POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 1 février 2017

Haro sur Fillon: les dommages collatéraux de la presse engagée

Douze années durant, la presse morale a gardé cachés ses stocks de munitions

Le Canard enchaîné est à l'origine d'une enquête visant le candidat désigné de la droite


La ministre et sa procureure
de la République financier
Dans un sursaut tardif de moralité politique, le journal anarchiste active la rumeur sous couvert de secret des sources. Le Canard enchaîné, qui fait tourner les rotatives en distillant  chaque semaine des informations partielles est à l'origine d'une enquête du Parquet, c'est-à-dire du ministère de la Justice, donc du gouvernement socialiste, lequel n'a plus rien à perdre puisqu'il est donné éliminé au premier tour de la présidentielle, mais qui est déterminé à salir les institutions.
Le principe sacré de séparation des pouvoirs est clairement mis à mal puisque, à trois mois de l'élection suprême au sommet de l'Etat, un journal lance une rumeur que le Parquet instrumentalise aussitôt. Suite à un article du journal satirique publié le 25 janvier 2017, François Fillon et son épouse Pénélope ont été entendus lundi 30 par le Parquet national financier dans le cadre de l'enquête préliminaire sur des emplois potentiellement fictifs. 
L’épouse de François Fillon a-t-elle bien travaillé en contrepartie de ses rémunérations en tant qu'attachée parlementaire et comme collaboratrice à la "Revue des Deux Mondes" ? Pour  répondre à cette question soulevée par la presse de la gauche radicale, le Parquet national financier a entendu, lundi 30 janvier, le couple Fillon. 
Résultat de recherche d'images pour "eliane houlette magistrat"
Ce Parquet-là, étage supplémentaire du mille-feuille judiciaire, est dirigé par le procureur de la République financier (PRF), Eliane Houlette, 63 ans, ex-avocate générale à la Cour d'Appel de Paris, nommée en février... 2014 (à gauche) et en charge du suivi de l'affaire Cahuzac, ministre socialiste du Budget, fraudeur du fisc... A l'origine, seules les affaires boursières étaient de sa compétence exclusive et de droit, mais les grands dossiers politico-financiers du moment arrivent pourtant sur son bureau. C'est dire la confiance dont jouit la dame auprès du pouvoir politique.
Afficher l'image d'origineLe procureur de Paris, François Molins, et le procureur national financier, Eliane Houlette, deux procureurs concurrents, sont placés 
sous l'autorité du procureur général de Paris, Catherine Melet-Champrenault (ci-contre), contestée au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et pourtant nommée, le 9 septembre 2015, par la Garde des Sceaux... Christiane TaubiraLa garde des Sceaux avait tenu à assister personnellement à la cérémonie d’installation de la Procureure générale, le 31 août.
La connivence entre le pouvoir judiciaire et le quatrième pouvoir, la presse, est établie

La presse affine son estimation au regard des investigations judiciaires. 
De nouvelles perquisitions ont en effet été menées mardi, veille de la parution du Canard qui poursuit son travail de déstabilisation et évoque désormais un montant supérieur à un million d'euros au total.

Des enquêteurs se sont rendus à l'Assemblée nationale pour y mener une perquisition pendant plus de six heures, mardi 31 janvier. La droite républicaine souligne que le président de l'Assemblée nationale, le socialiste Claude Bartolone a donné son accord à une perquisition du pouvoir judiciaire dans le Saint des Saints du pouvoir législatif. Cette perquisition n'a été rendue possible, comme l'exige la loi, que par l'autorisation du président de l'Assemblée, Claude Bartolone, sur requête du Parquet financier. Elle n'aurait pas eu lieu dans le bureau du député de Paris, mais plutôt dans les services administratifs, et notamment pour retrouver des bulletins de paie de l'épouse de François Fillon. que celle-ci n'a pu fournir lors de son audition. Selon une source parlementaire, les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), qui agissent sous la direction du Parquet national financier (PNF), ont perquisitionné les bureaux des services financiers de l'Assemblée.

Ce nouveau développement a été salué par son avocat.
"On se réjouit de l'évolution rapide de l'enquête afin qu'elle soit tout aussi rapidement clôturée", a déclaré Maître Antonin-Balthazar-Solal Lévy, fils de Bernard-Henri Lévy (BHL) et de Sylvie Bouscasse, éditrice puis publicitaire, après avoir dénoncé sur RTL les accusations "dégueulasses" relayées par les media à l'encontre du couple. Par ailleurs, cet avocat (classe prépa littéraire à Fénelon, Sciences-Po, troisième cycle à New York en droit des affaires) qui a pu frayer avec le Bottin mondain et le CAC 40 et dont le cabinet est situé 100 rue de l’Université, a commencé à travailler chez Jean-Michel Darrois, un monstre sacré parmi les avocats d’affaires, mais est pourtant un ardent défenseur des demandeurs d’asile. En 2007, le trentenaire a fondé l’association Pierre Claver qui aide des demandeurs d’asile à s’intégrer en France avant l’examen de leur requête: c'est au 28 bis rue de Bourgogne à Paris VIIe, dans le quartier des Invalides...

Les enquêteurs ont constaté des négligences dans l'activité professionnelles de Pénélope Fillon. Ainsi, l'épouse n'avait jamais eu de badge d'accès ou d'adresse email professionnelle au nom de Penelope Fillon, comme elle-même le leur aurait déclaré la veille, selon une source à la fois proche du dossier et proche de la presse.
Mais il n'est pas exceptionnel que certains attachés parlementaires ne viennent jamais à l'Assemblée et n'ont donc jamais eu de badge d'accès permanent à leur nom. Ils peuvent utiliser l'adresse email de leur député, souligne-t-on chez Les Républicains. Comme les entourages twittent à tour de bras à leur place et ce, jusque parmi les bras cassés du sommet de l'Etat.

Le candidat Fillon a demandé à la justice de faire vite

L'enquête s'était déjà accélérée lundi avec l'audition des deux époux pendant environ cinq heures et aurait porté sur les activités de Penelope Fillon comme attachée parlementaire et comme collaboratrice de La Revue des deux mondes.

Le Canard enchaîné, déclencheur de l'enquête menée par le Parquet, a revu ses chiffres à la hausse dans une nouvelle édition parue ce mercredi, évoquant un chiffre supérieur à un million d'euros pour les éléments perçus par Pénélope Fillon et deux de ses enfants.


L'hebdomadaire anarchiste, fondé par un journaliste du 'Bonnet rouge', aurait livré des chiffres inexacts la semaine dernière. L'épouse du candidat de la droite à la présidentielle aurait perçu 830.000 euros de salaire brut comme attachée parlementaire, et non 500.000, auxquels s'ajouteraient 100.000 euros pour la Revue des Deux Mondes, à laquelle collaborent Manuel Carcassonne, journaliste à l'hebdomadaire Le Point et compagnon pendant quatorze ans d'Héloïse d'Ormesson, ou Franz-Olivier Giesbert, fils né en 1949 d'un père allemand et d'une mère normande, élevé par sa mère et son père adoptif ayant participé au débarquement en Normandie, le 6 juin 1944, et ex-directeur de publication du même hebdomadaire, Le Point, propriété de la holding Artémis, gérant les participations de François Pinault et de son fils François-Henri dans les affaires de leur groupe spécialisé dans le luxe. En 2012, le milliardaire François Pinault avait fait connaître son intention de voter pour... François Hollande, celui qui déteste les riches.


La Revue des Deux Mondes qui fut présidée par Michel Crépu, critique littéraire au journal La Croix (dont la ligne éditoriale progressiste est plutôt défavorable aux tendances traditionnelles), est actuellement dirigée par Valérie Toranian, ancienne directrice de la rédaction du magazine Elle, qui mena un campagne féministe pour Ségolène Royal en 2007, puis socialiste pour François Hollande en 2012. Michel Crépu nie avoir été informé de l'existence du poste confié à Penelope Fillon , alors que la revue cumule les difficultés financières depuis 2004.
Marc Ladreit de Lacharrière est-il aussi proche de Fillon que le dit L'Express ? 
Ce milliardaire qui déclara le 5 février 1992 au journal officieux du PS, Le Monde, être l'un des fondateurs de SOS Racisme, au côté du socialiste Julien Dray, et qui est à l'origine de la fondation Agir contre l'exclusion avec la socialiste Martine Aubry, fondation qu'il soutient financièrement, est décrit comme "proche de François Fillon" par L'Express.
Le milliardaire est membre du comité de direction du
groupe Bilderberg et président de la section française du groupe. Ce "société secrète" constituée de personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des media tient des conférences qui décident des stratégies mondiales à mener. Selon les conspirationnistes moqués par le microcosme, ce cercle, fondé en 1954 par un prince hollandais et un milliardaire américain pour endiguer le communisme, serait le "vrai gouvernement du monde". On lui devrait la victoire de Bill Clinton, la guerre en Irak ou la nomination de Herman Van Rompuy, président du Conseil européen. 

Il est par ailleurs membre du club d'influence Le Siècle (sorte de franc-maçonnerie dont sont membres les journalistes Michèle Cotta, Franz-Olivier Giesbert, Serge Moati, David Pujadas, Anne Sinclair, Serge July ou Laurent Joffrin).

L'homme est aussi président de
Fitch Group, Fitch Group Holdings, Fitch Ratings
. Or, cette agence de notation, détenue à 80% par le groupe Hearst (Cosmopolitan, Marie Claire, etc...), groupe américain de media, est passée sous le contrôle du holding français Fimalac dont le principal actionnaire est le Français... Marc Ladreit de Lacharrière, 76 ans, administrateur du Crédit lyonnais, d'Air France, de France Télécom ou du musée du Louvre.
Or, depuis 2014, Fitch a cessé en juillet 2013 de dégrader la note de l'État français (de AAA à AA). Cette agence de notation a maintenu la note souveraine AA de la France, sans apporter de modification non plus à sa perspective d'évolution, qui demeure stable, quels que soient les déficits budgétaires persistants, alimentés par les fortes dépenses du gouvernement, la hausse de la dette publique et la stagnation des perspectives de croissance. Elle reconnaît pourtant un "déficit budgétaire et ratio de dette sur PIB élevés".

Suite aux premières révélations du Canard enchaîné, le 
mercredi 25 janvier, 
le PNF avait ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits. François Fillon "est heureux d'avoir pu rétablir son honneur et celui de sa femme face à toutes les inepties qui ont pu être écrites ces derniers jours et face aux accusations assez dégueulasses qu'on a pu lire parfois dans les media", a dit Antonin Lévy sur RTL, commentant l'audition de lundi.

Une discrétion préjudiciable

Sur TF1, François Fillon avait déclaré que sa femme travaillait "depuis toujours" à son côté bénévolement mais qu'il l'avait embauchée en 1997 après le départ d'un collaborateur parlementaire.
Mais le Canard enchaîné avance qu'elle a été rémunérée une première fois de 1988 à 1990, puis en 1998, 1999 et 2000, ainsi qu'après le départ de François Fillon Matignon en 2012 jusqu'en novembre 2013, soit sept ans de plus qu'il ne le pensait.
Deux de ses enfants, Marie et Charles, qu'il a également rémunérés successivement, auraient perçu 84.000 euros, en cumulé, à en croire le Canard enchaîné et en attendant la version de la semaine prochaine.

Une ingérence suspecte de la presse avec la présidentielle

La rumeur circule-t-elle depuis seulement dix jours ?
A moins de trois mois de l'élection présidentielle, mardi, le directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, a souhaité que l'enquête "n'interfère pas le moment venu avec un processus démocratique essentiel".
Le candidat "forme le souhait que les conclusions de son audition et des auditions qui vont suivre soient tirées le plus rapidement possible", a-t-il ajouté lors d'un point presse.

Le journal trotskiste Mediapart n'est pas de reste
Il a affirmé samedi que François Fillon aurait participé à un système de commissions occultes lorsqu'il était sénateur, évoquant mardi l'emploi par Marc Ladreit de Lacharrière d'un membre de son équipe de campagne.
Selon Mediapart qui la présente comme comme un "pilier" de l'équipe de François Fillon, Alexia Demirdjian a été salariée à partir de mars 2015 par la Fondation Culture et diversité, mais "n'a pas laissé de trace publique de son passage dans cette structure""Cet article témoigne d'une forme d'acharnement dont fait l'objet l'équipe de François Fillon", a dit Patrick Stefanini.
Afficher l'image d'origineAlexia Demirdjian a travaillé à la fois pour cette fondation créée en 2006 par Marc Ladreit de Lacharrière, qui emploie Éléonore de Lacharrière ou Jean-Michel Ribes, ci-contre, bras dessu-bras dessous avec Hollande, (très) proche du Parti socialiste et directeur du Théâtre du Rond-Point (subventionné par la Mairie de Paris et le ministère de la Culture), avec pour mission de favoriser l'accès des jeunes issus de l'éducation prioritaire et pour Force républicaine, l'association qui porte l'action de François Fillon, a expliqué le directeur de campagne. "Alexia a été recrutée par Force républicaine dans un premier temps sur la base d'un contrat à mi-temps. Le deuxième mi-temps était celui qu'elle effectuait dans la fondation de Marc Ladreit de Lacharrière", a-t-il ajouté.
Marc Joulaud, l'ancien suppléant de François Fillon qui a salarié Penelope Fillon, doit être entendu par les enquêteurs dans les prochains jours, a précisé Antonin Levy.

La "florissante" société 2F Conseil de François Fillon ne compte aucun client russe, a par ailleurs précisé le coordinateur de campagne de François Fillon, Bruno Retailleau, sur RMC et BFM TV, contrairement aux allégations de la gauche déterminée à nuire par tous les moyens.
Une activité lucrative est répréhensible, selon les paresseux de la gauche.
La consultation des comptes pour les années 2013, 2014 et 2015, accessibles en ligne, montrent que François Fillon a empoché au total 624 000 euros de salaire net, auquel il convient d'ajouter encore 133 000 euros de bénéfices. Soit un salaire mensuel moyen de 17 600 euros net.
Ses opposants somment François Fillon, le grand favori dans la course à l'Elysée, de s'expliquer sur les activités de sa société "2F Conseil" qui lui auraient rapporté plus de 750.000 euros en trois ans, entre 2012 et 2015, selon Le Monde.
Le Front national et Les Verts en profitent pour presser leur adversaire à la présidentielle de publier la liste des clients de sa société, espérant profiter d'un appel d'air, fût-il putride.

Dans sa course en avant, la gauche -donnée battue dans les urnes- propulse 
le FN: Marine Le Pen est plus que jamais assurée de participer au second tour de la présidentielle.

1 commentaire :

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):