POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 30 juin 2012

Mali: les islamistes détruisent des mausolées de Tombouctou

Et si toutes les civilisations ne se valaient vraiment pas ?

Culture, civilisation ou fanatisme

Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, avait-il fait fort sur  RTL : "Toutes les civilisations de se valent pas.  J’exprime ce que je pense c’est tout. Cela veut dire que pour nous que tout ne se vaut. Aux vues de leurs réactions, pour la gauche tout se vaut. Nous refusons à la différence de la gauche le communautarisme c’est une grosse différence avec le PS  (…) Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas (…) Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient (…) Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique".

Des combattants d'Ansar Dine, mouvement islamiste lié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont détruit samedi plusieurs mausolées de Tombouctou, ville du nord du Mali classée cette semaine au Patrimoine mondial en péril de l'UNESCO, rapportent des témoins.

Bamako avait fait la demande de classement après la prise en avril des deux tiers nord du pays par les séparatistes touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) alliés à des islamistes. Ces derniers jugent les mausolées soufis impies.
"Ils ont déjà complètement détruit le mausolée de Sidi Mahmoud (Ben Amar) et deux autres (Sidi el Moktar et Alfa Moya). Ils disent qu'il vont continuer toute la journée et détruire les 13 autres", a déclaré le journaliste malien Yeya Tandina, joint par téléphone, évoquant tous les tombeaux de saints qu'abrite la ville.
"Ils sont armés et ont encerclé les sites avec des pick-up. La population regarde impuissante", a-t-il ajouté. "Il semble qu'il s'agisse d'une réaction directe à la décision de l'UNESCO", a quant à lui indiqué le député local Sandy Haidara. "Dieu, il est unique. Tout ça, c'est 'haram' (interdit en islam). Nous, nous sommes musulmans. L'UNESCO, c'est quoi ?", a déclaré un membre d'Ansar Dine.

Samedi, Yeya Tandina a indiqué que l'attaque menée par les combattants d'Ansar Dine avait pris fin.
Le MNLA a profité de la confusion qui a suivi le coup d'Etat militaire du 22 mars à Bamako pour s'emparer des deux tiers du nord du Mali avec l'aide d'Ansar Dine, mais des dissensions sont ensuite apparues entre les deux mouvements.
Les séparatistes touaregs ont proclamé l'indépendance de la zone, mais les djihadistes ont récusé l'initiative et se sont engagés à poursuivre leur combat pour l'instauration de la "charia" (loi coranique) dans tout le pays. Mieux armés, ces derniers ont désormais pris le dessus.
"Le mausolée (de Sidi Mahmoud) n'existe plus et le cimetière est aussi nu qu'un terrain de football", a déploré un enseignant nommé Abdoulaye Boulahi.

"Des scènes choquantes"

"Une trentaine d'entre eux démolissent tout avec des pioches et des houes. Ils ont leurs Kalachnikovs en bandoulière. C'est un spectacle très choquant pour la population de Tombouctou", a-t-il souligné.

Irina Bokova, directrice générale de l'UNESCO, a parlé de nouvelles "extrêmement angoissantes".
"Il n'y a aucune justification à la destruction aveugle et j'appelle toutes les parties impliquées dans le conflit à mettre fin à ces actes terribles et irréversibles", dit-elle dans un communiqué.

Dénonçant des actes "intolérables", la France a également condamné "la violation systématique de ces lieux de recueillement et de prières, qui représentaient depuis des siècles une partie de l'âme de cette prestigieuse cité sahélienne", indique Bernard Valéro, porte-parole du ministère des Affaires étrangères d'un Etat laïc.

Située en bordure du désert à un millier de kilomètres au nord-est de Bamako, "la Cité des 333 saints" est inscrite au Patrimoine mondial par l'UNESCO depuis 1988.
Haut lieu du commerce africain, où affluaient les caravanes de sel venues du Nord et les esclaves ou l'or du Sud, Tombouctou a connu son apogée au XVIe siècle. La ville est alors devenue un grand centre intellectuel de l'islam.
Ses trois grandes mosquées -Djingareyber, Sidi Yahiya et Sankoré- témoignent de cet âge d'or, tout comme les milliers de manuscrits, dont certains remontent à l'époque pré-islamiques, qui sont conservés par les grandes familles locales.
Dans le communiqué annonçant le classement au Patrimoine mondial en péril, l'UNESCO invite les pays voisins du Mali à "tout mettre en oeuvre pour prévenir le trafic d'objets culturels en provenance de ces sites".

L'Union africaine a invité début juin le Conseil de sécurité de l'ONU à autoriser une intervention militaire pour rétablir l'ordre dans le Nord, mais les Etats membres ont réclamé des précisions.
Le Nigeria, le Niger et le Sénégal se sont dits prêts à fournir l'essentiel de la force de 3.300 hommes qui pourrait y être déployée.

PSA craindrait les mesures du gouvernement Ayrollande

Le socialiste Montebourg inquiète la direction de PSA
Ayrault, Voix de son Maître Hollande;
AFP, Voix de son Maître Montebourg
L'AFP promue courroie de transmission officielle du gouvernement
L'Agence française de presse a été sollicitée samedi par le ministère pour un communiqué.

Dans un courrier à Philippe Varin, président du Directoire du groupe PSA, diffusé à la demande du ministre par le petit facteur AFP
, le ministre Montebourg demande à la direction du groupe de faire "connaître ses intentions au plus vite et de façon précise" sur l'avenir de plusieurs sites. Le site d'Aulnay (3000 CDI, 300 intérmaires) est notamment menacé de fermeture.
"Depuis plusieurs jours, les media  se font l'écho grandissant de décisions éventuelles portant sur l'avenir de plusieurs sites de PSA et sur des orientations stratégiques que votre groupe s'apprêterait à prendre", note le ministre.


Le communiqué ministériel diffusé par l'AFP en exclusivité ajoute: "dans ce contexte et dans l'intérêt de PSA lui-même, il serait indispensable de faire toute la transparence nécessaire. Ces fuites, ces rumeurs ou informations provoquent l'inquiétude des milliers de salariés et de familles", fait-il valoir.


A la vérité, la source des fuites est syndicale
France 24 déclarait en juin 2011: "D'après un document interne dévoilé par la CGT, le constructeur automobile français prévoirait de fermer ses sites d'Aulnay-sous-Bois et de SevelNord. Quelque 6 200 employés seraient concernés. La direction du groupe dément." La chaîne indiquait que le "document interne" est daté du 23 août 2010.
France 24 précisait aussi qu'après sa divulgation et une fois créée la "stupeur", la direction a répondu que la fermeture d'Aulnay n'était "pas un sujet d'actualité" et affirmé que le document n'avait pas valeur de décision et n'était qu'"un document préparatoire" élaboré dans un contexte de crise.


A. Montebourg met  M. Varin en demeure

Le ministre ne laisse pas les armes au vestiaire...

Il lui demande de "bien vouloir engager sans délai le dialogue social et d'en faire une arme collective pour affronter d'éventuelles difficultés dans le respect" des salariés.
Dans l'esprit du ministre, "ce dialogue doit permettre de donner toutes leurs chances aux solutions préservant l'avenir" des "sites et des emplois de PSA". "Il me serait agréable en conséquence que vous précisiez rapidement votre méthode de concertation", écrit encore Sa Grâce à Philippe Varin.
Un audit du gouvernement sur PSA
Par ailleurs, le ministre fait savoir que "le gouvernement a décidé de désigner M. Emmanuel Sartoris, expert gouvernemental du Conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie et des technologies, afin de dégager un diagnostic précis, rigoureux et partagé sur la situation réelle du groupe PSA et les différentes mesures" que la direction envisagerait ou "sur toute autre proposition" qui émanerait des partenaires sociaux ou sous-traitants.
Enfin Nono Montebourg annonce "un plan d'actions pour l'avenir de la filière automobile"
Cette annonce intervient "dans un contexte de recul du marché automobile". Le Redresseur productif proposera ce plan "prochainement" au président de la République et au Premier ministre.

Que fait Nono Montebourg de plus qu'Eric Besson, précédemment ?
video


PSA Peugeot Citroën convoque  deux Comités d'entreprise extraordinaires
Et les autres: 2012-2017 ?
Ils sont fixés les 12 et 25 juillet, a indiqué une source proche du dossier ...à l'AFP,-- décidément incontournable dans ce conflit ?ce qui ne présage rien de bon de la qualité du dialogue social souhaité par le ministre.
Au cours de ces CE extraordinaires devrait être abordé l'avenir de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, menacée, et celui d'autres sites.
PSA avait réuni jeudi un comité de groupe au cours duquel il a annoncé la tenue d'un CCE extraordinaire avant la fin du mois de juillet. Son directeur industriel, Denis Martin, n'avait alors pas exclu la fermeture du site d'Aulnay - l'un des plus gros employeurs de Seine-Saint-Denis. Aulnay est très spécialisé, voire limité, car le site ne fabrique que la petite Citroën C3.
Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, est un ex-député et l'ex-président du Conseil général de Seine-Saint-Denis. Les socialistes sont victorieux dans neuf des 12 circonscriptions de Seine-Saint-Denis mais les députés du 9.3 n'étaient pas représentés au gouvernement. Ils ne l'avaient pas été davantage lors du remaniement du jeudi 21 juin.
A la fin 2011, PSA avait annoncé un nouveau plan d'économies, après celui de 2009-2011, d'un total de 800 millions d'euros en 2012, portés désormais à un milliard, ainsi que la suppression de 6.000 postes en Europe, dont 4.300 en France.

Les Séquano-Dionysiens (sic) d'Aulnay-sous-Bois ont misé sur un maire PS, Gérard Ségura, ancien UNEF et instituteur du SNI. Ils ont même placé leurs outils dans le même garage, puisque leur député, Daniel Goldberg (PS),  a succédé à Gérard Gaudron (UMP), avec 8 points d'avance au premier tour des législatives 2012 et  seulement 44 % des voix au second tour



Dans la nuit du 
2 au 3 novembre 2005, au temps fort des émeutes urbaines à Aulnay-sous-Bois, les émeutiers mirent le feu à la conces­sion Renault. 

Le Garage Renault fut rasé en mai 2009.

vendredi 29 juin 2012

Faut-il islamiser les jours fériés chrétiens ?

Des DRH rêvent de jours fériés déchristianisés 

Les Juifs ne demandaient rien: pourquoi les musulmans ? 
La proposition émane de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines. Elle concerne la suppression de trois fêtes chétiennes: l'Ascension, du lundi de Pentecôte et du 15 août (férié en Belgique, en France, en Italie, au Liban, etc...). 

Faut-il faire de la place aux religions importées ? 
Lobbying de l'ANDRH ? 
Cette association fait une proposition choc consistant déréguler en permettant aux salariés de remplacer des jours fériés chrétiens par d'autres, à la carte. => L'ANDRH est signataire de la Charte de la diversité en entreprise, un texte d’engagement moral qui incite les entreprises signataires à garantir la promotion et le respect de la diversité dans leurs effectifs. Il fut proposé par Claude Bébéar et Yazid Sabeg le 22 octobre 2004. 
Yazid Sabeg, homme de réseau et franc-maçon est membre de l'Institut Montaigne. Il fait figure de spécialiste des questions d'intégration et de diversité en France et fut nommé commissaire à la Diversité et à l'Égalité des chances par le président de la République Nicolas Sarkozy. 

L'agression est frontale 
La rhétorique utilisée ne laisse aucune place au doute sur la volonté de provocation de l'ANDRH, puisque sa proposition vise à "banaliser" les trois jours fériés instaurés en raison de fêtes chrétiennes et non des moindres: le jeudi de l'Ascension, le lundi de la Pentecôte et l'Assomption. 

La laïcité progresserait-elle en France ? 
Cette proposition relève de la diversité des religions au sein des entreprises, afin de permettre à chacun de choisir qui, une fête musulmane qui, une fête juive. En revanche, les fêtes chrétiennes qui pourraient être " zappées " par les entreprises sont très précisément ciblées: il s'agit du 15 août, du jeudi de d'Ascension et du lundi de la Pentecôte. 

Les jours fériés, facteurs de cohésion sociale, existent déjà 
Au travers d'un accord entreprise par entreprise, ces journées seraient " échangées " contre d'autres. " Six jours fériés existent, souligne pourtant l'ANDRH. Ainsi, lorsque les fêtes religieuses des autres confessions arrivent, les salariés relevant de celles-ci ont tendance à demander des autorisations d'absence au nom de leurs propres convictions." 

Des DRH, juges du religieux 
En vertu de cette proposition, resteraient donc Noël, qui peut correspondre à l'Aid el Kebir, le lundi de Pâques et la Toussaint qui, estime l'ANDRH, revêtent " une forte dimension sociétale ". Les conserver " constitue donc un facteur de cohésion sociale ", insiste l'association dont le raisonnement semble défaillant: avant eux, il était reproché à Noël et Pâques d'être devenus des fêtes commerciales et la Toussaint est en fait détournée de son objet pour célébrer les morts un jour trop tôt. Ces DRH ne savent pas de quoi ils parlent.

Ses intentions dépassent clairement les attributions de l'association 
Aucune étude n'a été produite qui accrédite l'idée que la compétitivité et la productivité s'en trouveraient améliorées. Quant à prétendre que cette mesure accroîtrait le sentiment d'équité relève du fantasme. En clair, l'ANDRH prétend éviter que des fêtes religieuses non chrétiennes ne s'ajoutent au calendrier des fêtes chrétiennes, mais les jours libérés conviendraient-ils aux calendriers religieux nouvellement arrivés. 

Une convergence suspecte entre le PS et l'ANDRH 
Plus largement, elle a demandé, lors de son congrès national ce vendredi matin, l'ouverture d'un débat national sur le positionnement des jours fériés. Présent ce vendredi au congrès, le ministre du Travail, Michel Sapin, a craint que les entreprises n'agissent pas " sur ce sujet avec beaucoup de prudence ". 
Un sujet sur lequel le gouvernement souhaite justement agir, mais à pas comptés.

L'Eglise ménage le pouvoir séculier 
De son côté, Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France a assuré vendredi matin sur Europe 1 que " les catholiques ne se sentent nullement propriétaires d'un calendrier ". " La République est laïque. C'est elle qui, en fonction du droit du travail, a posé les jours fériés. La signification religieuse, nous y sommes attachés, mais le respect de la diversité, c'est certainement une des sources de paix de la société ", a-t-il insisté, prêt à capituler. 

Mgr Podvin fait peu de cas des rythmes chrétiens 
Est-il disposé à permettre qu'au nom de la diversité le culte des morts soit sacrifié ou déplacé au 15 août, période de grandes migrations ? Outre que l'Ascension du Seigneur n'est pas célébrée n'importe quand, mais quarante jours après Pâques, serait-elle déplacée un quelconque dimanche de février, au nom de la cohésion sociale ? Le culte marial semble d'ailleurs particulièrement ciblé: d'une part, l'Assomption passerait à la trappe, et d'autre part, la suppression du 15 août favoriserait, nous dit-on, la compétitivité et la productivité en plein mois des congés payés... 


Difficile organisation pour les entreprises 
La tentative de suppression du lundi de la Pentecôte pour financer une journée de solidarité envers les personnes âgées, qui connaît un succès relatif, laisse augurer de ce projet... Se pose aussi la question de la difficile organisation de cette mise en place au sein des entreprises. Le Portugal, pourtant pays de forte tradition catholique, a, lui, prévu de supprimer tout bonnement plusieurs jours fériés chrétiens. Le Portugal et le Saint-Siège sont ainsi parvenus à un accord en mai pour la suppression de deux jours fériés religieux à partir de 2013. Il s'agira de la Fête-Dieu, 60 jours après Pâques, dont la " célébration est déplacée au dimanche suivant " et la Toussaint, le 1er novembre.

Ces DRH hallucinés croient être bien inspirés 
En fait, le calendrier musulman (ou calendrier hégirien) est un calendrier lunaire, fondé sur une année de 12 mois lunaires de 29 à 30 jours chacun (pour être précis : 29,53059 jours solaires). 
Une année hégirienne est donc plus courte qu’une année grégorienne d’environ onze jours
Ainsi ces DRH introduiraient-t-il encore plus d'instabilité dans le fonctionnement des entreprises. Leur idée est-elle aussi de nous faire passer à la datation en jours juliens ?

Mais les Français rêvent probablement de vivre selon les paramètres du calendrier saoudien d'Umm al-Qura...

Le gouvernement Ayrollande ne peut tenir tête à la Shell

Les dessous de l'éviction de Nicole Bricq


Ecolo sacrifiée à une multi-nationale pétrolière



Nicole Bricq
ou les ravages du bio 



L'ex-ministre a tenu tête au pétrolier Shell, mettant le gouvernement socialiste dans l'embarras.

La délocalisation de l'ex-sénatrice socialiste Nicole Brick du ministère de l'Ecologie à celui du Commerce extérieur  a été vaguement expliqué par une histoire d'irrespect à l'égard du Premier ministre: il est permis de cracher sur les professeurs d'allemand en exercice, mais les ex-enseignants de cette discipline ne badinent pas avec  l'insolence d'une ministre. 


A la vérité, l’ex-ministre de l’écologie a rendu service au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

Son administration et elle-même savaient fort bien que l’Etat ne pouvait pas remettre en cause le permis accordé. Un communiqué du ministère daté du 16 juin, soit six jours avant le remaniement ministériel, le reconnaît explicitement : « conformément au principe de continuité et de respect des engagements de l’Etat, il n’est pas envisagé  de remettre en cause les permis déjà octroyés pour la recherche de pétrole et de gaz conventionnel. " 
Ce communiqué est cosigné par Arnaud Montebourg. 


La sexagénaire s'était crue ministre de plein exercice et son autonomie a produit un redressement - disciplinaire -  comme elle n'imaginait pas, à 65 ans. 

Son bras de fer avec la compagnie Shell dont le véritable enjeu est l’avenir de la raffinerie Petroplus en Normandie  lui a visiblement valu de se faire voler dans les plumes.


ECOUTER l'analyse de Thierry Guerrier (Europe 1):



video

Bricq a été remplacée par Delphine Batho, exfiltrée d'un ministère de la Justice où elle ne s'entendait pas avec sa ministre de tutelle... la Guyanaise Christiane Taubira.

Le sommet de Bruxelles met Hollande dans tous ses états

La nuit agitée du président français 




Le "capitaine de pédalo"
est de quart



Le sommet de Bruxelles est non seulement riche d'enseignements, mais aussi en émotions pour le néophyte François Hollande.

Le chef de l’Etat, arrivé jeudi dans la capitale belge fort du soutien de l’Espagne et de l’Italie, a pu craindre un camouflet quand ses deux alliés ont quelque peu ignoré le boulet , au milieu de la nuit. Mais l’annonce au petit matin d’un accord, indépendamment de lui, comprenant notamment un pacte de croissance lui a finalement rendu le sourire.


Les exigences de Monti
Ce pacte de croissance, initiative française, l’Italien Monti et l’Espagnol Rajoy avaient promis de le soutenir face aux partenaires européens plus sceptiques, particulièrement l’Allemagne. Mais aux environs de 23 heures, le président du conseil italien, très au fait du fonctionnement des institutions européennes, pose ses exigences, avec l’appui du Premier ministre espagnol. Les deux dirigeants menacent de ne pas adopter le pacte de croissance si des mesures d’urgence visant à alléger la pression des marchés sur Madrid et Rome ne sont pas d’abord entérinées.
Panique à Bruxelles. 
Agacé, le président de l’Union, Herman van Rompuy, si confiant quelques heures plus tôt sur l’imminence d’un accord, est contraint de rétropédaler. Et tous comprennent que la nuit va être longue.

Hollande colle au train du couple Rajoy-Monti

A ce moment-là, la victoire personnelle sur laquelle compte tant François Hollande avec le volet croissance qu’il promeut depuis de longs mois, est désormais menacée. D’autant que le coup est venu de Mario Monti, plus fidèle allié de François Hollande sur la scène européenne. Sur le coup, face à la presse, le président français, un brin embarrassé tout de même, se montre beau joueur. "M. Monti comme M.Rajoy m’avaient prévenu de leur position", a-t-il affirmé. "Je les comprends, ils ne pouvaient pas se contenter d’un accord partiel. Je connais leurs difficultés".
Quant à la méthode employée, François Hollande refuse de la condamner. "Chantage ? Je ne crois pas que ce soit le mot. Ce n'est pas la méthode de Mario Monti ni, pour autant que je sache, celle de Mariano Rajoy", a-t-il indiqué en commentateur extérieur, avouant du même coup que la France joue un rôle d'appoint. 

"Déjà des effets heureux"

Et c’est finalement peu avant cinq heures du matin qu’un accord est conclu. L’Espagne et l’Italie en sont les moteurs et les grands vainqueurs, alors que l’Allemagne est celle qui a cédé le plus de terrain. Quant à la France, elle est restée en retrait, mais son objectif prioritaire, le pacte de croissance, de l’ordre de 120 milliards d’euros, est adopté, sans qu'elle ait eu à peser et sans qu'il soit totalement financé....
François Hollande se déclare satisfait du travail de ses collègues italien et espagnol. Bien que dépassé, il s'est toutefois empressé de tirer les dividendes devant la presse vendredi matin, avant d’entamer la seconde journée de ce sommet de Bruxelles. "Ces premières annonces ont déjà eu des effets heureux", s'est félicité le chef de l'Etat français, bien qu'observateur, probablement en référence à l’envolée des marchés européens observée dès l’ouverture des bourses. "Nous avons bougé tous ensemble", a-t-il assuré, bien qu'à la traïne. Avant d’ajouter : "la meilleure façon de faire bouger les autres, c'est de bouger soi-même", croyant ainsi  faire illusion: la presse française relaie ses efforts de valorisation personnelle  devant son opinion...

A l'évidence, l'analyse de l'opposition ne positive pas aussi éhontément

"Je pense que c'est un petit pas en avant", a ainsi déclaré Alain Juppé sur France Info. "Il y a encore beaucoup à faire pour progresser vers une véritable union bancaire, une véritable union budgétaire, politique", a-t-il souligné, déplorant que la France soit " très en recul par rapport aux initiatives que prennent soit le président de l'eurogroupe, le président de la commission (européenne) ou l'Allemagne", a jugé l'ex-ministre des Affaires étrangères.

Anne Sinclair se serait débarrassée de Dominique Strauss-Kahn

Le divorce serait consommé

Elle l'a enfin mis à la rue

Selon le magazine people Closer, la journaliste aurait quitté l'ancien directeur du FMI, mettant fin à plus de 20 ans de mariage.

DSK célibataire ?
Selon Closer, Anne Sinclair aurait quitté Dominique Strauss-Kahn, après des mois de soutien indéfectible, mais condamné par l'opinion, malgré les poursuites judicaires pour les affaires de violences sexuelles dans lesquelles son mari est impliqué. Elles n'ont cessé de pleuvoir depuis l'arrestation de l'ancien patron du FMI le 14 mai 2011 à New York, accusé de viol sur une travailleuse noire émigrée d'un hôtel de grand luxe.

Le couple est rentré de New York à Paris le 4 septembre dernier, mais le 16 octobre, le nom de DSK a soudain été cité dans l'
affaire du Carlton de Lille. Depuis le 27 mars, DSL, alors qu'il nie en bloc et se trouve toujours présumé innocent, il est mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée" dans cette affaire actuellement en instruction. Par ailleurs, une enquête préliminaire a été ouverte pour "viol en réunion" à la suite des révélations d'une escort-girl belge, Anne-Marie S.
Pour autant, le 28 avril, c'est toujours ensemble que Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair sont arrivés à la soirée d'anniversaire de Julien Dray. Mais le 5 juin, la journaliste est allée seule à l'avant-première du documentaire de Bernard-Henri Lévy: le couple avait rompu.

Des rumeurs à ce propos circulaient déjà depuis plusieurs mois 
 Le Point semble confirmer ces informations. L'hebdo Closer, qui parle d"'information exclusive" sans citer de source, assure que la directrice éditoriale du site français du "Huffington Post" aurait quitté l'ancien patron du FMI.
Chassé comme un malpropre 

Depuis plus d'un mois, Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn, son époux depuis plus de 20 ans, vivraient dans deux appartements différents.
L'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn s'est dit dévasté: "démoli , déprimé", comme l'a confié l'un de ses proches à "Paris Match". Le site internet du magazine précise également que c'est DSK qui aurait quitté le domicile du couple, place des Vosges, pour s'installer ailleurs dans Paris, à la demande de Madame. Mais sous la contrainte !...

Industrie: le ministre Montebourg appelle les patriotes au secours


Nono Montebourg appelle au "patriotisme économique"

Et avec la langue, le "gommeux" ne fait plus rien ?

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a appelé jeudi au "patriotisme économique", en particulier par la solidarité entre grands groupes et PME, pour reconstituer l'industrie française et s'attaquer au déficit commercial

"Les Etats qui ont réussi à passer la crise avec des plus et non pas des moins" sont ceux "qui ont réalisé cette alliance entre grands groupes, Etat, systèmes de financement plus écosystème de PME sur les territoires", a-t-il déclaré dans un discours prononcé au salon Planète PME, organisé par la Confédération générale des Petites et moyennes entreprises (CGPME).
Le ministre a bien parlé
A. Montebourg a dit vouloir "retrouver l'ADN historique de ce qu'a été le capitalisme français, c'est-à-dire d'abord un modèle entrepreneurial innovant et d'essence patriotique", appelant à une "entraide patriotique" entre grandes entreprises et PME.En France, "c'est une bataille culturelle", a-t-il estimé. "Car combien de grands groupes considèrent dans la sous-traitance, le mot 'sous' avec beaucoup plus d'importance que +traitance+ quand ce n'est pas 'maltraitance'", a-t-il ironisé dans une allusion à certains abus de grandes sociétés vis-à-vis des PME, concernant les délais de paiement notamment.
Sur ce dernier point il a encore estimé nécessaire d'"améliorer le comportement de la commande publique, de faire en sorte que les grands groupes ne fassent pas leur trésorerie sur le dos de leurs petites entreprises sous-traitantes".
A l'exportation, il a appelé à "chasser en meute" comme le font les grandes entreprises allemandes avec leurs PME compatriotes. Après avoir fustigé le couple Merkozy, l'Allemagne jouit décidément d'un regain d'intérêt
Il a fustigé "la compétition déloyale" contre laquelle les Européens doivent selon lui se "protéger". "Beaucoup de pays, de grandes nations: le Canada, l'Inde, la Chine, les Etats-Unis, l'Amérique du Sud n'ont pas Bruxelles pour réglementer les aides d'Etat, empêcher des pratiques déloyale de se produire (parmi) leurs propres entreprises tout en laissant prospérer celles des autres", a-t-il lancé.
Il a par ailleurs rappelé le projet de voir le crédit impôt recherche, qu'il a qualifié de "bonne mesure", davantage orienté vers les PME.
Enfin, Nono Montebourg n'a pas manqué de critiquer à nouveau "les excès de la finance", qui sont, a-t-il ironisé, "comme le cholestérol: il y a le bon et le mauvais".

Ainsi, à part une bonne dose d'auto-satisfaction et pas mal de mauvaises excuses, de bons et de mauvais points et de vagues intentions, le grimacier a encore parlé pour ne rien dire. 
Pour trouver la pensée de Nono, il faut aller "en creux", et même en profondeur... 

jeudi 28 juin 2012

Parité socialiste: le compte n'y est pas aux présidences de commissions de l'Assemblée nationale

Présidences de commissions à l'Assemblée: 3 femmes et 5 hommes, dont un UMP

Les huit commissions permanentes de l'Assemblée se sont réunies jeudi pour élire leur président, sans surprise par rapport aux accords intervenus en début de semaine: trois femmes, cinq hommes, aucun écologiste, et Gilles Carrez (UMP) à la tête de la commission des Finances.

Les commissions de l'Assemblée ont un pouvoir prépondérant, puisque c'est le texte du gouvernement ou député tel qu'elles le modifient qui est ensuite examiné en séance publique, à l'exception des textes budgétaires.

Trois femmes ont été désignées

Elisabeth Guigou (PS, Seine-Saint-Denis) a obtenu un lot de consolation: elle présidera la commission des Affaires Etrangères
Patricia Adam (PS, Brest, Finistère) celle de la Défense
Catherine Lemorton celle des Affaires sociales.

Des hommes aussi, encore

Patrick Bloche (PS, Paris) prend la tête de la commission des Affaires culturelles et de l'éducation,
François Brottes (PS, Isère) celle des Affaires économiques,
Jean-Jacques Urvoas (PS, Finistère), celle des Lois, alors qu'on le donnait au ministère de la Justice,
et Jean-Paul Chanteguet (PS, Indre) celle du développement durable.

Le groupe écologiste avait fortement protesté mardi après s'être vu refuser par le PS la présidence de la commission du développement durable.

L'ancien rapporteur général du Budget, 10 ans aux manettes, Gilles Carrez (UMP), devient président de la commission des Finances, seule commission dont la présidence est réservée à l'opposition, depuis que le président Sarkozy l'a décidé.
Christian Eckert (PS, Moselle) a été désigné rapporteur général du Budget
La nouvelle députée écologiste Eva Sas (Essonne) a été élue vice-présidente de la commission des Finances.

Les membres de commissions

Les anciens ministres François Baroin, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez, Bruno Le Maire, Eric WoerthChristian Estrosi siègent à la commission des Finances, souvent considérée comme la plus prestigieuse.

L'ancien Premier ministre François Fillon est annoncé à la commission des Affaires étrangères.

Le nouveau député Gilbert Collard, élu avec le soutien du Front National et avocat de profession, siègera à la commission des Lois.
Marion Maréchal-Le Pen siègera aux Affaires culturelles.

Olivier Falorni, tombeur de Désirdavenir Royal à la Rochelle, siègera à la commission du développement durable.

PSA : les salariés se mobilisent contre la fermeture d'Aulnay

Le redresseur de torts Montebourg redressera-t-il PSA ?
Cette fois, le compte à rebours a bel et bien démarré pour le site de PSA d'Aulnay-sous-Bois. 
Un rassemblement est prévu ce jeudi devant le siège parisien pour tenter de faire pression sur le constructeur et le gouvernement. 

Le constructeur devrait officialiser sa décision de fermer le site avant la fin du mois de juillet et vraisemblablement avant la présentation de ses résultats financiers le 25. 
La convocation du comité central d’entreprise extraordinaire devrait être bientôt faite, et, dès hier, le PDG du groupe Philippe Varin a engagé de premiers contacts avec des responsables syndicaux. Redoutant depuis plusieurs mois cette décision justifiée par les surcapacités de production du constructeur français, les salariés se mobilisent ce jeudi. Les syndicats ont appelé à un rassemblement devant le siège parisien du groupe à 10 h 30 "contre la casse de l'emploi". 

Le dialogue syndical, c'est mettre la pression

Plus tôt dans la matinée, le constructeur tient un comité de groupe européen avec les représentants du personnel, portant notamment sur sa collaboration avec l'américain General Motors. "Des délégations de toutes les usines PSA seront présentes, d'Opel Böchum, et de GM Strasbourg", précise la CGT. "Il s'agit de dire à la direction: nous savons que vous voulez fermer Aulnay fin juillet, et on vient vous dire que nous nous défendrons", résume Jean-Pierre Mercier, délégué CGT. 
"Les salariés n'en peuvent plus de cette incertitude. Nous demandons à la direction de clarifier ses intentions pour pouvoir mettre en place les mesures nécessaires", souligne Anne Valleron, de la CFE-CGC, qui plaide pour que soit étudié un "plan B" qui permettrait la ré-industrialistion du site. Et c'est là qu'entre en scène Sa Grâce Montebourg...


Le site de Seine-Saint-Denis n'est pas le seul sujet de préoccupation.


Le "gommeux" devra démontrer son excellence, dans le pneu en surchauffe  et l'automobile "produite en France"
 
"Nous sommes convaincus qu'Aulnay n'est que le premier site touché: bien d'autres suivront si le groupe poursuit dans sa stratégie", explique Franck Don, de la CFTC, faisant allusion aux incertitudes sur les sites de Rennes, de Sevelnord ou de Madrid.

Valls valide une thèse d'extrême droite, explique Mélenchon

Hollande applique-t-il le programme de Martine Le Pen ?

Jean-Luc Mélenchon porte de graves accusations contre le gouvernement socialiste

Le candidat des communistes a accusé aujourd'hui le ministre PS de l'Intérieur Manuel Valls  de valider une thèse du Front national liant les problèmes sociaux à l'immigration.

Interrogé par BFMTV-RMC sur la politique d'immigration évoquée la veille par le ministre, l'ex-candidat à l'Elysée du Front de gauche (11,1%) s'est insurgé : "Manuel Valls vient de valider une thèse absurde, anti-économique, ridicule du Front national", "le sujet d'après lequel il y aurait un rapport entre l'immigration et les difficultés sociales".

"Entre 1930 et 1935, on a fait repartir 700.000 personnes" de France et "dans la même période, le chômage a doublé", a insisté l'eurodéputé. "Il n'y a pas de corrélation entre le nombre des immigrés et le chômage. C'est un mensonge", a-t-il dit.


Alors député-maire PS d’Evry, Manuel Valls, fit polémique au-delà du web après la diffusion d'un reportage sur Direct 8. De passage dans sa ville le 7 juin 2009, l'élu oublie le micro ouvert accroché à sa cravate et lâche dans un ricanement amer à son collaborateur : " Belle image de la ville d’Evry… Tu me mets quelques Blancs, quelques Whites, quelques Blancos ! ":



Dans un entretien au quotidien Le Monde  qui lui demande s'il envisage plus de régularisations de sans-papiers que le gouvernement Fillon (30.000 par an) Manuel Valls - qui est d'origine espagnole -  a en effet répondu en qualité de ministre de l'Intérieur désormais "Non, je ne le crois pas. Aujourd'hui (mais non point encore durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy) la situation économique et sociale ne permet pas d'accueillir et de régulariser autant que certains le voudraient".

Valérie Trierweiler, journaliste intime de François Hollande, lui offrit une occasion de se justifier, sur Direct 8...