POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 4 février 2017

SNCF : un désespéré provoque le retard des vacanciers à la Gare de Lyon à Paris

Un accidenté de la vie meurt causant des désagréments aux skieurs 

Les départs à la montagne se sont compliqués à Paris, en Gare de Lyon.
 
Les trains ont accusé Fillon  des retards allant jusqu'à 1h45 samedi.
Les vacanciers au départ de la Gare de Lyon étaient obligés de prendre leur mal en patience samedi, premier jour des congés scolaires pour la zone C (académies de Paris, Versailles, Créteil, Toulouse et Montpellier).

Un incident grave a fortement perturbé le trafic ferroviaire en milieu de matinée. Vers 10h30, un TGV a percuté une personne qui se trouvait sur les voies, dans le Val-de-Marne, PCF, entre les gares de Maison-Alfort et d'Alfortville, dont le maire socialiste, Luc Carvounas, est un proche de Manuel Valls. 

La circulation des trains a alors été totalement interrompue. Si le trafic a repris en milieu de journée, la circulation était loin de revenir à la normale. Les TGV accumulaient les retards en début d'après-midi, avec parfois plus d'une heure d'attente pour les passagers.
Les voyageurs ont été nombreux à publier des photos de la foule amassée dans le hall de la gare ou des panneaux indiquant la série de retards à prévoir.

Accessoirement, la personne heurtée par le train a pu être secourue et hospitalisée

Aucune information n'a encore filtré sur les raisons de la tentative de "suicide" de la "personne" dont l'identité ou le "genre" et encore moins l'origine, n'ont été révélés.

L'hypothèse de la tentative de suicide est privilégiée, au détriment de l'éventualité d'une action criminelle. 

Un suicide ferroviaire  déjà à Maisons-Alfort, il y a un an presque jour pour jour.
Traumatisée par la vue d'un suicide, une usagère demande des comptes à la SNCF. Les images horribles qu'elle a vues à la descente du RER D en gare de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) restent gravées dans son esprit. Traumatisée au point de ne plus en dormir, Julie Buisson réclame des dommages à la SNCF pour non-respect du protocole de sécurité. " Je garderai en mémoire à vie ces visions d'horreur à cause d'un train ramené à quai alors que cela n'aurait jamais dû arriver !", se justifie cette jeune femme de 26 ans, habitante de Villecresnes (Val-de-Marne).

 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):