POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 30 avril 2011

Egypte: ça y est, les islamistes ont créé leur propre parti !

Les Frères musulmans dévoilent leurs ambitions politiques
Vers des bords islamistes de la Méditerranée

Les Frères musulmans, le plus influent mouvement d'oppositon d'Egypte, ont créé samedi leur propre parti, avec l'ambition de briguer la moitié des sièges aux élections législatives prévues en septembre, les premières depuis la chute du régime de Hosni Moubarak.

Baptisé le "Parti de la liberté et de la justice" - ça sonne aussi vertueux qu'une 'Ligue des droits de l'homme' ! - , le nouveau parti s'est défendu d'avoir une orientation "théocratique" et a assuré qu'il serait "indépendant" de la confrérie, dont les prises de position ont souvent suscité la méfiance de la population.

Le Conseil consultatif du mouvement a décidé de lancer ce parti et a adopté en même temps son programme politique, a expliqué lors d'une conférence de presse Mohammed Hussein, le secrétaire général de la confrérie née il y a plus de 80 ans.

Le parti, dirigé par un membre du bureau politique des Frères musulmans, Mohammed al-Moursi, coordonnera ses positions avec la confrérie tout en restant un organe indépendant.
"Ce sera un parti civil et non théocratique", a juré al-Moursi. La Constitution égyptienne interdit les partis fondés sur la religion.

Le processus démocratique a désormais du plomb dans l'aile

Selon al-Moursi, le Parti de la liberté et de la justice briguera entre 45 et 50% des sièges lors des législatives de septembre, le premier scrutin depuis que M. Moubarak a quitté le pouvoir sous la pression de la rue le 11 février. A moins que ce ne soit sous celle des islamistes....

L'armée, à laquelle le Président Moubarak a remis les rênes du pays à son départ, a annoncé fin mars qu'elle remettrait le pouvoir législatif au futur Parlement élu en septembre, puis le pouvoir exécutif au chef de l'Etat choisi par les urnes à la fin de l'année.

Les ambitions affichées du nouveau parti devraient susciter le désarroi des autres formations politiques qui se sont engagées dans la révolte contre l'ancien régime et qui pourraient se voir marginalisés si elles ne présentent pas un front uni.
"Cette annonce est déprimante pour les forces politiques dans le pays", a déclaré Dia Rashawan, expert des mouvements islamistes au centre d'Al Ahram pour les études politiques et stratégiques.

"La révolution n'était pas islamiste. Nous devons à présent revoir l'idée que les Frères musulmans sont la plus importante force du pays", a-t-il expliqué.

Le régime Moubarak, était assez fort pour juguler les Frères musulmans officiellement bannis de la sphère politique égyptienne, bien que tolérés dans les faits. S'appuyant sur d'influents réseaux d'aide sociale, ils présentaient leurs candidats comme "indépendants".

Après une percée aux législatives de 2005, qui les avait vus remporter près de 20% des sièges, les Frères musulmans étaient sortis bredouilles du premier tour des législatives fin 2010, et avaient décidé de boycotter le second tour, dénonçant des fraudes massives et violentes.

La confrérie est particulièrement active dans les mosquées, où elle mène des actions d'aide aux défavorisés, dans les universités et au sein des syndicats.
Lien PaSiDupes: des soupçons pèsent sur la Grande Mosquée de Lyon

Fondée en Egypte en 1928 par le grand-père maternel de Tariq Ramadan(photo en tête d'article), Hassan al-Banna, elle constitue le plus ancien mouvement de l'islamisme sunnite. Sa doctrine s'organise autour du dogme du "tawhid" (unicité de Dieu), la fusion du religieux et du politique.
Un Etat sunnite ne peut être laïc ! Que la gauche française se le tienne bien pour dit.

Au cours de son histoire, elle a oscillé entre l'opposition violente au pouvoir et la collaboration, entre plaidoyers pour un Etat islamique et assurances de respecter le jeu démocratique. Elle reste donc une énigme et suscite la crainte des Occidentaux, qui redoutent l'instauration d'un régime islamique en Egypte.

La pratique religieuse des jeunes est-elle événementielle ?

La cérémonie de béatification de Jean-Paul II draine large

Des centaines de milliers de catholiques s'apprêtent à célébrer dans la ferveur, dimanche à Rome, la béatification de Jean Paul II, six ans après sa mort. Ils rendront ainsi hommage à un pape qui, en plus de 26 ans de règne, a rajeuni le visage de l'Eglise sans en changer la doctrine.

Des centaines de milliers de pèlerins enthousiastes ont afflué à Rome dès samedi

Les églises de Rome, toutes ouvertes pour l'occasion, accueillent des milliers de visiteurs, notamment des Français, des Espagnols et des Polonais.

Pour la messe prévue dimanche place Saint-Pierre, de 300.000 à 500.000 pèlerins sont attendus.

Certains d'entre eux ont pris toutes les dispositions pour s'assurer une place aux premières loges: "Nous allons rester à la veillée jusqu'à minuit, ensuite aller d'église en église pour prier, puis nous diriger vers le Vatican vers 04H00 du matin pour obtenir les meilleures places possibles", confie Patricia Wocial.

Pavoisée à l'effigie de Jean Paul II, à la veille de la béatification du pape, la Ville Sainte est envahie de fidèles du plus charismatique des papes de l'histoire contemporaine de l'Eglise catholique.
"Je ne pouvais pas rater ça, je devais participer à ce moment historique. Nous venons d'arriver, mais l'atmosphère est déjà formidable", confie Patricia Wocial, 48 ans, arrivée tout droit de Grande-Bretagne avec ses deux filles.
"C'est leur premier pèlerinage et ça sera sûrement une expérience qui restera dans leur mémoire", ajoute-t-elle, alors qu'elles sont toutes les trois au milieu de la foule qui contemple un grand poster de Jean Paul II accroché à la colonnade du Bernin encerclant la place Saint-Pierre.

Des centaines de trains, avions et autocars vont acheminer des fidèles vers la ville éternelle, qui va tenter de résister à l'engorgement.
Mais l'affluence énorme annoncée il y a deux mois sera moins importante que prévu. Du fait de la guerre en Libye et de l'insécurité en Méditerranée, nombre d'Américains et d'Asiatiques ont en effet renoncé au voyage. C'est ainsi que moins de 300.000 pèlerins sont attendus.

Six ans plus tôt, lors des obsèques du pape polonais, c'est de cette même place qu'était monté le cri "santo subito" ("saint tout de suite") pour saluer un pape qui, tout au long de son pontificat (1978-2005) ponctué de 104 voyages, a impressionné croyants (et mécréants) et redynamisé l'Eglise.
Cette ferveur avait convaincu son successeur Benoît XVI d'ouvrir dès juin 2005 la procédure de béatification, qui s'est achevée en janvier 2011, un délai record.

Un miracle authentifié par la Faculté permet la béatification, celui d'une religieuse française, Marie Simon-Pierre, guérie de la maladie de Parkinson.
Celle-ci livrera son témoignage samedi soir lors d'une veillée au Cirque Maxime, grand espace vert en plein centre de Rome où se déroulaient les courses de chars à l'époque romaine. Plus de 100.000 personnes y sont attendues, alors que tombe sur la ville une pluie fine et intermittente.




Des pèlerins français à l'arrivée samedi 30 avril dans la gare centrale de Rome d'un train spécialement affrété.



Les quatre diocèses de Rennes, Vannes, Saint-Brieuc et Quimper, qui ont affrété un vol spécial Rennes-Rome, sont là, samedi 30 avril à 11 h 30, sous la pluie, pour la célébration eucharistique à Saint-Louis des Français, présidée par Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes.

La cérémonie

Le cercueil du Souverain Pontif a été sorti vendredi de son tombeau dans les Grottes vaticanes et doit être porté dimanche matin devant l'autel central de la basilique.

Dès samedi soir, une grande cérémonie d'hommage aura lieu au Cirque Maxime à Rome. De nombreuses églises seront ouvertes pour une veillée de prières. A l’issue de celle-ci, les pèlerins pourront suivre, lors d’une "Nuit blanche de prière", un parcours balisé dans la ville.

Au cours de la messe présidée par Benoît XVI, une tapisserie à l'effigie de Karol Wojtyla sera déroulée sur la façade de la basilique Saint-Pierre et un reliquaire contenant une ampoule de son sang sera présenté aux fidèles.

Karol Wojtyla sera déclaré dimanche bienheureux, lors d'une cérémonie qui débute à 10 heures en la basilique Saint-Pierre. Après cette messe solennelle, les pèlerins pourront défiler devant sa dépouille mortelle.

Après la cérémonie, les fidèles pourront défiler devant le cercueil fermé, à la suite des quatre-vingt-sept délégations étrangères, parmi lesquelles figureront seize chefs d'Etat et six chefs de gouvernement, ainsi que cinq délégations de familles royales.
José Manuel Barroso, le président de la commission européenne sera également à Rome. Le président de l'UE, Herman Van Rompuy et le président du Parlement européen Jerzy Buzek ont eux aussi prévu d'assister à la cérémonie de béatification.
Côté français, le Premier ministre François Fillon, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, et le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, également ministre des cultes, seront présents.

Le président Nicolas Sarkozy a adressé samedi une lettre à Benoît XVI pour lui exprimer "l'attachement" de la France à cette "personnalité hors du commun" qui "a contribué à renverser le monde né de la Guerre froide et à façonner le siècle qui est le nôtre".

La béatification fait de Jean Paul II un bienheureux et non pas un saint.
Pour cela, il doit être canonisé, ce qui requiert un nouveau "procès" et une nouvelle enquête pour ne laisser aucune zone d’ombre sur la vie de Jean Paul II. La preuve d’un deuxième miracle doit également être faite.

Méthode PS de dénigrement: instrumentalisation du web par un site caniveau

A force de décalages, le PS ripe

Où mène le jeunisme

Le PS tient les jeunes en bien piètre estime.
Ils avaient déjà le site LePost pour les moins de 25 ans: inculte et racoleur.
Garni de copiés-collés confus et truffés de fautes d'orthographe, de français et d'âneries diverses et variées, il arrive au niveau des jeunes peu exigeants, voire illettrés, et remplit une fonction peu reluisante, sans toutefois faire illusion dans le milieu, mais grâce au soutien peu regardant de Yahoo! qui encaisse son financement.
Le Parti socialiste a encore créé un site pour répondre - de façon "décalée"- à l'UMP, en détournant des vidéos. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, a été le premier à en faire les frais.

VOIR et ENTENDRE l'appréciation qu'on peut en avoir:
video
Ca ferait regretter Didier Porte ou Stéphane Guillon à ceux que la méchanceté met en joie. C'est tout dire !

Peut-on pour autant le traiter d'un revers de la main ?

La médiocrité n'est pas négligeable si elle vise à abêtir la jeunesse.
Comme Le Post, Skyrock a fait beaucoup de dégâts: lien PaSiDupes

Mais les lecteurs de PaSiDupes signalent aussi des comportements douteux.
Le "débat participatif" a des ratés.
Ainsi, ce lecteur signale-t-il des dysfonctionnements troublants, dès l'instant qu'on y laisse des commentaires contestateurs. "Comme par hasard tous mes coms, ont disparus 5 minutes aprés, et depuis, je ne peux plus écrire quoique ce soit sur ce blog!!! Ce doit être la démocratie façon socialiste !!!"
L O L ?

La mosquée de Lyon est un foyer terroriste, selon Wikileaks

Wikileaks dénonce

La Grande Mosquée de Lyon serait l'une des neuf bases arrière du terrorisme international.

Wikileaks sort un document des services de renseignement américain qui accuse la Grande Mosquée alors que celle-ci n'était pas jusqu'ici réputée liée au salafisme radical, comme l'ont été par le passé d'autres lieux de prières de l'aglomération.

La Grande Mosquée de Lyon serait un foyer du terrorisme international, à l'instar de Finsbury Park à Londres ? C'est ce qu'indique un document de dix-sept pages du département d'Etat américain mis au jour par WikiLeaks. Ce document, intitulé « Matrix of Threat Indicators for Enemy Combattants » rédigé en août 2004, est adressé aux interrogateurs de Guantanamo afin d'évaluer le niveau d'importance des prisonniers dans la hiérarchie d'Al Qaeda.

Aucun arrestation de fidèle de la Grande Mosquée de Lyon
Parmi les critères référençant la dangerosité des prisonniers, on trouve le fait que ces individus se soient rendus en Afghanistan après le 11 Septembre, qu'ils aient été invités au mariage de Ben Laden fils ou encore qu'ils portent une montre Casio – le modèle argenté ayant été offert par la nébuleuse terroriste à ceux qui avaient participé à une formation sur le maniement des explosifs improvisés.

A la page 9 du document est également dressée une liste de neuf mosquées connues selon les experts américains pour avoir accueilli et recruté des « membres connus d'Al Qaeda ». La fréquentation de ces épicentres de l'islam radical est donc un indicateur déterminant éveillant les soupçons.

Ces mosquées sont situées à Sanaa au Yémen, à Karachi au Pakistan, à Kaboul en Afghanistan mais cinq d'entre elles sont basées en Occident, et parmi elles, en France, la Grande Mosquée de Lyon, appelée « Laennec mosque » dans le document.

L'information interpelle : la Grande Mosquée de Lyon n'est pas connue des services français pour avoir, hier comme aujourd'hui, abrité des prêches intégristes. Par ailleurs, aucun des présumés terroristes arrêtés à Lyon n'a été un fidèle de ladite mosquée.

Le compte est-il bon ?
L'information est donc à relativiser au regard de ce que l'on sait de l'histoire des mouvements intégristes dans l'agglomération lyonnaise. Celle-ci fut certes le lieu d'entrée du salafisme en France, mais il est convenu de penser que, p
our autant qu'on sache, la dérive intégriste de la région s'est davantage polarisée dans des mosquées à Vénissieux, La Duchère, Bron, Saint-Fons ou Saint-Fons.
Il faudrait tout bonnement réviser ses bases et en ajouter une de plus, ce qui mène à six: et combien depuis ?

VOIR et ENTENDRE le reportage de France 24:
video

Le recteur se dit « très surpris »

Ces révélations plongent le recteur de la Grande Mosquée, Kamel Kabtane, dans l'embarras. Pour sa défense, il souligne ses très bonnes relations avec les autorités américaines, le consul venant chaque année rompre le jeûne du ramadan à son invitation.
« Comment se fait-il que les Américains soient plus forts que la police française qui n'est jamais intervenue chez nous ? », ironise-t-il, demandant à rencontrer l'ambassadeur américain.

Kamel Kabtane reconnaît que Lyon a été identifié il y a quelques années comme une base de l'islam radical voire terroriste, citant Khaled Kelkal, mais jamais la Grande Mosquée de Lyon, se défend-il.
Le recteur associe sa moquée à l'Institut culturel islamique de Milan dont la présence sur la liste l'interpelle. Selon lui, « c'est un centre qui rassemble surtout des convertis, des gens très posés, universitaires, médecins, chercheurs, que je connais bien. » Mais est-il lucide et bon juge ?

Les mosquées de Londres cachent la forêt

La Grande Mosquée de Lyon est-elle moins suspecte du fait que celle de Finsbury Park, citée dans les documents WikiLeaks, est effectivement fameuse. C'est par elle qu'ont transité bon nombre d'apprentis jihadistes européens avant de se retrouver dans des camps d'entraînement au Pakistan ou en Afghanistan.

Ce fut par exemple le cas des Lyonnais qui ont séjourné à Guantanamo, Nizar Sassi, Mourad Benchellali, mais également de Nabil Hadjarab. Ce Lyonnais de nationalité algérienne a grandi du côté de Gerland et reste encore aujourd'hui prisonnier sur la base de Guantanamo.

Instrumentalisation de cette révélation contre la France

Nouvelle stigmatisation de l’islam en France, selon les manipulateurs
Bien qu'elle vienne des USA, l'information est présentée comme un nouveau pas vers la stigmatisation de l’islam en France, alors que les milieux pro-musulmans présentent le débat sur la laïcité comme une réflexion dirigée contre l’islam. Le préfet du Rhône a pourtant assuré que « si cette rumeur devait participer à un amalgame entre une religion ayant toute sa place dans la République et des terroristes reconnus et poursuivis comme tel, elle serait en tous points condamnable. »
Kamel Kebtane, de son côté, n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler que: « cette agitation m’inquiète, à un moment où la communauté musulmane est stigmatisée et où l’on veut montrer à tout prix la partie la plus radicale de l’islam.»
Le recteur de la Grande Mosquée de Lyon,recevait ce jeudi, le consul américain Mark Shapiro, espérant obtenir de lui une rétractation officielle et des excuses pour l’offense causée à la mosquée, à ses dirigeants et à ses fidèles. Au terme de l’entrevue, le diplomate américain n’a émis aucun avis sur la liste, qu’il dit n’avoir pas consultée. Il a par ailleurs assuré qu’il entendait maintenir de bons rapports avec la mosquée.
Pour le recteur, il sera plus difficile d’oublier l’affront subi. Kamel Kebtane aurait des velléités de poursuite des auteurs de cette note : le Pentagone lui-même…
A suivre...

Le recteur aurait néanmoins reconnu avoir invité
l’imam Abdelkader Bouziane, accusé d’avoir implanté et développé le salafisme en région lyonnaise
.


Kamel Kebtane aurait fait appel à lui
« deux ou trois fois » pour animer des conférences à la Grande Mosquée de Lyon.
Abdelkader Bouziane y aurait également assuré le prêche un vendredi, « pour dépanner ». Même si Abdelkader Bouziane a été imam des mosquées de Villefranche-sur-Saône, de la Duchère (Lyon) et de Vénissieux, suspectées proches des milieux salafistes, il faut se demander si, parce que ponctuelles, ses prestations à la Grande Mosquée de Lyon sont anodines et tolérables, puisque susceptibles de participer du recrutement de futurs terroristes, réservoir de l'arrière-garde d'Al-Qaeda.

Kamel Kebtane garantit que Bouziane « est resté dans les normes et que les gens étaient contents.
" Son discours, c’est le retour à la tradition du Prophète, mais je ne l’ai jamais entendu prôner la violence

vendredi 29 avril 2011

Le mariage princier de Kate et William en quelques chiffres

La famille royale rassemble la population

Le vendredi 29 avril 2011, après une cérémonie parfaitement orchestrée, les nouveaux mariés Kate Middleton, 29 ans, William Windsor, son cadet de 6 mois, ont répondu aux attentes de la foule: ils ont échangé un baiser, par deux fois, au balcon du palais royal de Buckingham.

« Oui, je le veux », avait répondu Kate Middleton, duchesse de Cambridge, deux heures plus tôt à l'archevêque de Canterbury, sous la nef de l'abbaye de Westminster qui avait vu le couronnement du Normand, Guillaume le Conquérant en 1066.

D'une voix un peu tremblante, elle a promis d'"aimer, réconforter, respecter et entourer" le prince William. Mais, signe de modernité, elle n'a pas fait voeu d'obéissance à son époux, suivant ainsi l'exemple de Diana, la mère de William.

En arrivant à Westminster, la future princesse de conte de féee, une roturière d'extraction modeste, avait mis fin au principal suspense du mariage en sortant d'une Rolls-Royce devant deux à trois milliards de téléspectateurs: elle avait choisi une robe de mariée ivoire pourvue d'une traîne de 2m70. Agrémentée d'un voile et d'un diadème, la tenue a été conçue par Sarah Burton, directrice artistique de la griffe britannique Alexander Mc Queen.

Le prince William, deuxième dans l'ordre de succession au trône, l'attendait devant l'autel en uniforme rouge des Irish Guards.

La cérémonie a duré à peine plus d'une heure, rythmée par un choeur de jeunes garçons et par le son des trompettes. 1.900 invités avaient pris place dans l'abbaye, dont une quarantaine de têtes couronnées.

Le nombre des Britanniques et étrangers présents est estimé à 800.000, selon les autorités.
A toutes fins utiles, voici, à l'attention des syndicats français, ce que ça représente Outre-Manche, pour comparaison avec le million de manifestants qu'ils ont le front d'annoncer à chaque journée nationale d'action:

Au moins un million de personnes s'étaient rassemblées dans Londres le long du parcours du cortège officiel, selon une estimation de la police. A titre de comparaison, la police estime que 600.000 personnes étaient venues sur le parcours du mariage de Charles et Diana en 1981, et plus d'un million lors du jubilé d'or en 2002 de la reine Elizabeth II, qui célébrait le 50e anniversaire de son accession au trône.

VOIR et ENTENDRE la marée humaine se dirigeant vers le palais royal:
video

Ce qui s'appelle une foule dense...

La messe a été retransmise en direct dans 180 pays. Elle devait être trois fois plus regardée que les noces de Charles et Diana, suivies par 750 millions de personnes.

Dans la foule massée devant l'abbaye, les premiers bouchons de champagne ont sauté au moment de l'échange des consentements. « Ils remettent la monarchie à la mode», se félicitait Louise Akehurst, àgée de seulement 25 ans, qui avait campé dehors pour ne rien rater.

Dans la capitale pavoisée aux couleurs rouge blanc bleu de l'Union Jack, Catherine et William ont parcouru le parcours de Westminster au palais de Buckingham dans une calèche dorée tirée par quatre chevaux gris. Ils étaient suivis par quatre attelages transportant la famille, dont la reine qui vient de fêter ses 85 ans.

VOIR et ENTENDRE les moments forts de la journée:
video

Escorté par 160 cavaliers, le cortège a défilé devant Big Ben avant de remonter le Mall. Le dispositif policier comptait plus de 5.000 hommes et en milieu d'après-midi une quarantaine de personnes avaient été interpellées pour des incidents sans gravité.

En ce jour férié, plus de cinq mille fêtes de quartier étaient organisées dans l'ensemble du pays, jusqu'au 10 Downing Street, résidence du Premier ministre, David Cameron. Un vin d'honneur était prévu en fin de journée, puis un dîner et une soirée dansante, toujours à Buckingham, aux frais de la Reine.

Non loin de là, les républicains avaient peine à mobiliser, réunissant 200 personnes pour un rassemblement pacifique intitulé « Non au mariage princier ».

Quant au coût de la cérémonie qui mobilisera les républicains grincheux, notamment français, il est indiqué dans ce blog: lien PaSiDupes

Rien n'a filtré sur l'endroit choisi par le couple pour sa la lune de miel. Ont tour à tour été évoqués 6 destinations: les Caraïbes, la Jordanie, les Seychelles, voire l'Ecosse ou les Cornouailles.
Et le Gers, en France.

Syrie - Les islamistes défient le pouvoir

Un " plan commun " entre les islamistes et l' Occident ?

Appel des Frères musulmans à descendre dans la rue


Les Frères musulmans ont accusé le régime du président syrien Bachar el-Assad de perpétrer un "génocide".

Vendredi, le mouvement, interdit en Syrie, poussait le peuple à ne pas céder aux "tyrans" et à réclamer la liberté après la grande prière.

Le politologue syrien Hamid Al-Abdullahune qualifie cette incitation de confrontation ouverte avec les autorités.
"Cela signifie une guerre ouverte", estime l'expert.

Jeudi, à la veille du jour de grande prière, la direction des Frères musulmans en exil à l'étranger, a exhorté le peuple syrien à se soulever en masse contre le régime en place.
"Avec cette déclaration, les Frères musulmans ont reconnu faire partie des forces qui dirigent les processus en cours en Syrie.

D'autre part, leur déclaration est publiée alors que l'Occident accentue ses pressions sur Damas, ce qui témoigne d'un plan commun", selon l'analyste politique.

Le président Bachar el Assad est confronté aujourd'hui à une vague de manifestations sans précédent depuis son arrivée au pouvoir il y a onze ans.
Il doit aussi faire face à un début de dissidence au sein de son parti Baas et à des signes de mécontentement dans l'armée face à la répression violente des manifestations, qui a déjà fait 500 morts, signale une ONG syrienne.

Les autorités syriennes voient dans cette contestation sans précédent la main des islamistes tandis que les Frères musulmans accusent le pouvoir de vouloir déclencher une guerre civile et de chercher à saper les appels lancés par la communauté internationale en faveur des libertés politiques et de la lutte contre la corruption.

Mariage princier à Londres, vécu à la française


La presse française à côté de la plaque

Ce 29 avril 2011, l’archevêque anglican de Canterbury célèbre à Londres l’union du prince héritier William Windsor et d'une roturière, pour la première fois en trois siècles, Kate Middleton à l'Abbaye de Westminster. L’événement va être suivi par 2 milliards de téléspectateurs, au Royaume Uni, mais aussi d'abord dans le Commonwealth et enfin partout dans le reste du monde.
Les cérémonies officielles et festivités populaires, un vendredi, jour exceptionnellement férié, concentrent l'attention des sujets de la reine Elisabeth II depuis plusieurs mois. Les républicains français jettent un regard narquois sur la perfide Albion en émoi, quand la presse cynique ne "salit" pas ce bonheur bon enfant de tout un peuple.
Ouest France fait les questions et les réponses, navrantes

Les Britanniques se passionnent-ils pour l’événement ?

Si un tiers seulement se disent très intéressés, ils devraient être 77 % à suivre la cérémonie à la télévision. Mais, pour près de la moitié, le jour férié compte plus que les noces.

Le prince William sera-t-il appelé à régner ?

Le fils aîné du prince Charles doit prendre la suite de son père sur le trône. Il est second dans l’ordre de succession de la reine Elizabeth II qui fêtera, l’an prochain, ses 60 ans de règne.

Quel est le pouvoir réel du souverain ?

La reine n’a pas de véritable pouvoir politique.
Si on considère que de représenter la continuité et la cohésion nationales et donc la confiance en l'avenir et la sécurité est négligeable dans une société en quête de repères.]
D’accord ou non, elle doit signer les décisions du Parlement. [Ce qui est partiellement faux, puisque la reine a pu effectivement refuser de nommer Premier ministre un ou deux chefs de partis gagnants aux élections.]
Elizabeth II a surtout un rôle religieux - elle est à la tête [Chef] de l’Église anglicane - et caritatif.
Elle règne aussi sur les quinze pays du Commonwealth. [une association d'anciennes colonies britanniques qui ont souhaité conserver des liens étroits avec la Couronne après leur accession à l'indépendance.]

La population se reconnaît-elle dans la monarchie ?

Les Britanniques sont patriotes et, pour la plupart [en fait, très majoritairement !], attachés à la famille royale [et à la monarchie]. Mais un fossé se creuse entre une monarchie blanche, conservatrice, et une société multiculturelle. [Remarque décalée, typique de la France 'politiquement correcte'] L’aristocratie est souvent perçue comme une réminiscence [sic !] de l’Angleterre du passé [selon des républicains].

L’union avec une roturière est-elle un signe de modernisation ?

Kate Middleton est issue de la classe moyenne. Seulement baptisée par l’Église anglicane, elle n’a reçu sa confirmation qu’en mars. Ce profil est inédit pour une future princesse. Signe d’ouverture, la reine a donné son accord aux futurs époux avec joie : « Voilà une bonne nouvelle, il leur a fallu du temps ! »

Combien le mariage va-t-il coûter ?

Les frais de la cérémonie, dont le montant est gardé secret, sont assumés par la Couronne et la famille Middleton. L’État se charge de la sécurité et de l’aménagement de Londres. Si les frais pour le contribuable sont près de trois fois inférieurs à ceux du mariage du prince Charles avec Diana, ils s’élèveront tout de même à 11 millions d’euros. Les retombées touristiques vont avoisiner les 700 millions d’euros.
[La France petite bourgeoise pense quantitatif ! Mais il aurait fallu noter que la monarchie rapporte 500 M€ aux finances du fait du tourisme et que des membres de la famille royale, dont le prince Andrew, soutiennent l'économie en accompagnant des délégations gouvernementales à l'étranger.]

Les mouvements de contestation de la monarchie sont-ils puissants ?

Anarchistes et républicains ne sont pas nombreux en Angleterre. [S'ils ne sont pas favorables au système monarchique, ils sont d'ailleurs respectueux de la famille royale.] Mais leurs rangs se sont gonflés avec la contestation étudiante. Un groupe a fait connaître ses intentions de perturber la cérémonie. [Tous les régimes politiques ont leurs groupuscules contestataires: on redoute des agressions du cortège au flash ball !]

Quel dispositif de sécurité est envisagé ?

La sécurité du couple royal et des 600 000 personnes rassemblées à Londres nécessitera 5 000 policiers et militaires. Trente-cinq chiens renifleurs d’explosifs précéderont le carrosse, tandis que des avions survoleront Buckingham Palace. Scotland Yard, sur ses gardes, ne craint pas de menace terroriste spécifique.
[Et c'est sur cette note sécuritaire que conclut Ouest France...]
video

Mediapart accuse le football français de discrimination raciale


Cette fois, Mediapart buzze sur le thème du racisme Blanc

Des têtes d'abord, les preuves ensuite ?

Sans trace écrite ni preuve
, et sans prise de risque, l'entreprise journalistique Mediapart a publié le jeudi 28 avril pour les riches (payant) une enquête qui accuse les dirigeants du foot français de vouloir instaurer des quotas raciaux pour limiter le nombre de joueurs noirs et d’arabes.
«Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale (DTN) de la Fédération française de football (FFF), dont le sélectionneur des Bleus en personne, Laurent Blanc, ont approuvé dans le plus grand secret, fin 2010, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays.»
L’enquête cite des sources anonymes des taupes de la FFF qui rapportent que la question a été évoquée à plusieurs reprises lors de réunions officielles. Le nouveau patron de la DTN François Blaquart, qui a succédé à l’ancien entraîneur de Lyon et de l’équipe de France Gérard Houllier à ce poste, est particulièrement visé par Mediapart.
Des accusations graves fondées sur des raccourcis un peu rapides mettent en cause, au premier rang desquels le sélectionneur national et le directeur technique national, les deux postes les plus importants du football français.

Mediapart fait buzzer l'actualité avec des allégations relayées
Aucune précaution langagière, ni présomption d'innocence.

"Que les instances dirigeantes d’une grande nation du football organisent une ségrégation raciale en mettant en place des quotas pour limiter le nombre de joueurs «noirs» et «arabes» dans ses équipes de jeunes est inacceptable et c’est un délit réprimé par la loi."
La rumeur peut s'envoler et le tiroir caisse s'emballer.

L'alerte générale vaut preuve
Que la ministre des Sports Chantal Jouanno ait immédiatement réagi en demandant à la Fédération française de football de « faire très
rapidement toute la lumière sur les allégations de l'article » démontre qu'il doit bien y avoir un fond de vérité...
Laurent Blanc a eu beau démentir les accusations et plusieurs responsables de centres de formation nier avoir entendu parler d’un quelconque projet de quotas raciaux, l'affaire enfle.

Cette manipulation politique s'inspire de deux débats tout à fait légitimes sur plusieurs années, au grand jour

Bi-nationaux

Formés en France, ils décident pourtant souvent de jouer pour la sélection nationale d’un autre pays que la France.
On peut difficilement reprocher à une fédération qui dépense de l’argent et des ressources à la formation de jeunes joueurs de prétendre à un retour sur investissement et à la possibilité de puiser dans son réservoir de l’équipe nationale pour mettre en place la meilleure sélection possible.

Ethiques individuelle et professionnelle
Certains soutiennent qu'ils ne soient pas nombreux les joueurs qui n'ont pas la reconnaissance du ventre et qu'il est naturel que des mercenaires choisissent de ne pas jouer pour l’équipe de France en pensant avoir plus de chances de jouer dans une sélection d’un plus petit pays où la compétition est moins sévère.
C'est le cas de l’équipe d’Algérie, qui comptait lors de la dernière Coupe du monde une écrasante majorité de joueurs nés et formés en France, mais dont la plupart n’ont pas le niveau pour postuler à une place chez les Bleus. La ville de Marseille garde le souvenir des dégâts occasionnés par les supporters algériens.
Il reste que le débat est légitime et que la couleur de peau n’a rien à y voir.

Physique contre technique
Le second débat est celui du gabarit recherché chez les jeunes joueurs de football.
Depuis vingt ans, une des caractéristiques principales de l’équipe de France est la puissance physique et athlétique de ses joueurs, développée de manière consciente et volontaire dès le plus jeune âge.

Mais les rencontre France-Espagne ont jeté le doute. Les certitudes sur cet atout physique unanimement souligné après une victoire contre les petits joueurs espagnols furent balayées cinq ans plus tard, avec deux fiascos consécutifs des Français et deux victoires indiscutables de l’Espagne en 2008 et 2010.
Les responsables du football français se demandèrent alors si des joueurs comme Xavi ou Iniesta, grands artisans des succès espagnols, auraient eu leur chance dans le système de formation français où le physique est le critère de sélection numéro un.

Il appartenait alors à François Blaquart d'approfondir la question. Il décida donc de rendre obligatoire, au programme des clubs formateurs, des séances de futsal, discipline très pratiquée chez les jeunes en Espagne et au Brésil, qui fait travailler la technique, alors que dans certains milieux qui font de l'anticolonialisme un enjeu politique permanent et soutiennent que les noirs sont fortement représentés dans la ligue de football nationale (NFL), tout simplement parce qu’ils sont bons. Peu importent les contre-performances en Espagne.

On comprend donc, hormis à Mediapart, que ce changement de stratégie dans la formation du physique vers la technique devait être expérimenté et discuté ouvertement dans les media, sans qu'il ait rien de secret ni d’inavouable.

Perversion trotskiste du débat

Des journalistes font entrer dans ce débat de fond des considérations raciales étrangères à l'encadrement du foot
, qu'il soit français ou étranger. Mais le site schizophrène Mediapart est assez malsain pour créer ce problème peu convaincant en exprimant son sentiment sur la base d'une vague impression générale tout à fait dans l'air du temps. Il écrit notamment: « Les discussions au sein de la DTN n’ont jamais évoqué aucune nationalité en particulier, mais se sont polarisées exclusivement sur les "blacks" et les "beurs", décrits parfois comme des "étrangers" alors qu’ils sont Français.» Ca manque un peu de substance...

Cette phrase est d'ailleurs aussitôt contredite dans le passage qui suit, où l’article rapporte les propos du sélectionneur national, qui n’emploie justement pas de terme décrivant la couleur des joueurs, mais bien des nationalités:
« Ainsi, Laurent Blanc a affirmé au sein de la DTN qu’il faut "limiter" le nombre des joueurs français ayant une autre nationalité qui "partent jouer dans des équipes nord-africaines ou africaines".»

Le racisme, outil social de déstabilisation politique
Le détournement de la réalité par les accusations de Mediapart sur la couleur de peau a des relents policiens malveillants. Mediapart sort cet article au moment où Marine Le Pen (FN) est présentée comme participante au second tour de la présidentielle.

Selon les sources des journalistes, Laurent Blanc aurait ainsi déclaré:
« Et qu’est-ce qu’il y a comme grands, costauds, puissants ? Des blacks. C’est comme ça. C’est un fait actuel. Dieu sait que dans les centres de formation et les écoles de football, il y en a beaucoup.» Manuel Valls (PS) les trouve d'ailleurs en nombre excessif dans sa ville d'Evry...
Georges Frêche avait fait la même observation de bon sens, mais l'évidence est actuellement jugée politiquement incorrecte. Ce fait doit être tu et sa verbalisation est condamnable en démocratie. La presse jouit non seulement du privilège de la liberté d'expression, mais, par ses procès à charge successifs, elle entend en avoir l'exclusivité. Mediapart s'est convaincu (s'il est honnête) que « l’obsession des origines est désormais institutionnalisée, théorisée et, même, promue au plus haut niveau dans le foot français ».

Partant du postulat simpliste que nous, êtres humains, naissons égaux, sans que rien ne nous différencie, ni notre structure musculaire ni notre capacité respiratoire ou notre rythme cardiaque, la composition d'une équipe idéale devient irréalisable si Mediapart impose des quotas de blacks et d'arabes. « Les joueurs blancs atteignent le succès grâce à leur hargne, leur travail et leur intelligence, tandis que les noirs gagnent uniquement grâce à leurs qualités athlétiques» (bis). En énonçant ce critère distinctif de l'intelligence, le journaliste sportif américain Buzz Bissinger entendait faire pression sur les sélectionneurs. Mediapart en est là et cette logique pousse les décideurs à faire des choix qui nuisent à la performance du sport.

Mediapart introduit la discrimination religieuse
Alors que la France sort d'un débat sur la laïcité, ce site écrit en effet au sujet du fiasco sud-africain:
« Au sein de la DTN, de nombreux institutionnels avaient alors considéré, lors de réunions officielles ou en privé, que les joueurs noirs (comme Patrice Evra) et ceux de confession musulmane (comme Franck Ribéry) pouvaient être tenus comme les premiers responsables de l’échec sud-africain ».
L'argumentation de Mediapart ne résiste pas à l'épreuve des faits
Peu lui importe que Laurent Blanc ait réintégré Franck Ribéry et Patrice Evra, un musulman et un noircontre l'avis de Chantal Jouanno, les deux meneurs désignés de la fronde.
L’article fait dire à François Blaquart: « Oui, il faut des espèces de quotas, mais il ne faut pas que cela soit dit.» Or, outre que Mediapart ne démontre pas la réalité de ces propos, si les quotas en vigueur existent véritablement, ils ne sont pas à l'avantage des Blancs et il ne vient pas à l'esprit de Mediapart de s'en offusquer.

L’enquête et l’indignation qu’elle suscite ont au moins un mérite: il sera désormais impossible d’instaurer des préférences raciales ou religieuses dans le foot français, et les joueurs de la diversité auront beaucoup à y perdre.
Fabrice Arfi, Michaël Hajdenberg et Mathilde Mathieu, les schizophrènes de Mediapart, dénonceront alors leur stigmatisation et nous serons repartis pour un nouveau cycle de débats.

Le montage malsain d'esprits politiques pervers

L'agit-prop ne s'embarrase pas d’incertitude.
La montée de Marine Le Pen dans les sondages a inspiré un organe de presse révolutionnaire sans scrupules. L'ombre profonde du secret des sources autorise cette pseudo enquête à proférer des accusations de « lepenisation de l’encadrement du football français ».

Les procédés de Mediapart sont infects: les 'pourrisseurs' de la société française se protègent en écrivant tout et son contraire.
A partir de là, Edwy Plenel a une tendance forte à accuser ses interlocuteurs de ne rien comprendre à ses subtilités...

Tunisie: les islamistes sortent au grand jour

De Charybde en Scylla, de la "dictature à l'islamisme



A Tunis, dès le 1er avril, des manifestants défilent devant les bureaux du Premier ministre pour demander l'autorisation du port du voile sur les photos d'identité.




Outre le mouvement Ennahda, qui sera sans doute l'une des principales formations politiques de la démocratie naissante, des courants minoritaires, plus radicaux, cherchent à faire entendre leurs voix.

Barbe et djellaba pour les hommes, niqab pour les femmes, ils sont une cinquantaine, ce vendredi 1er avril, prosternés pour la prière de l'après-midi, en pleine avenue Habib-Bourguiba. Scène impossible il y a encore trois mois... Les badauds et les clients des cafés de l'avenue observent, médusés.
Lien PaSiDupes

Après la prière, la manifestation se dirige vers la Kasbah, siège des bureaux du Premier ministre. Principale revendication: la levée de l'interdiction, en vigueur sous Ben Ali, du port du voile sur les photos d'identité. "Le hijab est une obligation envers Dieu!" scandent les protestataires. Ils obtiendront gain de cause. Au nom de la liberté individuelle.

"Une partie de la classe moyenne est attachée aux acquis de la Tunisie moderne"

Toutes tendances confondues, les islamistes ont été systématiquement pourchassés et réprimés en Tunisie
- d'abord par Bourguiba, qui les détestait, puis par Ben Ali.

Aujourd'hui, comme tous les autres Tunisiens, ils entendent profiter du climat de liberté offert par la révolution pour s'exprimer, y compris dans la rue. Cet activisme inquiète une partie de la classe moyenne, attachée à ce que l'on appelle ici les "acquis" de la Tunisie moderne: le Code du statut personnel, en particulier, donne aux femmes une liberté sans équivalent dans le monde arabe. "Certains groupes islamistes ont des idées rétrogrades sur les femmes et prétendent les garder à la maison", déplore Khadija Chérif, sociologue et ancienne présidente de l'Association tunisienne des femmes démocrates, qui entend défendre, comme son nom l'indique, à la fois les droits des femmes et la démocratie.
Lien PaSiDupes

A 40 ans, Noura est de celles qui ont choisi de porter le niqab, le voile intégral. Elle aime s'acheter des vêtements, mais réserve ses petits hauts à la mode à l'intimité familiale ; dans la rue, en revanche, elle est couverte de la tête aux pieds: ample robe, voile, gants... La jeune femme a commencé par porter le hijab, qui ne dissimule que la tête et le cou, puis elle a décidé, il y a quelques années, de "suivre les femmes du Prophète" en se couvrant entièrement. Elle dit qu'ainsi elle se sent "respectée par les hommes".

Pas de musique, hormis les chants religieux

Noura reconnaît qu'il lui arrive de faire peur aux passants... et aux passantes
: "Certaines m'accostent pour me dire que ces vêtements datent d'un autre siècle!" Elle voit pour sa part dans cette réaction un "rejet de l'islam", dont elle rend l'ancien gouvernement responsable car il a "fait passer les musulmans pour des terroristes, dit-elle. Je ne fais que suivre les préceptes de ma religion. Je ne prétends pas imposer quoi que ce soit aux autres ni leur dire ce qui est permis et ce qui ne l'est pas".

Noura affirme qu'elle n'est pas salafiste et que seul le Coran lui dicte son mode de vie. Ses comportements la rapprochent cependant de ces islamistes ultraconservateurs: elle n'écoute jamais de musique, sauf les chants religieux, et avoue fuir la mixité. Ce courant, dans sa forme "scientifique", c'est-à-dire non violente - l'autre branche, djihadiste, est incarnée par Al-Qaïda -, est apparu à la fin des années 1990 dans les pays du Maghreb, et notamment en Tunisie. Contrairement aux mouvements islamistes nés dans les années 1970, il rejette l'idée même de démocratie, jugée contraire à la charia, la loi islamique.

"C'est un courant très minoritaire en Tunisie, affirme Sami Brahem, islamologue et professeur à l'Institut préparatoire aux études littéraires et de sciences humaines de Tunis (IPELSHT). Il a notamment été véhiculé par des "livres de bonne conduite" qui ont envahi le pays il y a une dizaine d'années." Il s'est nourri aussi des émissions de chaînes satellitaires du Golfe comme Iqraa ou Al-Rissala. "Ces canaux comblaient un vide alors que l'expression religieuse était considérée avec méfiance", souligne Slaheddine Jourchi, vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme.

La Tunisie compterait environ 2000 salafistes, peut-être un peu plus si l'on tient compte de leur réticence à reconnaître leur appartenance à ce mouvement. Du temps de Ben Ali, il était impossible de s'avouer salafiste, bien sûr. Leur présence dans les manifestations a donc surpris les Tunisiens.

Leur droit à l'expression est peu contesté dans ce pays si longtemps verrouillé. Etait-il en revanche envisageable qu'un courant ouvertement opposé à la démocratie puisse constituer un parti et solliciter les voix des électeurs? A la demande expresse du Premier ministre par intérim, Béji Caïd Essebsi, le gouvernement a répondu par la négative en refusant de reconnaître Hizb Ettahrir, le "parti de la libération", qui sollicitait comme bien d'autres formations le droit d'exister légalement et de participer aux prochaines élections.

"Pour nous, la politique est indissociable de la religion"

Né en 1953 d'une scission des Frères musulmans, présents dans 70 pays, Hizb Ettahrir, qui prône un retour au califat et à la charia
ainsi que l'"éradication du capitalisme", a émergé en Tunisie dans les années 1980. Malgré son interdiction, ses dirigeants entendent participer au débat public. "Nous dérangeons, affirme Nabil Manai, l'un des membres du bureau exécutif de Hizb Ettahrir, parce que, pour nous, la politique est indissociable de la religion. Séparer les deux relève d'une conception occidentale."

Pour l'heure, les Tunisiens, même lorsqu'ils se sentent encore proches de l'islamisme, semblent davantage attirés par le discours plus modéré du parti Ennahda. Ce dernier leur propose de conjuguer l'islam et la démocratie en s'inspirant notamment de l'AKP (le "parti pour la justice et le développement"), au pouvoir en Turquie. Selon un récent sondage réalisé par le bureau d'études tunisien Global Management Services, le fondateur d'Ennahda, Rached Ghannouchi, serait, après le Premier ministre, la personnalité dont la notoriété est la plus forte en Tunisie. "Beaucoup de Tunisiens connaissent mal l'islam, commente Noura. Il faudra du temps pour les informer."

Et le temps travaille pour les Frères musulmans et les Salafistes: l'islamisme est en marche.

jeudi 28 avril 2011

Le candidat Hollande croit pouvoir faire rêver les Français


Primaire PS: François Hollande dévoile son "rêve français"

Candidat prématuré à la primaire socialiste pour 2012, le garenne François Hollande a dévoilé son "rêve français" au cours de son premier meeting de campagne mercredi soir, alors que les partisans de Dominique Strauss-Kahn l'accusent de "partir trop tôt".
Entré au son de " Donne moi une vie " de Yannick Noah et sorti sous le rap de Rost, l'ex-premier secrétaire du PS s'est fait acclamer, au cri de "François président, François président", par les quelques centaines de personnes réunies au théâtre de Rutebeuf de Clichy-La Garenne.

Un candidat résolument tourné vers l'avenir
?
François-le-Rond marche dans les pas de François-le-Grand: Mitterrand était passé par là avant le 10 mai 1981. Ils sont donc déjà deux, avec son ex-concubine, à revendiquer l'héritage de Tonton, comme on appelait Mitterrand. C'était il y a 20 ans et ça fait donc rêver travailler la mémoire !
L'ex-président "a parcouru la France et chaque fois qu'un maire m'accueille, il ne cesse de répéter que François Mitterrand était déjà venu !", évoque-t-il, un brin morose: il n'avait que 27 ans. Mélancolique, il poursuit, rêvant de "faire que 2012 soit une date dont on se souvienne comme 1981".
De la Corrèze à Paris, le député s'est dit "engagé sur un chemin long", "qui commence aujourd'hui et dont l'issue doit être la victoire en 2012".

Amaigri et plaintif, il a poursuivi son interminable discours-programme de 1h15

Victor Hugo de pacotille, il a révisité Les Misérables
Il a fait le constat d'un "pays qui va mal" avec des familles aux "fins de mois impossibles à boucler", des "classes laborieuses qui subissent l'érosion du pouvoir d'achat" et le "sentiment que le pacte social s'est progressivement dilué".

Il a ensuite relu Quatre-vingt-treize
S'en prenant à Nicolas Sarkozy, le président des "divisions entre générations, entre religions" et "couleurs de peau".
Il a promis de mettre fin à "l'arrogance des marchés" et à celle "des plus fortunés". Un discours de gauche donc, où il a fustigé les patrons du Cac 40 "qui gagnent en moyenne 150 fois le Smic".

L'élu corrézien a fait enfin la lecture de quelques pages des Travailleurs de la Mer pour mettre "la France en avant", son slogan de campagne écrit sur l'écran géant où figuraient des portraits de Français dans un décor sobre.
"I have a dream" pour couronner le tout... Il faut "porter ce rêve français" par la "confiance dans le progrès, la promotion, la réussite", a-t-il lancé, pour que la "génération qui vient ait un avenir meilleur".
Le candidat archaïque a achevé son discours par un couplet très applaudi dédié au "rêve du Front populaire", puis un autre à celui du Conseil national de la résistance, et enfin au "rêve des alternances de 1981, 1988, de Lionel Jospin en 1997", avant de s'éveiller pour le bain de foule.

Lecture des priorités de son projet: jeunesse, éducation, logement et justice fiscale

Ses propositions
: contrat de génération, 500.000 places en crèches, nouvel acte de décentralisation, réforme fiscale, réflexion sur un nouveau mode de calcul du Smic prenant en compte la croissance, assises de la démocratie sociale, "démocratie écologique".
Il a aussi exposé des idées qui ne figurent pas dans le projet du PS, tel notamment le nouveau livret d'épargne destiné à la croissance des entreprises.

Hollande entre dans le cadre du projet de parti . Le candidat Hollande vante au passage le "double mérite de la cohérence et du sérieux" du projet du PS.
"Il l'a voté, je revois son sourire quand il l'a voté", a insisté Martine Aubry devant des journalistes mercredi, en apparence "absolument pas" dérangée que M. Hollande "fasse des meetings".

Les camarades maronnent
Les strauss-kahniens ont ouvertement critiqué cette campagne démarrée avant le dépôt officiel des candidatures (28 juin-13 juillet) : "Pas le moment de montrer ses biceps", gronde Jean-Marie Le Guen. Il "part trop tôt", critique Jean-Christophe Cambadélis.

Flamby s'est bien gardé d'attaquer son camarade concurrent pour la primaire, Dominique Strauss-Kahn. Mais en marge du meeting, il est revenu sur les attaques dont il est victime de la part des strauss-kahniens. Il a appelé à davantage de "respect des individus" dans cette campagne afin "de rendre possible le rassemblement" une fois la primaire terminée.
F. Hollande a voulu prendre de la hauteur, ne souhaitant "pas fatiguer les Français par des polémiques et des joutes récurrentes qui en définitive n'intéressent" pas grand monde, plaide son directeur de campagne, Stéphane Le Foll, mais il y a bien "des pressions" par les soutiens de DSK sur des proches de M. Hollande, déplore-t-il, soutenu par Michel Sapin ou André Vallini, présents au meeting. Selon un anonyme, "ils ont tiré sur François mais nous, nous n'avons pas répondu", précisant qu'il fallait éviter de sombrer dans une campagne houleuse.

François Hollande a pourtant raillé le rapprochement entre Désirdavenir Royal et le camp de Dominique Strauss-Kahn. Mardi, la candidate socialiste en 2007 et Jean-Marie Le Guen, ont en effet visité ensemble une école du 13ème arrondissement de Paris. "Mais enfin, je ne peux croire que cette rencontre avait un autre but que celui de défendre l'école publique", a-t-il ironisé.

Toujours favori dans les sondages, mais absent tenu à la réserve, le directeur général du FMI voit l'ex-premier secrétaire du PS grignoter peu à peu son avance Mais Manuel Valls, rangé sous la bannière de DSK, ne croit "pas que François Hollande monte" : "C'est pas parce que c'est écrit que c'est vrai".

François Hollande ne veut pas disparaître sans avoir combattu

Même si la campagne n'a pas encore officiellement commencé, il confie qu'il est nécessaire "d'occuper l'espace" compte tenu du fait que "presque tous les autres partis ont déjà leur candidat". Et ironie de l'histoire, lui qui s'était opposé au calendrier de la primaire imposé par la direction du PS, trouve finalement toutes les raisons de le vanter.

En retardant le dépôt des candidatures au 13 juillet, le parti lui permet d'avancer ses pions avant Dominique Strauss-Kahn, encore coincé au FMI, ou Martine Aubry, qui balance jusqu'au mois de juin, incertaine de jouer la remplaçante.

Simplement, les partisans de Dominique Strauss-Kahn ne peuvent plus douter de la volonté de François Hollande d'être réellement candidat à la primaire socialiste.

Sondage CSA: Sarkozy repasse devant


Présidentielle 2012: Sarkozy, au 2e tour face à DSK

Les sondages se suivent et ne se ressemblent pas
Lien


Nicolas Sarkozy serait qualifié pour le second tour face à Dominique Strauss-Kahn au premier tour, selon un sondage CSA pour BFM TV, RMC et 20 Minutes publié jeudi.

Sans rien faire, le directeur du FMI arriverait en tête face à Nicolas Sarkozy, quels que soient les cas de figure à droite, dans l'hypothèse d'une candidature DSK.

Et le président sortant passerait le cap du premier tour, que Dominique de Villepin et Jean-Louis Borloo soient ou non également en compétition. Il arriverait en outre à chaque fois devant Marine Le Pen.
A méditer: ce lien PaSiDupes

Pour plus de précisions...

Si Dominique de Villepin et Jean-Louis Borloo n'étaient pas candidats, DSK serait en tête avec 28% des voix, devant Nicolas Sarkozy (23%) et Marine Le Pen (19%), selon la première hypothèse de l'enquête.

Avec Dominique de Villepin en plus sur la ligne de départ, ce dernier obtiendrait 5% des voix, tandis que DSK est crédité de 27% des intentions de vote, Nicolas Sarkozy 22% et Marine Le Pen 19%.

Avec Jean-Louis Borloo en lice (mais sansDominique de Villepin), le patron du Parti radical obtiendrait 8% des voix, contre 27% au patron du FMI, 21% à Nicolas Sarkozy et 19% à Marine Le Pen.

Avec à la fois Jean-Louis Borloo et Dominique de Villepin en compétition, chacun des deux obtiendrait 4% des suffrages, 26% pour Dominique Strauss-Kahn, 21% pour Nicolas Sarkozy et 20% pour Marine Le Pen.

Chacune de ces hypothèses intègre également sur la ligne de départ François Bayrou (crédité de 5 à 8% des voix selon les cas) et Nicolas Dupont-Aignan (entre 1 et 2%).

(Sondage réalisé par téléphone le 26 avril auprès d'un échantillon national représentatif de 1.010 personnes âgées de 18 ans et plus, dont ont été extraites 831 personnes inscrites sur les listes électorales en France, selon la méthode des quotas, après stratification par région et catégorie d’agglomération ! Pour autant, rien de scientifique...)


Mais le préjugé des sondés restera-t-il aussi favorable à DSK quand ils le connaîtront ?...
Le sondage ne prévoit pas tout:
il n'envisage pas que DSK fasse une chute vertigineuse dans l'opinion...

Chômage: l'embellie que la gauche "salit"

Signe prometteur sur le front du chômage

Le nombre de demandeurs d'emploi n'ayant pas travaillé dans le mois a diminué de 21.100 en mars pour revenir à 2.680.000 en métropole, selon les statistiques publiées par le ministère du Travail. Les jeunes en bénéficient, pas les seniors.

Ce n'est pas encore l'affirmation d'un retournement définitif, mais cela pourrait l'annoncer. Le nombre de demandeurs d'emploi n'ayant pas du tout travaillé dans le mois (catégorie A) s'est établi à 2.680.000 en mars en métropole, selon les statistiques publiées mercredi 27 avril par le ministère du Travail et Pôle emploi. Il est en baisse de 21.100 , soit -0,8 % sur un mois et +0,7 % sur un an, après une baisse de 19.300 en janvier et une quasi-stagnation en février (-2.100).

Le premier trimestre aura donc été marqué par une diminution de 42.500 des effectifs de demandeurs d'emploi de catégorie A, alors qu'ils avaient augmenté de 19.000 puis de 23.000 aux deux derniers trimestres de 2010. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, y voit « un signal fort de sortie de crise » et « souligne que l'engagement pour l'emploi du gouvernement, qui commence à porter ses fruits, ne faiblira pas, afin que l'année 2011 soit celle de la décrue durable du chômage ».

Inertie du chômage de longue durée

Si l'on considère tous les chômeurs tenus de rechercher un emploi, y compris ceux ayant travaillé dans le mois (catégories A, B et C), la situation est différente : leur nombre a encore augmenté, de 4.700, en mars, autant que la baisse de février. Mais sur le premier trimestre, il faut noter que le cumul des A, B et C est resté stable, à 4.045.400 personnes en métropole (4.306.200 DOM compris), alors qu'il avait augmenté de 50.000 lors de chacun des deux derniers trimestres de 2010.


Ces évolutions sont d'autant plus prometteuses qu'elles ne résultent pas a priori d'une accélération du traitement social du chômage. La reprise des contrats aidés constatée depuis janvier n'a pas -ou plutôt pas encore-eu d'impact statistique marqué. Elle a juste permis de compenser la fin des nombreux CUI conclus avant l'été 2010 arrivés à leur terme le mois dernier. L'embellie viendrait donc avant tout du marché de l'emploi.

« Créer un vrai choc de compétitivité »

Des tendances inquiétantes subsistent cependant.
C'est le cas de la progression qui ne se dément pas du chômage de longue durée : 1.531.000 personnes étaient inscrites à Pôle emploi depuis au moins un an en mars, soit 6.000 de plus qu'en février, alors même qu'un ensemble de mesures ciblées sur eux a été lancé par le chef de l'Etat. Cette inertie du chômage de longue durée est confirmée par le fait qu'encore une fois, c'est moins le dynamisme des sorties de Pôle emploi qui explique l'amélioration de la situation sur le front du chômage que la baisse des inscriptions. En outre, si le nombre de chômeurs de moins de 25 ans a continué à baisser, revenant à 426.100 (-1,3 % sur un mois et -6,6 % sur un an), celui des seniors a poursuivi sur sa lancée (525.300, +0,4 % sur un mois et +13 % sur un an).
« Ce sont vraiment les victimes de la crise », juge la présidente du Conseil d'orientation pour l'emploi, Marie-Claire Carrère-Gée, qui regrette que la mesure « zero charges » ciblée sur les seniors prévue par la réforme des retraites ait été abandonnée. Par ailleurs, si elle juge globalement « encourageants » les chiffres publiés mercredi, elle estime que « pour faire de 2011 une année utile, il faudrait créer un vrai choc de compétitivité, en basculant 5 points de cotisations sociales sur d'autres prélèvements que sur le travail » car « il y a encore 700.000 chômeurs de plus qu'avant la crise ».

C'était un article de Les Echos