POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 8 février 2017

La gauche consternante a perdu tout sens de l'humour. Et son goût du ''second degré" chez Canteloup ?

On ne peut plus "rire de tout" ?

Europe 1 s'est fait passer un savon qu'il a repassé à Canteloup, lequel a craint pour ses arrières

La blague de Nicolas Canteloup sur Théo ne passe pas.
L'Elysée n'a pas glissé et la blague de Nicolas Canteloup n'est pas passée. 
Dans sa chronique humoristique de ce matin sur Europe 1, l’artiste a associé le viol présumé de Théo Luhaka par un policier et la pratique homosexuelle d'un personnage présumé être François Hollande, qui a justement rendu visite au jeune francilien mardi, à Aulnay-sous-Bois, par compassion politique et populisme électoraliste en période de campagne électorale, mais aussi par crainte d'une flambée de violences urbaines dans les quartiers dits sensibles. L'état d'urgence, c'est aussi de prendre le parti des dealers et de leurs soutiens contre la police mobilisé 24/24 sur une large partie du territoire depuis des mois.

Au cours du sketch, prenant la voix de François Hollande, l’imitateur mêla agression, homosexualité et mariage gay.

Ci-contre, Charlie hebdo soutient le moral des troupes...

Les progressistes d'antan ont retrouvé intacts leurs tabous ? Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ne se reconnaissaient pas à la frontalité de leurs attaques... Les pères-la-pudeur d'aujourd'hui compatissent moins à la souffrance de la victime présumée qu'à la paix sociale menacée à Aulnay, comme dans les communes environnantes toujours prêtes à en découdre avec les forces de l'ordre.

A défaut du sketch incriminé cette semaine, nous rappelons celui dans lequel l'humoriste unissait Hollande et Delanoë :


video

Mais puisque Dailymotion propose cette chronique "en flux tendu" censurée par Europe 1, la voici :
video

Sous la pression de la rédaction d’Europe 1 et des réseaux sociaux téléguidés Jean-Marc Dumontet, le manager de l’humoriste, a comme Hollande cherché l'apaisement, se déclarant "désolé" et parlant de "dérapage".
Le nom de l’animateur est immédiatement devenu une des principales tendances sur Twitter, suscitant parfois l’indignation.

Certains twittos au taquet manifestent une bonne connaissance des acteurs politiques et sont clairement des militants :
Ainsi le premier cité, ci-dessous,  par la presse n'est-il pas un citoyen lambda, mais journaliste cumular (France Culture, Libération, magazine So Foot et quoi d'autres ?)
Steve  vient d'embaucher  pour écrire les discours de ...

Le pseudo du suivant parle de lui-même :


On peut rire de tout. Ce matin,  n'était pas drôle. Il était juste pathétique dans une tentation de faire rire sur un sujet grave.

Les sentencieux d'Ouest France sont-ils bien intentionnés de glisser que Canteloup est également sur TF1 tous les soirs, plutôt qu'à France Inter le matin et à France 3 le soir ?

D'autres Twittos défendaient cependant la liberté d'expression et singulièrement la liberté de création des artistes :
 n'a pas été très intelligent, c'était déplacé. Mais disons la vérité,  a fait pire, et toute la France est Charlie.
L'humour de cet artiste, l'un des plus populaires en France, a également suscité un gros malaise dans le studio, notamment celui du présentateur de la matinale d’Europe 1, déjà passé de BFMTV à M6, Thomas Sotto qui a dû craindre les foudres de l'Elysée et pour son avenir. Sur Twitter, ce dernier n’a pas tardé à renouveler son allégeance en livrant bravement son ressenti sur la polémique: mitigé, comme l'eau de la douche...

 Tout le monde y trouve-t-il bien son compte ?

La société des rédacteurs d’Europe 1 a fait part -en meute frileuse- sur son compte Twitter de "son indignation" après cette chronique, décrivant un "malaise réel au sein de la rédaction". En fait, le minimum syndical, mais une faille dans la solidarité avec ce "chroniqueur".

Résultat de recherche d'images pour "sarkozy gay"
L'indignation varie...

Cette SDR n'avait pas twitté depuis novembre dernier, pour clamer son soutien corporatiste aux salariés d'i-télé en grève contre leur sauveteur qui se trouve ne pas être de gauche.

Quant à l’association des journalistes LGBT, arbitre des élégances en France, elle a dénoncé sur Facebook des "propos scandaleux".On a connu la gauche moins susceptible...
... au gré des circonstances

Face à la censure des groupes de pression "politiquement correcte", le manager du chroniqueur a parlé de "dérapage". " C’était un très gros dérapage ce matin, évidemment involontaire". "Très mauvaise inspiration qui ne nous ressemble pas. On pensait que c’était trash, c’était juste pas drôle et vulgaire. Très sincèrement désolé ", a-t-il déclaré sur la station.









Fin de quinquennat et retour à l'ordre moral
Vidéo retirée, signalements au CSA: le retour au calme par l'intimidation est plus aisé dans l'audiovisuel que sur la dalle d'Aulnay.
Elle n’a pas souhaité réagir, mais la direction d’Europe 1 a censuré la vidéo de la chronique: à midi, elle avait été retirée du site de la radio.
Interrogé, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a indiqué avoir reçu une vingtaine de signalements de cette chronique à la mi-journée.
A-t-il gardé le souvenir de son immense tolérance passée et de son respect de la liberté de la presse ?

Le retrait ne permet pas hélas à l'opinion de se faire
un jugement libre et éclairé.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):