POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 31 décembre 2011

Même pas honte d'être de gauche ?

La norme et la vertu ne se partagent pas


Fiers d'être socialistes ?
A preuve ce titre de Marianne




A choisir, il est politiquement correct d'être de droite !

Tout ce qui vient de droite est extrême et suscite la détestation et les insultes.
Drôle de pays qui revient sans cesse à sa révolution fondatrice et veut des têtes à couper. Sans précédent depuis Louis XVI, celle de Nicolas Sarkozy cristallise la rancoeur et l'impatience des aigris que, dans son immense sagesse, le peuple souverain tient loin de l'Elysée depuis trop longtemps à leur gré; quiconque aussi le soutient publiquement, même mollement, comme Gérard Depardieu ou Faudel, est immédiatement livré à la vindicte populaire et à la caricature, voire à la mort sociale ou artistique. Tout est permis aux vertueux en proie à leurs passions destructrices: les insultes, la violence, la calomnie, les menaces, la haine... Les scrutins internes au PS ont ainsi entretenu le pays dans un climat durablement malsain qui donne à penser que l'invective et l'agression verbale sont républicaines. Les titres de la presse sont des défouloirs nauséabonds qui attirent le buzz comme le tas d'ordure la mouche. En revanche, le journaliste en rupture de déontologie est encensé pour son insolence et ses mensonges impunis; l'artiste et l'intellectuel aussi sont a priori sympathiques et, puisqu'ils sont forcément de gauche, ils peuvent tout dire. Les acteurs ont le "droit" de soutenir qui ils veulent, mais à condition que ce soit des candidats de gauche. Un 'people' est forcément de gauche, sinon il est caricaturé en débile ! Au pays de la tolérance ostentatoire et de la liberté d'expression débridée, on pétitionne contre le lancer de nain, mais on ne craint pourtant pas de stigmatiser l'adversaire pour sa taille. Intellectuel rime avec gauche, sinon ce n'est pas un intellectuel: c'est un réac fascisant qui véhicule une littérature ringarde. Le cas du juge est plus complexe et trouble: soit il est éventuellement de droite, soit il est plutôt de gauche, mais il n'est jamais intègre. Tous suspects ! Jusqu'aux policiers qu'un candidat bonhomme à la présidence écarte de sa garde rapprochée sur leur mine (ou faciès). Ne parlons même pas des curés. Puisque la tenue fait le moine, la soutane est proscrite et le col roulé de rigueur, à la condition toutefois qu'il ne soit pas affublé d'une croix, si peu ostentatoire soit-elle, à la différence de la burqa rose: on est laïc ou on ne l'est pas !

La valse des clichés

À droite, on ne pense pas, on exploite.
À gauche, on a le cœur sur la main; à droite on a la main sur le portefeuille. À droite, on est raciste; à gauche, on est black blanc beur. À droite, la culture est héréditaire et passéiste; à gauche, on est créatif et innovant. À gauche, on veut partager, et avec enthousiasme, l'argent des riches. À droite, si on a l'argent, c'est parce qu'on l'a mérité; à gauche, on le dissimule pour compâtire. À gauche, on évite d'être patron, d'ailleurs les entrepreneurs de gauche (ils se comptent) se cachent. À droite, on prend des vacances; à gauche des RTT. À droite, on profite de tout; à gauche, on a de misérables avantages sociaux que la droite veut supprimer.

À gauche on ne compte pas, on distribue. À droite, on prive les pauvres de tout. À gauche, on sait bien qu'on nous ment et que lorsqu’il n'y a plus d'argent dans les caisses, il y en a encore. À droite, on est esclave de la finance internationale, vendu aux agences de notation et on vole. À gauche, on se contente de prendre l'argent où il est, c'est à dire forcément dans la poche des autres. À droite, on est sécuritaire et on accuse les malheureux d'être des délinquants, alors que ce n'est pas de leur faute. À gauche, on fait de la prévention; à droite de la répression. La droite a des valeurs pétinistes abjectes : travail, famille, patrie. À gauche, on fustige le temps de travail, on aime surtout l'homoparentalité et la Patrie, c'est en passe de devenir une invention de Marine Le Pen. À droite, on est raciste; à gauche, on accuse tout le monde de l'être.


Alors pourquoi être de droite serait-il honteux ?


"Tous ensemble" ? Mais en coupant la France en deux

Ils opposaient bourgeois et ouvriers, mais s'il a fait des victimes, le marxisme n'a pas fait long feu. Depuis la chute du Mur de Berlin et l'implosion du monde communiste, ils ont dressé les travailleurs contre les patrons, puis les défavorisés contre les nantis. Et, comme si ça ne suffisait pas à leur bonheur, ils montent maintenant le Sud contre le Nord et tentent de récupérer la diversité, et les clandestins aussi, pendant qu'on y est.
Il y a donc toujours une bonne moitié qui n'est pas respectable, qui correspond grosso modo aux occupants de longue date, lesquels n'auraient rien pu faire sans les nouveaux arrivés à qui ils doivent tout. Il faut que les anciens de plus ou moins fraîche date se persuadent qu'ils nous ont mis dans ce pétrin. Pourtant, certains d'entre eux se désolidarisent des méchants et condamnent le capitalisme qui a fait d'eux des nantis et la globalisation qui a fait de l'Europe un modèle réduit de la planète, un concentré de sa diversité éthnique. Les flux migratoires ne favorisent pas les arrivants: ils sont un bienfait pour les accueillants. Ils ont ouvert leurs bras, mais ne sont pas autorisés à les refermer lorsque la charge devient trop pesante et l'ingratitude aggressive.


Il faut réviser le système

On garde la solidarité, mais on vire tous ces gens qui pensent à bosser plutôt qu'à la retraite
, qui menacent le droit de grève dès qu'il y a des vacances scolaires, qui veulent gagner de l'argent et voudraient qu'on leur en laisse un maximum. Ils sont suspects d'avoir un emploi, de posséder quelques biens et même de petites économies. Des gens qui parlent de "bon sens", une expression de droite, s'il en est ! Qui défendent la grammaire, au lieu de dénaturer la langue, mais qui, à tout prendre, préfèrent l'anglais, sabir de banquiers, aux dialectes régionaux dépassés ! Qui réclament le libre choix de l'école de leurs enfants et veulent avoir leur mot à dire sur l'enseignement (les mêmes qui pensent que l'éducation, c'est le rôle des parents, et l'instruction, celui de l'école).

L'entrave de la constitution
Si une constitution permet aux élus de servir le peuple dans la durée, c'est qu'elle est mauvaise et doit être salie, puis abîmée.

Sectarisme et pensée unique
Voyez comment les syndicats français refusent le dialogue social, à la différence de leurs homologues allemands.
Les historiens et les media entretiennent le souvenir des camps d'extermination nazis, mais font l'impasse sur le goulag, camps de travail forcé d'Union soviétique, et les milliers de morts polonais de Katyn, ou le génocide cambodgien dû aux Khmers rouges, et glissent sur les répressions sanglantes.
Au plan politique, aucun parti hexagonal ne se réclame du national socialisme allemand, mais l'extrême gauche rêve toujours de rétablir la dictature du peuple, quelle que soit sa version du communisme, soviétique, maoïste ou cubaine, avec de fiers thuriféraires, tels Hugo Chávez, Nelson Mandela, Danielle Mitterrand, Jack Lang, Jean-Luc Mélenchon...
Après ça, il faut avoir honte d’être de droite et peu importe les idées, ce qui importe c'est de quel bord elles viennent.
Heureusement il y a les media zélés qui eux sont de gauche et savent faire le tri. Et honte aux Français qui en majorité aimeraient un gouvernement d'union nationale parce que quand même un peu de bonne volonté collective permettrait peut-être de s'en sortir ? Mais, à la veille d'une présidentielle, résister à la crise quand on pourrait y céder, c'est vraiment mettre de la mauvaise volonté et marquer son hostilité au PS qui aimerait que ce soit fait avant le premier tour.

(Inspiré d'un article de Sophie de Menthon pour atlantico.fr)

Les sportifs, grands "préférés" oubliés des Français

Félicitations aux champions et merci à ces athlètes



Nos champions nous ressemblent;


nous nous identifions à eux aussi !





En sports collectifs


Nos rugbymen face à l'Angleterre
En quart de finale du Mondial, un essai de Vincent Clerc envoie les Bleus dans le dernier carré. Le retour des morts-vivants.

Le basket français
- sur le haut du panier, ou presque. La bande de Tony Parker (ci-contre à droite) et de Joakim Noah n'échoue que face à l'ogre espagnol, à l'Euro 2011, héritant de la médaille d'argent.


La Ligue 1 de football prend l'accent ch'ti. Le LOSC s'offre un doublé coupe/championnat, plus d'un demi-siècle après son dernier titre.

En individuel

Christophe Lemaître - toujours plus vite ! Le sprinter savoyard crève l'écran en ramenant la médaille de bronze du 200 mètres des Championnats du monde à Daegu.



L'invincible Teddy Riner ((à droite) - À 22 ans, le judoka français décroche un cinquième titre mondial chez les lourds. Au même âge, David Douillet n'en avait pas un seul.

Thomas Voeckler a perdu son maillot jaune après avoir donné des émotions à la Vendée, sa terre d'adoption, et à tous les Français amoureux de vélo: ils l'ont élu le sportif de l’année (36 %). Simple et généreux, il restera comme le héros de ce Tour de France 2011.



Jo-Wilfried Tsonga - Finaliste du Masters, il a réalisé une remarquable deuxième partie de saison et Jo-Wilfried termine la saison au 6e rang mondial: l’année 2012 devrait lui ouvrir les portes du Top 5, en compagnie des "4 Fantastiques" (Nadal-Federer-Djokovic-Murray).


En rallye, le Français Sébastien Loeb ajoute un 8ème titre de champion du monde à son impressionnant palmarès: 8 titres mondiaux des pilotes en WRC (2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011), 66 victoires en WRC, 1 titre de champion du monde Super 1600 (2001), 2 titres de champion de France, sur terre en 2000, sur asphalte en 2001, 2e des 24 Heures du Mans 2006 (Pescarolo-Judd avec Eric Hélary et Franck Montagny).

Et nos nageurs, Jérémy Stravius (23 ans) et Camille Lacourt (26 ans), ont réalisé un doublet aux championnats du monde à Shanghai, obtenant, fait rarissime, deux médailles d'or ex-aequo sur 100 m dos.



'Losers' de l'année politique 2011

Paysage politique 2011 marqué par de petits et grands bouleversements


A l'international


En Europe

Le premier ministre socialiste de la Grèce est passé à la trappe lors de l'une de ses fuites en avant, puisque le gouvernement socialiste s'est fait renverser : politiquement suicidaire, Georges Papandréou III, dit "Le Petit", était au bout du rouleau, seul et stigmatisé pour ses faiblesses et ses mensonges à l'Union européenne, comme au peuple grec, sur les déficits publics, pour entrer dans la Zone euro. Mais l'aide financière à la Grèce sera-t-elle remboursée ? Dans cette arnaque, les Grecs ont bien compris que les seules dettes qui coûtent sont celles que l’on rembourse, pas celles que l’on ne rembourse pas !


Le socialiste José Luis Zapatero
(à droite) a quitté le pouvoir après sept années à la tête du gouvernement espagnol. Arrivé au pouvoir par surprise en mars 2004 en succédant au conservateur José Maria Aznar, dans la foulée des attentats islamistes de Madrid (191 morts), il a lâché prise face à la crise et laisse dans son sillage cinq millions de chômeurs et une croissance de 0,8 % en rythme annuel (zéro pour le troisième trimestre, chiffre annoncé hier). A seulement 51 ans, cet optimiste à toute épreuve a mis du temps à oser prononcer le mot "crise", préférant celui de "ralentissement" économique. Un manque de lucidité que le pays n'a jamais pardonnée à ce professeur de droit, proche du professeur d'économie (si !), F. Hollande. Mariano Rajoy, chef de l’opposition de droite, devra redresser la situation laissée par la "gauche molle" espagnole.


Silvio Berlusconi - Entre le 14 janvier, date à laquelle une information judiciaire est ouverte à son encontre, et le 12 novembre, où il remet sa démission en tant que président du conseil des ministres italiens, Silvio Berlusconi a régulièrement occupé le devant de la scène. De révélations en révélations, il voit sa réputation de plus en plus mise à mal, même si de nombreuses personnalités sont appelées à témoigner en sa faveur. « Il Cavaliere », accusé notamment d’avoir eu des relations sexuelles avec une danseuse marocaine mineure, est encore loin d’être tiré d’affaires.


Au Proche Orient

Les révolutions arabes entamées à la fin de l’année 2010 auront eu raison des trois hommes d’État.

- En Tunisie tout d’abord, où Zine el-Abidine Ben Ali (ci-contre, au centre) est contraint d’abandonner la présidence de la République et de quitter le pays le 14 janvier. Reconnu coupable dans trois procès par contumace successifs, il a été condamné à 35, 15 et 16 ans de prison. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international, il s’est aujourd’hui réfugié en Arabie Saoudite.

- En Egypte, le président Hosni Moubarak (ci-dessus, à gauche) quitte ses fonctions de Président de la République le 11 février. Son procès s’ouvre le 3 août. Il y apparaît couché sur une civière, très affaibli par un infarctus qu’il aurait subi lors d’un interrogatoire.

- En Lybie, en fuite depuis août et la prise par les rebelles de la capitale, Kadhafi meurt le 20 octobre dans la région de Syrte. Son pouvoir, en place depuis 41 ans, était menacé depuis le mois de février et le développement d’une contestation importante qui s’est ensuite transformée en insurrection armée.
Les perdants apparents ne font pas des vainqueurs réels: les islamistes ont pris le dessus et menacent les libertés de leurs concitoyens.


Au centre

Jean-Louis Borloo - Il quitte le gouvernement fin 2010 pour préparer son ascension vers l'Elysée. Durant l'été, il déclare que
l'évidence de sa candidature lui "a sauté à la gueule". Pourtant, quelques semaines plus tard, il annonce finalement qu'il se retire de la course souhaitant "ne pas ajouter de la confusion à la confusion".

Dominique Paillé, Yves Jégo et Rama Yade - Ils étaient certains que Jean-Louis Borloo serait candidat. Ils avaient décidé de le suivre car ils ne croyaient plus en Nicolas Sarkozy. Ils se retrouvent finalement orphelins. Yves Jégo s'est fait une raison et
a repris sa place parmi les soutiens de Nicolas Sarkozy. Rama Yade et Dominique Paillé, eux, semblent avoir plus de mal à rentrer au bercail.

Authentique écologiste, Nicolas Hulot ne devait faire qu'une bouchée de l'altermondialiste Eva Joly. Lui, l'une des personnalités préférées des Français ne pensait pas qu'une sexagénaire bi-nationale et magistrate cassante pourrait le battre. Mais alors que les sondages "scientifiques" des pseudo-"instituts' le placent dans une situation très favorable à l’approche de la primaire écologiste, qui l’oppose à Éva Joly, il subit un lourd revers lors du premier tour : Il n’arrive que deuxième derrière sa désormais rivale altermondialiste avec 40,22% des voix contre 49,75%. Son échec est définitif le 12 juillet lorsqu’il s’incline au second tour, qui propulse Éva Joly, candidate radicale d’Europe Écologie-Les Verts pour la présidentielle 2012. . Depuis, Nicolas Hulot a pris ses distances avec Europe Ecologie-Les Verts.

A DROITE

Gerard Larcher - Il ne croyait pas à un basculement du Sénat à gauche. Pourtant toutes les victoires successives de la gauche à toutes les élections locales depuis 2007 auraient dû l'inciter à plus de prudence. Avec lui, la droite perd un bastion historique.


Les socialistes à la rue de Solférino

Dominique Strauss-Kahn - L'Elysée lui tendait les bras, les socialistes et beaucoup de Français l'attendaient avec impatience. Mais son destin l'a rattrapé. Le 14 mai, dans une chambre d'hôtel du Sofitel de New-York, DSK a commis "une faute morale" et sa carrière politique s'est brisée.

Il est libéré sur parole le 1er juillet après l’audience en raison des craintes du procureur Cyrus Vance Jr. de ne pas réussir à obtenir l'unanimité requise du jury. De ce fait, le juge Michael Obus décide le 23 août d’abandonner les poursuites au pénal.
Et, le 13 octobre 2011, le Parquet de Paris classe sans suite une plainte déposée par la journaliste Tristane Banon qui l’accuse également de violences sexuelles.

Martine Brochen-Aubry -
Le congrès socialiste de Reims avait été une victoire "salie" par des soupçons de tricherie: un livre, Hold-uPS, arnaques et trahisons, accuse en effet les partisans de Martine Aubry d'avoir falsifié à leur profit les résultats du second tour. Puis, la vertueuse comploteuse a été démasquée dans la sombre affaire du "pacte de Marrakech", passé avec Dominique Strauss-Kahn, le favori des sondages de la primaire socialiste à la présidentielle et, en tous les lieux, satyre des couloirs sombres ou parcs feuillus de Paris et alentours, comme des clubs privés et hôtels luxueux de France et de Navarre. En position de force à la tête de l'appareil du Parti socialiste, la hargneuse a néanmoins retrouvé son bureau de Premier secrétaire, rue de Solférino, après sa défaite contre François Hollande au second tour de la primaire PS: un deuxième retour bredouille, comme en sa mairie de Lille, après son échec à la députation.
Enfin (pour l'heure), la donneuse de leçons s'est encore illustrée par la signature d'un vrai-faux accord de gouvernement avec sa volubile complice, Cécile Duflot, dans lequel elles avaient retiré un paragraphe entier, véritable ultimatum écolo contre le nucléaire, pour permettre, lors des législatives, le parachutage à Paris de l'arriviste Duflot, attirée par l'Hôtel de Ville de Paris, comme une blatte par un tas d'immondices.
Chassez le naturel, il revient au (grand) galop !

Marie-sEGOl'haine Royal -
Malgré sa défaite de six points en 2007, l'amère Royal restait persuadée qu'elle avait rendez-vous avec l'Histoire en devenant la première présidente de la République. Rappelée à l’ordre par la Haute Autorité des Primaires pour avoir dénigré ses concurrents directs François Hollande et Martine Aubry, son échec est retentissant lorsque les résultats la placent en quatrième position avec 6,95% des voix derrière Arnaud Montebourg, troisième, alors que les sondages la créditaient du double. La bien-aimée des media s'est donc finalement faite virer par la petite porte: les militants lui ont refusé le podium, mais aujourd'hui, c'est au perchoir de l'Assemblée nationale que la présidente du Conseil régional du Poitou-Charentes brigue un parachutage...

Reste la "gauche molle" pour prétendre gouverner le pays dans la tourmente économique et financière internationale.
Les Français commettront-ils deux fois l'erreur de retirer leur confiance à celui qui a réussi à écarter le pire, comme le président Charles De Gaulle (1959-1969) ?


Ironie de l'Histoire

Les 'losers' s'étaient piégés à leur propre haine insensée
Dans un référendum portant sur le transfert de certains pouvoirs aux régions et la fusion du Sénat avec le Conseil économique et social, de Gaulle proposait d'introduire des représentants des organisations professionnelles et syndicales au sein des conseils régionaux.







Présidentielle 2012: les 113 jours de Sarkozy

Fiction ou réalité ?

vendredi 30 décembre 2011

Au secours ! La gauche menace de revenir !

Contre l'arrivée de la gauche au pouvoir

Nous voulons dire NON à la gauche.

Quel que soit votre candidat de droite au premier tour,

faites obstacle à la gauche

votez contre la gauche aux DEUX tours !



Que chacune et chacun pense à l'avenir du pays au second tour.






Que vous soyez UMP-FN-DLR-PDF ou autre,
ne faites pas gagner la gauche !

V O T A T I O N__ ICI

par Mouvement Unitaire des Droites Indépendantes, le 18/12/2011
M U D I (lien)

jeudi 29 décembre 2011

L'amère Royal veut maintenant porter plainte contre VSD

La procédurière a-t-elle encore besoin d'argent ?





Elle ne s'aime pas en "tête à claques":
est-ce le voisinage qui déplaît à l'intolérante ?
celui du juif ou celui du musulman ?




La presse, ressource de la candidate à tout


Marie-sEGOl'haine Royal (PS) s'est encore sentie victime jeudi d' "agressions verbales" et du " caractère moralement très violent" du dernier VSD, selon elle, et menace de porter plainte. Une de VSD montre trois personnalités, dont la sienne, sous le titre "les têtes à claques de l'année". Elle est la seule à ne pas accepter le résultat d'une consultation des Français.

Depuis les sondages honteusements trompeurs de 2006, elle les a pris en aversion et assurait ne pas les regarder. Or, elle a saisi Me J.-P. Mignard, un proche qui présidait la Haute autorité socialiste des primaires, pour demander notamment "une période d'interdiction de publication" avant le vote des 9 et 16 octobre. En effet, le reflet que les sondages renvoyaient d'elle n'était déjà pas flatteur avant l'été : celui d'une candidate systématiquement battue par François Hollande et Martine Aubry, celui d'une prétendante à l'élection présidentielle qui ne franchirait même pas le premier tour, laissant place à un duel entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen. Pour l'amère Royal, "le caractère répétitif, pour ne pas dire le matraquage, de ces enquêtes est de nature à influencer, à biaiser le comportement des électeurs". Alors elle s'efforce de faire descendre Martine Brochen-Aubry de son piédestal en la dépeignant en "candidate de l'inexpérience" électorale pour l'autre. Elle lui reprochait en outre d'esquiver le débat: "Martine Aubry se contente d'écrire une lettre aux Français", déplorait-elle.

VOIR et ENTENDRE Mathieu Sicard parodier Désir d'endives (Les News à Sicard):
video


Dans ce dernier numéro de l'hebdomadaire, un sondage Harris Interactive établit par catégories des classements des personnalités qui "agacent" le plus les Français, à partir de noms proposés. Dans la catégorie des "politiques", la présidente de Poitou-Charentes arrive en tête devant DSK et Eva Joly.
Lien PaSiDupes

"Ségolène Royal dénonce le caractère moralement très violent du dernier numéro de VSD en cette période de fêtes familiales la traitant de 'tête à claques' de l'année et autres agressions verbales", selon un communiqué publié jeudi après-midi. "Elle se réserve le droit de porter plainte", précise le texte.

La liste des griefs réciproques

Et l'élue socialiste d'énumérer les motifs de plainte qu'elle pourrait retenir:

- "harcèlement moral
(le même article ayant été publié par VSD à la même date l'an dernier)", alors qu'elle n'a de cesse d'empoissonner la vie publique, avant, pendant et après chaque élection au rythme d'une chaqua année, elle ne nous laisse donc aucun répit;

- "atteinte à sa dignité de mère de famille
, de tels propos étant particulièrement odieux pour des enfants, même adultes" (sic !), ce qui s'applique aussi bien aux enfants de son ex-concubin, dont elle a encore soigné l'image, lors des primaires socialistes. En avril, la présidente de la région Poitou-Charentes a mis en doute l'intégrité politique de François Hollande (et Arnaud Montebourg) les accusant de ne pas mettre en accord leur discours et leurs actes sur le cumul des mandats et en estimant que leur situation de cumul n'était "pas conforme" à l'idée qu'elle se fait de la "morale publique". Elle lui a aussi reproché son "inaction": "Le point faible de François Hollande, c'est l'inaction", assure Ségolène Royal au Figaro. "Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisée en trente ans de vie politique ? Une seule ? "

- et enfin "injure publique à l'égard de ses fonctions d'élue
qu'elle exerce avec dignité et honnêteté, ces propos étant de nature à porter atteinte à sa réputation locale et internationale" (fin de citation), tandis que Nicolas Sarkozy n'aurait rien à lui reprocher. N'est pas pourtant cette parano qui en septembre dernier à Arles s'est livrée à une attaque d'une violence gravissime contre le Chef de l'Etat? "J'accuse le président de la République actuel, j'accuse le gouvernement d'entretenir la crise au lieu de la résoudre," avait-elle lancé, sous prétexte qu'elle était en campagne des primaires. Pour ces paroles, c'est la Cour martiale, en temps de guerre ou de crise...


Qui est animé(e) par l'appât du gain, au juste ?

"L'appât du gain ne saurait tout justifier de la part de journaux à sensation en mal de sujets élevant le débat public", conclut l'ex-candidate à l'Elysée en 2007.

Elle nous refait le coup de Paris Match ou de Gala
Ainsi, en février 2009, elle avait été photographiée à Marbella avec son nouveau compagnon et monnaya le cliché: " J'ai besoin de repos. J'ai droit à la tranquillité. J'ai choisi de me tenir pour un moment à l'écart de la vie politique en profitant de mes enfants. Je trouve scandaleux que moi et ma fille soyons à nouveau harcelées et exhibées. Décidément, la loi de l'argent et l'appât du gain l'emportent sur toute pudeur et tout respect de la vie privée. Ça suffit, laissez-nous tranquilles ! " avait-elle pleurniché.
Sauf qu'elle s'est déjà à maintes reprises exhibée avec ses enfants: ci-dessus, dans l'exercice de ses fonctions ministérielles. "A l'insu de son plein gré" ?

A deux jours de la clôture, l'opposition appelle les jeunes à s'inscrire sur les listes électorale

La gauche recouvre son esprit citoyen à la veille de la clôture

Mieux vaut tard que jamais

Le PS et François Bayrou reprochent au gouvernement de ne pas avoir lancé de campagne pour inciter les Français à s'inscrire sur les listes électorales. L'Intérieur riposteen affirmant avoir dépensé davantage pour la présidentielle de 2012 que pour celle de 2007.

François Bayrou a été le premier à sonner la charge mercredi.

"Je soupçonne que c'est parce qu'il y a peut-être, de la part du gouvernement, l'idée que ça serait mieux que certains ne votent pas", a dit sur RTL le candidat du Modem pour 2012. "On se trompe profondément en faisant ça, parce que ressaisir les forces du pays, c'est en ressaisir aussi toutes les énergies, toutes les forces vives", a assuré le président du parti centriste. Il a dit soupçonner le gouvernement de craindre les éventuels nouveaux inscrits, et notamment les jeunes gens arrivant en âge de voter.

François Bayrou, candidat MoDem à la présidentielle, a lancé jeudi sur Twitter un appel à s'inscrire sur les listes électorales, afin selon lui de "contourner" l'absence de campagne gouvernementale sur ce thème. "Urgence inscription listes électorales avant le 31 ! Gouvernement n'en veut pas, mais 100.000 tweets le peuvent. Après, votons en liberté !", écrit François Bayrou sur son compte, comptant sur "l'effet démultiplicateur" du réseau social pour mobiliser.

Pour être crédible, n'eût-il pas mieux valu qu'il s'y prît plus tôt ?

Le PS prend le train en marche

Bruno Le Roux, l'un des porte-parole de François Hollande, s'est lui aussi livré à une leçon citoyenne aussi apprise que tardive.
"A la veille d'une double échéance, présidentielle et législative, capitale pour notre pays, jamais n'a-t-on connu gouvernement et président aussi aphones sur l'inscription sur les listes électorales et aussi hypocrites sur les moyens faiblement utilisés", a déclaré le jésuite, avec emphase.

A son tour, côté Brochen-Aubry, Benoît Hamon, est sorti de sa léthargie

Cet autre porte-parole du PS, a finalement joint sa voix au concert des indignés. Il a eu le sentiment jeudi que le gouvernement redoutait le vote des jeunes. "Il ne fait pas campagne pour qu'ils s'inscrivent" a déclaré le député de l'Essonne lors d'un point presse.

Il a aussi exprimé des arguments à la graisse d'oie
"C'est un choix délibéré de faire en sorte que le corps électoral soit le plus réduit possible pour éviter une débâcle électorale. Il y a un choix politique qui est : ‘ne dites pas aux jeunes qu'ils peuvent s'inscrire sur les listes électorales'", a accusé le porte-parole.

C'est allé jusqu'au délire après boisson
"S'il prenait un logement un peu plus ‘cheap', le président de la République la prochaine fois lorsqu'il va à un G8, si lorsqu'il fait ses meetings présidentiels, qui sont en réalité des meetings UMP, s'il consacrait un peu moins d'argent du contribuable à financer sa campagne électorale déguisée, ça ferait trois ou quatre campagnes d'inscription sur les listes électorales", a calculé ce bac +3, professeur d'université...


Le gouvernement


Balayant les critiques, le ministère de l'Intérieur a informé ses détracteurs
Par la voix de son porte-parole Pierre-Henry Brandet, il a indiqué avoir dépensé 181.000 euros, contre 31.000 il y a cinq ans pour la campagne. L'effort s'est concentré sur la diffusion d'affiches et dépliants auprès des 1.500 plus grandes communes en partenariat avec l'association Civisme et Démocratie. (cf. ci-dessus). Claude Guéant a confirmé ces chiffres dans la soirée.
Guéant dénonce "l'ignorance" du PS
Le ministre de l'Intérieur a mis sur le compte de "l'ignorance" les critiques du PS , soulignant que la très grande majorité des jeunes étaient inscrits automatiquement sur ces listes. "Chaque année, ce sont au minimum 85 % des jeunes qui sont inscrits d'office sans avoir à effectuer la moindre démarche administrative", explique Cl. Guéant.

Le ministre s'étonne de "l'ignorance de plusieurs porte-parole" du candidat socialiste à la présidentielle François Hollande. Ces derniers "semblent ne pas savoir que depuis 1997, les jeunes qui atteignent l'âge de la majorité et donc acquièrent le droit de vote avant le 1er tour de scrutin d'une élection générale sont, chaque année, inscrits d'office sur les listes électorales".

L'UMP fait tomber les masques
"Cette campagne [socialiste amplifiée par les media] n'a certainement pour seul objectif que de faire oublier aux Français les ambiguïtés et les indécisions du candidat François Hollande : la ficelle est bien connue quand on n'a pas de fond, on mise sur la forme", a écrit mercredi Valérie Rosso-Debord déléguée générale adjointe du parti présidentiel, dans un communiqué. Mais entre la fausse vraie bonne cause de Bayrou, le "crétin des Pyrénées", selon les connaisseurs, le style ampoulé de Le Roux, commis d'office, et les égarements de Hamon, pris par surprise en phase de somnolence postprandiale, il devrait y avoir place pour la bonne foi.

Marc-Philippe Daubresse a appelé les candidats à la présidentielle à se tenir informés.
Jeudi sur France Info, le secrétaire général adjoint de l'UMP a renvoyé François Bayrou et les divers porte-parole du PS à la campagne lancée le 9 novembre 2011 (cf. photo ci-dessus).

Il l'a donc eue belle d'accuser l'opposition de se livrer à une "campagne de désinformation".
Marc-Philippe Daubresse a fait valoir que la campagne a été "très largement dirigée cette année sur internet pour tenir compte des nouveaux media et des nouvelles habitudes de toute une série d'électeurs et en particulier de jeunes électeurs". "Il y a eu des spots à la télévision sur plusieurs chaînes de télé et notamment concernant les Français de l'étranger", a rappelé Marc-Philippe Daubresse aux malveillants.

Nadine Morano ne twitte pas dans la demi-mesure

La ministre contrarie la gauche en faisant le buzz

Le réseau de microblogging Twitter est plein de vertus

Et si ça plaisait aux jeunes, rendez-vous compte, le PS ne s'en remettrait pas !
Car nul ne se doutait qu'un ministre de la République maîtrise aussi bien les techniques nouvelles et s'éclate sur un réseau social. ;)
Nadine Morano s'est offert des vacances sur la Toile et ça ne produit pas de CO2 (cf.libellé): Cécile Duflot devrait en prendre de la graine sans pesticides, elle qui va aux Maldives dans un weekend... La septuagénaire Gro Eva Joly , qui s'est entourée de mignons pour faire plus jeune, prendrait-elle ombrage de Nadine Morano, quadra dont la langue verte a tout pour séduire ? Où est alors le problème, puisque la saison est festive et que la ministre évoque Noël à Noël ! Elle raconte en effet sa journée et sa soirée de Noël, quoi de plus naturel ? On peut certes ne pas être intéressé, mais alors pourquoi la presse compassée, à l'instar des pisse-vinaigre d'un journal "grave" s'il en est, Le Monde, s'y attarde-t-elle dès mardi ? Qui, sans ce quotidien du soir aurait su qu'entre le 24 et le 26 décembre, la ministre de l'Apprentissage a exprimé sa juvénile générosité sur son compte Twitter ? Il s'offusque évidemment qu'en 48 heures, elle ait posté plus de 200 messages sur le réseau social. Et qu'ils ont eu l'insupportable inconvénient de faire réagir des dizaines d'internautes !

La consigne aux membres du gouvernement: rester en France
Le 24, elle commence par regretter l'absence "de films sur la natalité" à la télévision... avant de corriger rapidement son erreur. Elle voulait, bien sûr, parler de "Nativité". Immédiatement tancée sur le réseau social, la ministre se défend : "Je suis catholique, j'assume et j'irai à la messe ce soir pour fêter la Nativité." Sans oublier de préciser que le Père Noël habite à Toul. "C'est pas une plaisanterie, c'est notre curé et son nom, c'est Noël. Il est très aimé ici." Noël Mamère en a frémi: pensez donc: qu'il soit aimé, ce serait nous faire croire au père Noël !

Mais Nadine Morano ne se contente pas de communiquer sur ses préférences en matière de programmation télévisée. Grâce au réseau social, on pouvait également suivre l'après-midi de Nadine Morano au bar des Sports de Toul, prenant "l'apéritif" avec ses amis. C'était une rediffusion d'un récent reportage d'Envoyé spécial qui a fait fureur sur les réseaux sociaux: pas de quoi fouetter un chat donc. On y voyait la ministre entonner à pleins poumons 'Comme un garçon' de Sylvie Vartan, lors d'un karaoké de l'UMP. Et les féministes du Monde socialiste n'ont même pas su apprécier ?

Les journalistes du Monde se seraient-ils reconnus ?
Mme Morano commente ensuite sa marionnette aux Guignols de l'info, qui la présente en poissonnière. "Je ne lui trouve comme points communs que quelques tenues qu'ils arrivent à imiter." Elle propose d'ailleurs à l'équipe de l'émission de venir déjeuner avec elle "face-à-face", ces "bobos parisiens prétentieux et dégoulinants de vérité sur les autres" qui sont "cachés derrière leurs marionnettes." Et de rappeler à l'ordre la gauche des nantis : "Ils verront que ce n'est pas parce qu'on a grandi dans une cité et qu'on vient d'une famille d'ouvriers qu'on en est moins classe."

La ministre prend également le temps de lancer un concours: elle invite autour d'une table, "pour parler de l'avenir de la France", le 10 000e abonné à son compte Twitter. Objectif rapidement atteint, même si elle reste loin des 33 000 abonnés au fil d'Eric Besson, lui aussi utilisateur à succès du réseau social.

Le week-end de Noël, la ministre twitte, certes, mais elle ne n'oublie pas la politique.

A Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'Etat et ex-villepiniste ralliée à Nicolas Sarkozy, elle lance : "Joyeux Noël, de Villepin est sur Europe 1...". Et elle met le week end à profit pour répondre aux vertueux de gauche qui trouvent son comportement indigne d'une ministre de la République.
Au lieu d'exprimer des sentiments et impressions, elle argumente en soutien de la politique de Nicolas Sarkozy et pourfend le Parti socialiste : "Dans les 30 propositions du #PS pas une fois le mot apprenti ! Quel oubli. Il suffit de voir l'Allemagne ! Il faut #Sarkozy."
Face aux dizaines de messages de protestation, la ministre répond à ses détracteurs dans son domaine d'activité : "A tous les anonymes méchants bêtes et vulgaires, faites la trêve de Noël, montrez-vous sous votre meilleur jour, soyez sympas; bon Noël."
Quand un sympathisant socialiste l'interpelle, expliquant qu'entendre plus souvent la ministre, "vulgarité même faite femme", sera bon pour la campagne de François Hollande, elle rétorque où ça fait mal: " c'est pour cela que Hollande cherche sa Nadine Morano mais y en a qu'une ! Et à l'UMP ".

Bien que tout à fait dans le style du franc parler de la ministre, ces échanges cinglants ont fait douter certains, par ailleurs détracteurs de la langue de bois parfois, y compris à l'UMP, où on s'est interrogé sur l'authenticité du compte de la ministre, ouvert récemment.

Ainsi, Valérie Pécresse évoque-t-elle le risque que le compte de la ministre chargé de l'Apprentissage et de la formation professionnelle soit un "fake", un faux, tant Mme Morano y met d'énergie, vu la fréquence de ses tweets et la franchise de ses réponses sur le réseau de micro-blog.
"Valérie Pécresse@nadine__morano es tu le vrai compte de Nadine? (Je me suis fait avoir avec le fake F Mitterrand de la semaine dernière)", tweete-t-elle.


Un buzz qui fait les affaires de Twitter


Aucune "affaire" n'est trop petite et certains media malveillants occupent ainsi l'actualité depuis quelques jours. Depuis que Nadine Morano est apparue sur Twitter en commentant son Noël, les Tweetos s'en donnent à cœur joie. Le Monde, comme à son habitude, s'est livré à une sélection orientée de ses sources: au moins celles-ci ne sont pas totalement anonymes et inventées ! Nous avons respecté sa sélection de perles.

Les Tweetos ne sont pas réputés pour leur tendresse comme on avait pu le voir avec
Le Bon Coin et Twitter où ils revendent leurs cadeaux de noël. La critique acerbe manque parfois de retenue et de justesse, mais selon Le Monde, les commentaires considèrent les tweets de Nadine Morano comme un "buzz fail" (francisation de "fail(ed) buzz", selon Le Monde ! ou "ramdam foiré"). Mais alors pourquoi Le Monde se donne-t-il tant de peine pour les casser ?

Voici donc une petite sélection des Tweets les plus amusants au sujet de Nadine Morano, en commençant par celui de giveittomyA qui résume exactement la tendance de Twitter en ce moment, léger, creux et inutile: "non mais lol les tweets de Nadine Morano…" On reste encore dans le "soft" avec Justmahee qui nous donne un classement intéressant "Top Relou sur Twitter : 1/ Les meufs rageuses qui se st fait jeter. 2/ Les mecs poètes philosophes adeptes du DM de crevard. 3/ Nadine Morano".

Mais pas de souci, on va avoir du Tweet de compétition avec les extraits qui suivent.
Par exemple, PetulaMoore passe au degré supérieur en tweetant "La vitesse de la lumière plus rapide que celle du son a un avantage : je zappe en voyant Nadine Morano avant même que sa voix ne m'agresse". On décolle encore à peine avec jcc042 qui nous ressert une comparaison classique avec le sentiment de l'originalité ravageuse: "La différence entre la criée de Fécamp et Nadine Morano sur un plateau télé ? C'est qu'à Fécamp le poisson est frais." lol ! Enfin, la palme du Tweet le plus percutant, qui met KO notre marchand de poisson pas frais, est attribué à LANDEYves avec un commentaire à se faire sur soi: "Quand le pense à Nadine Morano, je me dis que le spermatozoïde le plus rapide n'est pas forcément le plus intelligent." Après ça, il est clair que le nombre moyen de spermatozoïdes est en déclin régulier depuis les années 1900.
En dramatisant cette participation d'un membre du gouvernement au monde réel actuel, Le Monde a manifestement craint pour les efforts déployés par François Hollande en direction des jeunes !

Le secret du régime de François Hollande enfin révélé

Le PS n'a pas lésiné sur les moyens
La politique de "bien-être" de la Ch'tite Aubry a échoué

Les militants prêtent main forte
Avec la complicité du camarade Jospin, tout en regardant ailleurs:
Un régime qui ne manque pourtant pas de sel...

Les politiques pratiquent la langue de bois et le ... lapsus sexuel

Les fantasmes de nos élus



Le couple Merkozy




Il est loin le temps où les hommes politiques étaient connus pour leurs discours.
Est-ce l'entrée des femmes dans les hémicycles et assemblées qui explique désormais que nos dirigeants se libèrent ? Ils mettent de plus en plus en avant leur vie privée, ils en jouent et la mettent en scène pour susciter l’intérêt, pour séduire les électeurs. Qu'ils nous fassent fantasmer n'est certain, mais les unes et les autres projettent leurs fantasmes érotiques devant micros et caméras.

Le lapsus linguae
consiste à remplacer un terme attendu par un autre mot.
Banal, courant, le lapsus est souvent drôle. D'autant plus quand il est prononcé devant un micro ou une caméra et par une personnalité.
L'ancienne Garde des Sceaux Rachida Dati en a fait les frais. Interrogée, par Anne-Sophie Lapix dans "Dimanche Plus" sur la chaîne cryptée, sur les raisons d'un plan de licenciement dans l'Ain - mais aussi bien, c'était chez Lejaby, fabricant de lingerie féminine -, la députée européenne fustigea les fonds d'investissements étrangers, quand sa langue, très siollicitée, fourcha soudain: " Je vois certains qui demandent des taux de rentabilité à 20-25%, avec une fellation quasi nulle..."
C'est certes frustrant sur le fond et la maire du VIIe arrondissement, resta d'ailleurs de marbre et enchaînera. Mais, dans la forme, l'extrait de l'émission buzza ferme et fit près d'un million de bienheureux sur Internet.

VOIR et ENTENDRE un premier bêtisier politique 2011:
video

Cela n'arrive qu'à ceux et celles qui ont la langue déliée
Cécile Duflot, qui a la langue bien pendue, court donc plus de risques que Gro Eva Joly, dont l'haleine sentirait la choucroute, selon les uns, ou la saucisse de Francfort, selon les germanophobes.
Et les mauvaises langues Hamon et Mamère s'exposent à de pareils noeuds -séparément, sans doute- , tandis que les Lang (sic !) et Montebourg en sont plutôt aux prises de langues chargées d'animosité confraternelle. On est toutefois en droit de se demander à qui Nono Montebourg pensait quand, au bord de la déviance langagière, il utilisa le mot "impétrant"...

Quand à Claude Guéant, à qui réserve-t-il ses drôles de jouets ?
VOIR et ENTENDRE:
"Faire des lapsus, c'est banal et ça arrive à tout le monde", tempère le sexologue-sychosomaticien Sylvain Mimoun. Il ajoute cependant: "Le mot "collation" n'aurait fait réagir personne. Ce qui amuse le plus, c'est le sexe."
Etudié en premier par Freud, dans son livre "Psychopathologie de la vie quotidienne", paru en 1901, le lapsus est vu comme "l'émergence de désirs inconscients, d'un conflit intérieur et de pensées refoulées". Il revêt souvent un caractère sexuel.
Entre Lionel Jospin (PS) qui appelle Roselyne Bachelot (UMP) "Monsieur", en 2000, etPierre Bérégovoy (PS) qui annonce en 1992 une "baise" de l'impôt sur les sociétés, le plus célèbre restera sans doute le lapsus du député Robert-André Vivien, qui invitait ses collègues à "durcir leur sexe", au lieu de leur texte, à propos d'une loi sur la pornographie.

"La société actuelle est envahie de sexualité, beaucoup plus que la réalité d'ailleurs, poursuit Sylvain Mimoun. Les mots comme fellation, sodomie, les pratiques inhabituelles disons, sont devenus banals. Ils se disent plus facilement."

Jack Lang (PS), grand habitué des lapsus, a laissé une salle hilare quand, alors qu'il devait remettre la médaille des Arts et des Lettres à Georges Moustaki, il déclara: "Il n'est point besoin d'être long devant vous pour parler de Georges Moustaku." La réputation de cet obsédé est ainsi confortée !

VOIR et ENTENDRE un dernier bêtisier:
video


"La difficulté est la suivante: quand on est dans une émission ou devant un grand nombre de personnes, on est plus stressé. On essaye de faire attention à ce qu'on dit et c'est là que les pensées se parasitent", conclut le psychosomaticien.
"Dans le cas de Rachida Dati, je ne pense pas que ce soit choisi. Objectivement, même quelqu'un qui a envie de faire du buzz, surtout si c'est une femme politique, ne choisit pas le mot fellation."


Pulvar fantasme:
on attrape aussi les mouches
avec du vinaigre !



Le mot "mal placé" fait en tout cas parler de lui. "Nous n'avons jamais pratiqué l'inflation pour réussir", ont ironisé lundi les Gérard, organisateurs d'un palmarès éponyme qui récompense chaque année le pire du cinéma, sur Facebook.


Gérard de l'invité-juke-box dans lequel t'as juste à mettre une pièce pour qu'il te rejoue la même chanson:
Jean-Pierre Coffe pour "Mais enfin les enfants, c'est beau comme tout des cochons qui font l'amour, c'est naturel, c'est merveilleux des porcs qui
baisent."
Igor et Grichka Bogdanov pour "On nous demande toujours quel âge on a, mais c'est pas ça l'important. L'important, c'est cosmique. Nous, aujourd'hui, on a l'âge des étoiles."
Christophe Hondelatte pour "Non, mais si vous aimez pas mon disque, c'est parce que vous y connaissez rien en musique ! Mais bon, je m'en fiche, tous les artistes ont vécu ça... Les Brel, les Brassens, les Ferré, et maintenant moi... Mais en France, on adore mettre des étiquettes... Puisque c'est comme ça j'me casse !"
Fabrice Luchini pour "Quand j'étais tout gamin, et que je me tirais sur la tige, je... Mais bien sûr que je me tirais sur la tige, bien sûr, pourquoi vous riez ?"
Geneviève de Fontenay pour "Oooooh, mais alors, cette fille, elle est d'un vulgaire, mais regardez ces photos ! Je veux pas être vulgaire, mais elle se touche la chatte devant tout le monde ! C'est ça, le bon goût ?"

Cette fois, nous ne sommes plus dans le lapsus linguae, mais dans la langue de bois bandé.


mercredi 28 décembre 2011

Funérailles du dictateur coréen: culte de la personnalité à la communiste

Totalitarisme: les Coréens pleurent des larmes de communistes

En 2005, à Séoul, des passants regardent une photographie sur les ravages provoqués par les famines en Corée du Nord. Celles-ci avaient fait en 1995 et 1996 deux millions de victimes.


Les photos parlent d'elles-mêmes


Le "Cher Leader" nord-coréen, Kim Jong-il, dernier dictateur stalinien de la planète, est mort
d'une crise cardiaque samedi 17 décembre.

Les photos de ses funérailles parlent d'elles-mêmes...


Kim Jong-Il menait la Corée du Nord d'une poigne de fer depuis 1994, date de la mort de son père Kim Il-Sung, fondateur de la Corée du Nord communiste.
Kim Jong-Un est le troisième représentant de cette dynastie unique au monde. Le pays, très appauvri, peine à nourrir sa population (on parle de famine...), mais possède la bombe atomique.

Dotée d'une armée estimée à 1,2 million d’hommes pour une population de 24 millions d'habitants, Pyongyang représente toujours une menace pour ses alliés asiatiques. Le tir d’essai d’un missile à courte portée au large des côtes orientales nord-coréennes auquel Pyongyang a procédé lundi est venu opportunément le rappeler…

Devoir de mémoire : totalitarisme communiste


VOIR et ENTENDRE les funérailles de Mao (septembre 1976):
video
On estime à 20 à 40 millions le nombre de morts résultant directement du "Grand Bond en avant" et les estimations de certains historiens tournent autour de 50 à 70 millions de morts pour l'ensemble des ravages du système maoïste.
Quelques maoïstes français, repentis ou non: Serge July, Gérard Miller, Marin Karmitz, André Glucksmann, Robert Linhart (professeur de philosophie à l'Université de Paris VIII), Christian Jambet (islamologue), Daniel Rondeau (journaliste à Paris Match et Le Monde),...

VOIR et ENTENDRE
les funérailles de Staline (1953):
video

Quel est le prochain tyran ?