POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 31 janvier 2017

Quand la croissance rebondit en 2016, elle recule !

Le "rebond" du quatrième trimestre: une farce, à l'heure de la primaire socialiste ?

A quoi ça sert une "accélération" de la croissance de l'économie française au quatrième trimestre, si elle est artificielle ? 

Hypnose gouvernementale de Sapin
par l'entremise des media
A la vérité, 2016 ne s'achève pas sur une meilleure note que 2015 mais déjà les marchands de sable de la presse partisane ont repris leur vente de rêves en entrevoyant "des éléments positifs en termes de consommation et d'investissement qui augurent d'un début d'année 2017 solide". On verra bien après les législatives...

L’Institut national de la statistique et des études économiques, l'INSEE, officine de Bercy, a resservi mardi la hausse de 0,4% du produit intérieur brut (PIB) du dernier trimestre 2016, bien qu'elle n'ait aucun sens sur le moyen terme, en ligne avec les attentes des économistes. Certains d'entre eux...

En charge de la production (gouvernementale), de l'analyse (politique) et de la publication des statistiques officielles en France, l'institut a confirmé dans le même temps le niveau de croissance du troisième trimestre, +0,2%, ce qui fait que, sur l'ensemble de l'an passé, le PIB de la France a progressé en moyenne de 1,1%, après +1,2% en 2015: une "progression" qui constitue une baisse.

Le PIB ressort en fait nettement en dessous de la moyenne de la zone euro

Afficher l'image d'origineAnnoncée à 1,7% en première estimation, le Produit Intérieur Brut est aussi "en deçà de l'objectif": en clair, il n'est finalement pas "en ligne avec les attentes des économistes"... Il a pourtant été revu à la baisse de 1,5% à 1,4% en cours d'année, retenu par le gouvernement. Au final, la croissance moyenne annuelle sur l'ensemble du quinquennat se limite à 0,75% par an.

Dans une déclaration, le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin s'est néanmoins félicité que "2016 se termine sur une note positive, avec une activité qui accélère nettement au 4e trimestre."
"Pour la deuxième année consécutive, l’activité économique aura été dynamique et aura permis de faire reculer le chômage, tout en réduisant le déficit public", dont le niveau sera connu en mars (!), a raconté l'illuminé de Bercy.

"Avec 1,1% de croissance, nous avons créé beaucoup d'emplois", a-t-il assuré par la suite sur France Inter, en dépit des chômeurs déplacés en stage de formation, sans garantie d'embauche. L'illusionniste en gros sabots de Bercy fait référence à l'emploi salarié dans les secteurs marchands qui a augmenté de 178.700 sur les douze mois à fin septembre 2016, mais fait l'impasse sur 

La croissance du quatrième trimestre a été portée par la demande intérieure, qui y a contribué pour 0,6 point.

La prévision de croissance pour 2016 avait été revue à la baisse par l'Insee

Dès le début octobre 2016, l'INSEE ne prévoyait plus qu'une progression de l'activité de 1,3 % en 2016. Ses prévisionnistes avaient battu leur coulpe et Michel Sapin avait admis à demi-mots que l'objectif de 1,5% fixé par le gouvernement Valls ne serait pas atteint. Et il avait même maintenu la prévision de déficit. Au lieu du 0,3 % de hausse attendu de la croissance, l'activité a reculé de 0,1 %, savait-on déjà dans le courant de l'été.
 
A la rentrée, l'INSEE a donc revu à la baisse sa prévision de croissance sur l'année de 1,6 % à 1,3 %. Ce chiffre, sensiblement aussi terne que celui de 2015 (+ 1,2 %), plaçait encore la France à la traîne de l'économie de la zone euro, qui devrait croître de 1,6 % cette année. 

Des faits qui ne devraient pas permettre au gouvernement Cazeneuve, à Sapin et leur presse aux ordres, comme ils tentent encore de le faire, de nous endormir aujourd'hui avec des chiffres appréciés positivement mais sur une base revue à la baisse.

De quoi alimenter les rubriques de "fact-checkers", vérificateurs de faits et chiffres ?
 

lundi 30 janvier 2017

Manuel Valls occupe "la place du mort", assène François Hollande

Hollande frappe Valls au sol

Le président déserteur sort de son silence pour achever son ex-premier ministre
Afficher l'image d'origine

François Hollande a acquis une expérience certaine des sorties de routes, pendant les cinq années de son quinquennat. C'est donc une métaphore automobile que le président déserteur a choisie pour parler en privé de la candidature de son ancien premier ministre, comme le rapporte le journal Le Monde, relayé par Europa 1: "Ce que Manuel ne comprend pas, c'est que me remplacer équivaut à prendre la place du mort." aurait déclaré le président à ses proches fin 2016.
video

Le président le plus impopulaire de la Ve République assure aussi avoir eu l'occasion de "mesurer la défiance et le rejet dont Valls fait l'objet"

Manuel Valls François HollandeLe Monde n'a pas résisté au plaisir de saquer Valls en rapportant la teneur de ce SMS vengeur de Hollande "à ses fidèles" après avoir prononcé ses voeux en Corrèze début janvier. Des informations qui apportent un nouvel éclairage sur le silence méprisant, voire à la rancoeur du président déchu pour la primaire "citoyenne", dont il s'est exclu, bien qu'organisée par le mouvement lancé par le Parti présidentiel en vue de la course à l'Elysée de 2017, la... Belle Alliance Populaire.

Primaire socialiste de Hamon à la Présidentielle: deux petits tours et puis s'en va!

"On a vu l'élection d'un premier secrétaire du PS," a estimé Raffarin, au lendemain de la primaire socialiste

Hamon a proposé à Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon de "construire ensemble une majorité gouvernementale cohérente et durable"

 sa proposition de dimanche, dès lundi matin sur BFMTV, l'écologiste rouge lui a recommandé de "s'émanciper" du PS pour se lancer avec EELV "dans la grande aventure écologiste et sociale". 
"Est-ce que Benoît Hamon va faire le nouveau François Hollande de la synthèse? (...) Et à ce moment-là, le PS qui dirige ce pays, qui a tourné le dos tous les jours à l'écologie, va le réduire, va le rabougrir et finalement ce ne sera qu'un candidat socialiste ? Ou est-ce que Benoît Hamon est prêt avec nous à la grande aventure," a-t-il interrogé.
Sur LCI, Mathieu Hanotin, le directeur de campagne de Benoît Hamon, a estimé que "le rassemblement" de la gauche s'adresse à l'électorat de gauche. "Le rassemblement c'est bien au-delà des acteurs institutionnels, politiques, qui ont fait le choix d'être candidats, ça s'adresse avant tout aux citoyens de gauche".

Christophe Castaner, député PS et soutien d'Emmanuel Macron, a expliqué sur LCI
que si certains députés socialistes souhaitent rejoindre "En Marche !" ils sont "les bienvenus" mais il n'y aura "pas de négociations, pas de négociations d'appareil, pas de promesses individuelles," a-t-il prévenu.



Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement "En Marche !" était l'invité de la matinale de LCI ce matin pour confirmer que Macron travaille au rassemblement, mais qu'il ne lance aucun appel à Benoît Hamon.

Ce lundi matin sur LCI, Christophe Caresche, député PS proche de Manuel Valls, a avoué que le tournant politique qu'implique la victoire de Benoît Hamon "pose un certain nombre de problèmes à des responsables politiques, des députés qui ont été loyaux au président de la République pendant 5 ans" et qui ne se voient pas se renier. 
Selon lui, ils sont aujourd'hui plus proches "idéologiquement" d'Emmanuel Macron que de Benoît Hamon. "Nous avons un candidat qui n’assume pas ce que le Parti socialiste a fait pendant 5 ans et prend des orientations qui n’ont jamais été discutée au sein du parti comme le revenu universel."

Un premier sondage donne Hamon derrière Macron mais devant Mélenchon

Crédité de 13 à 15% d'intention de vote, Benoît Hamon ferait mieux que le leader de la France Insoumise. 
Mais moins bien qu'Emmanuel Macron.  Devant Mélenchon et Jadot dans les intentions de vote, Hamon est plus que jamais en position de réunir la gauche derrière-lui. 

L'ex-ministre de l'Economie de Hollande et Valls, Emmanuel Macron, qui arrive en troisième position dans les intentions de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle, battrait le candidat de la droite François Fillon au second tour, selon un sondage Kantar-Sofres-Onepoint pour Le Figaro, RTL et LCI publié dimanche. 
Le candidat du mouvement "En marche!" l'emporterait, que ce soit face à l'ex-premier ministre (58-42) ou face à la présidente du Front national Marine Le Pen (65-35). 
Quant à lui, François Fillon l'emporterait face à la leader frontiste (60-40). Au premier tour, Marine Le Pen (25%) arriverait en tête des intentions de vote devant François Fillon (21%) et Emmanuel Macron (20%). 
Benoît Hamon, tout juste investi candidat du Parti socialiste contre Manuel Valls, est lui crédité de 13%. L'ex-ministre de l'Education devance le candidat de "La France insoumise" Jean-Luc Mélenchon (10%) et le président du MoDem François Bayrou (5%) qui n'a pas encore dit ses intentions pour l'élection. 
La présence ou l'absence du leader centriste ne changerait quasiment rien aux rapports de force: Benoît Hamon (15%), Jean-Luc Mélenchon (10%), Emmanuel Macron (21%), François Fillon (22%), et Marine Le Pen (25%). "Compte tenu des incertitudes et de l'instabilité actuelles, un second tour sans François Fillon n'est plus exclu, même si ce n'est pas le plus probable à ce stade", a déclaré Emmanuel Rivière de la Sofres. 

"Ce qui renforce la dynamique d'Emmanuel Macron, c'est surtout le 'Penelopegate'. C'est la dégringolade de François Fillon qui fait monter Emmanuel Macron, " sur des allégations concernant une pratique légale et largement répandue. 
Ainsi, le 3e personnage de l'Etat, Claude Bartolone a-t-il épousé sa salariée, attachée parlementaire à sa personne... 
Les électeurs de Marine Le Pen sont les plus sûrs de leur choix au premier tour (78%), devant ceux de François Fillon (61%), de Jean-Luc Mélenchon (56%), de Benoît Hamon (46%) et d'Emmanuel Macron (41%). 

Le sondage Kantar-Sofres-Onepoint a été réalisé en ligne les 26 et 27 février auprès d'un échantillon de 1.032 personnes inscrites sur les listes électorales représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Belle Alliance Populaire : Hollande ignore le vainqueur de la primaire socialiste, mais félicite les handballeurs

François Hollande félicite les handballeurs et Miss Univers… mais pas Benoît Hamon !

La Française Iris Mittenaere, 24 ans, a été élue lundi Miss Univers

au concours télévisé organisé à Manille, devançant ses concurrentes Miss Haïti et Miss ColombiePremière victoire depuis 1953.

Ce dimanche 29 janvier, les handballeurs français ont été sacrés champions du monde. Un événement que François Hollande n'a pas manqué... contrairement à la primaire socialiste pourtant pompeusement nommée "primaire de la Belle Alliance Populaire". Une élection qui se déroulait le même jour et que l'ancien premier secrétaire du PS n'a pas souhaité évoquer.

Monsieur PS
Le président de la République a fait son choix entre la primaire socialiste et la finale des mondiaux de handball. Ce 29 janvier avait lieu le second tour des primaires qui opposait son ex-premier ministre, Manuel Valls, à l'un de ses ministres éphémères, Benoit Hamon, torse nu ci-contre. Mais, le même jour, les handballeurs français rencontraient la Norvège aux Mondiaux de handball et de nombreux internautes ont repéré la présence du chef d'Etat dilettante parmi le public du match. 


S'il a boudé le second tour de la primaire de la gauche, le fantôme de l'Elysée n'a pas non plus suivi l'élection.

Résultat de recherche d'images pour "Hollande au chili"
Pour mémoire, le déserteur de la primaire était absent du premier tour de la primaire de son parti. Il se trouvait au Chili pour une visite officielle de deux jours auprès de Michelle Bachelet présidente socialiste dont le fils, Sebastian Davalos, a dû démissionner de son poste de assistant parlementaire directeur socioculturel de... la présidence, à la suite d'une affaire de trafic d'influence sur un prêt de 10 millions d'euros concernant la dernière campagne présidentielle de sa mère.

Le fantôme de l'Elysée souhaitait-il créer une amicale des présidents les plus impopulaires ? Au Chili, comme en France, les difficultés économiques se sont accumulées (faible croissance, chute des investissements) et la popularité de Michelle Bachelet est tombée à 22 % en septembre 2015, un niveau jamais atteint pour un président chilien depuis 1990. Même en à 25% en mai dernier, le recordman de l'impopularité -avec 24%- reste actuellement François Hollande, malgré une hausse (+6), un mois après sa décision de renoncer à un second mandat à l'Elysée.

Résultat de recherche d'images pour "Hollande piece de drucker Seul avec vous"François Hollande n'a pas non plus suivi en direct le débat entre les candidats à la primaire de son parti, le PS. 
Le président de la République a préféré applaudir Michel Drücker sur la scène des Bouffes Parisiens, ci-contre, avec la ministre inculte de la Culture, dans une pièce de théâtre: 'Seul avec vous' !...

Sur Twitter, le président de la République a félicité les handballeurs français pour leur très belle victoire... mais Hollande n'a pas réagi à la victoire de Benoît Hamon



François Hollande avait pourtant déjà commenté cette victoire face aux caméras de TF1. "C'est une belle équipe, qui en plus a mérité la victoire (...) Ça nous fait du bien ! Aux Jeux Olympiques, ça a été une déception, avec une défaite en finale. Là, ils ont de nouveau été champions du monde (...) Il y a une équipe de jeunes, d'anciens, avec un très bel esprit. Et ça fait, je crois, la fierté de la France, dans ces moments-là".

Tous félicités, sauf Hamon...


Et l'immense Brutus Valls, alors ?