POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 17 mars 2017

Présidentielle : l'argent de Bercy aurait financé la campagne du candidat Macron, alors ministre

Macron a-t-il détourné de l'argent public pour financer son mouvement "En marche !" ?

Emmanuel Macron aurait pioché dans les coffres de Bercy pour se lancer dans la course à la présidentielle. 

Ces révélations sont contenues dans un livre-enquête consacré aux coulisses du ministère de l'Economie et des Finances dont le passage d'Emmanuel Macron à Bercy. Le député LR Christian Jacob et le député UDI Philippe Vigier ne les laissent pas tomber dans l'oubli. "Il y a des choses importantes qu'on a apprises, notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120.000 euros des crédits du ministre à Bercy (ont été utilisés) pour des agapes En marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle", a lancé Philippe Vigier mardi 25 janvier lors d'une conférence de presse, qui demande des "clarifications" sur l'utilisation par le candidat à la présidentielle des frais de représentation lorsqu'il était ministre de l'Economie. 

Des interrogations sur les frais de représentation 

La grogne est née d'un article du Figaro qui a publié vendredi 20 janvier un extrait du livre des journalistes Marion L'hour et Frédéric Says, Dans l'enfer de Bercy. Selon cette enquête, "Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l'enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget"
Or, "l'enveloppe annuelle des frais de représentation du ministère de l'Economie dépasse cent cinquante mille euros, soit au moins cent vingt mille euros utilisés en huit mois par le jeune ministre pour ses seuls déjeuners et dîners en bonne compagnie", détaillent les journalistes.  

Emmanuel Macron aurait reçu "des personnalités influentes" dans son bureau de Bercy, "qui n'avaient pas grand-chose à voir avec les attributions officielles du ministre". Pour Philippe Vigier et Christian Jacob, ces réunions ont servi de rampe de lancement au candidat Macron et son parti "En marche !". 
"Emmanuel Macron est l'incarnation de l'imposture, l'imposture sur toute la ligne", accuse le patron du groupe LR à l'Assemblée nationale. 

Selon RTL, Emmanuel Macron a réagi en affirmant qu'il avait toujours respecté les règles de la RépubliqueIl estime que les accusations portées contre lui relèvent de la diffamation.
Ce que ni la Commission des Finances de l'Assemblée, ni le chef du gouvernement, Bernard Cazeneuve, ni le Parquet National Financier n'a cherché à vérifier.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):