle la dizaine d'activistes - dont J.-M. Rouillan déjà - qui forment l'équipe dirigeante.

Une troisième tentative n'aura guère plus de longévité: celle des Noyaux armés pour l'autonomie populaire (Napap), fondés, en 1977, par les laissés-pour-compte de l'ex-G.P. surnommés les "veuves maos". En neuf mois, une douzaine d'arrestations met fin à une série d'actions non sanglantes commencée pourtant par un meurtre: celui d'un vigile de Renault, Jean-Antoine Tramoni, lui-même meurtrier du militant "mao" Pierre Ovemey.

Deux ans plus tard, les rescapés des Gari et des Napap, forts de l'expérience de la clandestinité, fusionnent dans Action directe. Les "branquignols" font place à du professionnel, les intellectuels de l'ex-G.P. à des militants au profil plus fruste, mais aussi plus proche de celui des brigadistes italiens et des desesperados allemands.

De 1979 à 1981, Action directe ne revendique pas moins de vingt attentats immobiliers et financiers: la revendication devient plus importante que l'acte lui-même, encore que le butin des différents hold-up dépasse les 100 millions. La logistique se développe : pas moins de quarante planques d'armes et de faux papiers, de caches pour fugitifs dans la seule région parisienne. Les connexions internationales aussi.

Pratiquement démantelés en 1980, les groupes d'Action directe se sont reconstitués depuis l'automne de 1981 en véritables noyaux armés branchés sur les filières terroristes de Beyrouth. Ils transforment les "squats" en une sorte de "piste Hô-Chi-Minh", à mi-chemin entre délinquance et politique.

Plus d'encadrement intellectuel, de garde-fou, plus d'issues non plus, de solutions de repli dans une société dont les capacités d'intégration se sont affaiblies. Mais un isolement croissant, avec, à terme, une menace complémentaire : celle de voir la décomposition d'une structure de ce type fournir, cette fois, des mercenaires aux groupes internationaux, style Carlos, pour lesquels la France a cessé d'être un sanctuaire.

Menace qui n'a rien de fatal: il est encore temps, selon Xavier Raufer, d'enrayer la formation d'un parti communiste combattant. A condition de la prendre au sérieux et de ne pas se tromper d'adversaire.

(Article de L'Express, par Jacques Déroguy, publié le 11/05/1982)

vendredi 25 février 2011

D. Strauss-Kahn mis en cause dans une affaire d'escroquerie

Une affaire qui tombe à point nommé sur le rable du chaud lapin !

La Ch'tite Aubry tenterait-elle de 'salir' le favori des sondages ?


Dominique Strauss-Kahn est mis en cause devant le TGI de Paris pour son implication dans une escroquerie internationale portant sur une somme de 22 milliards de dollars.
Le 20 septembre 2010, Maître Dominique Kounkou, avocat de Christian Basano, assignait l’Agent Judiciaire du Trésor (AJT) pour faute lourde de l’État devant le TGI de Paris, dans une affaire complexe d’escroquerie internationale, dans laquelle M. Dominique Strauss-Kahn fut un acteur particulièrement impliqué comme Ministre de l’Industrie du gouvernement Cresson en 1991.

En novembre dernier, le premier secrétaire du PS, Mme Brochen-Aubry, devait accorder trois mois de sursis au patron du FMI: Lien PaSiDupes
Le délai est écoulé !
L’assignation ( dont le texte se trouve
ICI en pdf
) est actuellement en instance devant la première chambre du TGI de Paris.

Une enquête approfondie devra être diligentée par ce Tribunal dans les prochains mois. Les conclusions en réponse de l’AJT dans cette affaire sont attendues à la prochaine audience du 16 mars prochain.

Sauf grève du zèle militante des magistrats...